Renforcer sa confiance

Apprenez à «vivre avec votre déséquilibre»

27 février 2017 par Katia Tobar

Inspirée par son Défi 100 jours L’effet A, Isabelle Gauthier Brancoli est devenue mentor. Elle fait la promotion de l’ambition auprès de jeunes filles âgées de 16 à 21 ans qui cherchent à réaliser leur plein potentiel, par l’intermédiaire de l’organisme «Ton avenir en main». «Tu deviens une meilleure personne quand tu développes tes ambitions», affirme-t-elle.

Avocate en litige depuis trois ans pour le cabinet Robinson Sheppard Shapiro, elle a participé à la 3e cohorte du Défi 100 jours L’effet A au printemps dernier. De cette expérience, elle a retenu plusieurs apprentissages qui lui ont appris à mieux se connaître.

1. ASSUMEZ VOS SUCCÈS
Dès le premier atelier du Défi 100 jours L’effet A, «j’ai eu un véritable choc», se souvient-elle. «Lorsque j’ai vu la vidéo d’Isabelle Hudon sur le syndrome de l’imposteur, je me suis tout de suite reconnue. Je n’avais pas réalisé que quand je plaidais devant la Cour, j’attribuais toujours les causes que je gagnais à des facteurs extérieurs. J’ai appris à changer ma façon d’aborder et de présenter le succès de manière générale». Isabelle assume maintenant pleinement son implication dans ses succès.

2. ARRÊTEZ DE VOUS EXCUSER
C’est un des enseignements majeurs qu’elle a retenu de son Défi 100 jours L’effet A: arrêter de culpabiliser! Elle l’a par ailleurs mis en pratique lorsque je l’ai contactée par courriel pour une demande d’entrevue. Elle répond quelques jours plus tard: «Je suis de retour au pays, j’étais perdue dans le désert au Chili sans accès à un Wifi très fiable – d’où ma réponse tardive! Il me ferait plaisir de vous parler de mon expérience.»

Là où beaucoup d’autres femmes se seraient excusées, elle s’abstient. «À bien y repenser, c’était conscient!», expliquera-t-elle à ce sujet. «J’ai appris à arrêter de m’excuser sans raison ou parce que je pense déranger quelqu’un».

3. ASSUMEZ VOTRE DÉSÉQUILIBRE
Arrêter de culpabiliser a par ailleurs eu une conséquence sur sa carrière. En arrêtant de s’excuser, Isabelle a appris à accepter son déséquilibre. «J’ai compris qu’il faut accepter les choix que l’on fait, et surtout apprendre à gérer le quotidien parfois chaotique».

À l’aube de la trentaine, elle pensait que pour réussir, elle devait se concentrer uniquement sur sa carrière d’avocate. Elle avait ainsi mis de côté toutes les activités qui auraient pu l’en faire dévier.

Depuis son défi, elle a recommencé à s’investir dans des causes qui lui tiennent à coeur. En plus de son rôle de mentor, elle est également impliquée dans le Cercle des jeunes philanthropes du Musée des Beaux-arts de Montréal. Elle se permet tout simplement d’intégrer à sa vie ses passions.

«L’effet A m’a redonné le goût de m’impliquer et de l’assumer pleinement», conclut-elle.

Crédit photo: Frédérique Ménard-Aubin

***

Isabelle Hudon a lancé en janvier l’initiative «Un geste par jour» afin de booster l’ambition des femmes et de transformer les entreprises et le Québec. Voici le geste d’Isabelle Gauthier Brancoli:

La jeune avocate et une de ses collègues ont mis en place un réseau composé de femmes du cabinet afin de mettre en commun leurs expériences et susciter des réflexions à propos de leurs carrières. Elles organisent des lunchs au cours desquels elles partagent leurs connaissances, ainsi que des conférences où sont invités des leaders inspirants du milieu des affaires.

 

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours L’effet A ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy