Conseils à emporter

Savoir décrocher pour mieux travailler

7 avril 2020 par Gabrielle Brassard Lecours

La pandémie a un impact réel sur les vacances des Québécois.es. Selon le sondage annuel de CAA-Québec sur les intentions de vacances, seulement 50 % des travailleurs et travailleuses s’octroieront une pause pendant la saison estivale, et près d’une personne sur quatre (23 %) a choisi d’annuler ou de reporter un voyage prévu cet été. 

Pourtant, les vacances comportent de nombreux bienfaits pour la santé (et la productivité !) : baisse du niveau de stress, santé mentale améliorée, sommeil réparateur, créativité augmentée, etc. Quand on sait que les Canadiens renoncent chaque année à quelque 31 millions de journées de congé, il y a de quoi s’inquiéter. 

Allez ! Hors de question de laisser vos congés, bien mérités, sur la table cet été. Voici les trucs et astuces de nos leaders, au Québec et en France, pour vous aider à décrocher.

Recharger ses batteries

« Le travail c’est comme un marathon. Mais on ne court pas des marathons tous les jours, justement », affirme Anne Bioulac, associée principale et directrice associée chez la firme de consultation internationale Roland Berger, à Paris. La cadre encourage ses quelque trois cents employés à prendre des vacances parce qu’elles sont essentielles pour être plus productives au retour.

Geneviève Fortier, leader de L’effet A au Québec.

Même son de cloche du côté de Geneviève Fortier, vice-présidente — Promutuel Assurances, au Québec. « J’ai toujours cru que pour performer à haut niveau, il faut savoir déconnecter, recharger ses batteries et donner de l’air à notre cerveau ! Cela nous permet de revenir en force et de continuer à offrir le meilleur de nous-mêmes », explique la leader de L’effet A.

Elle-même, tout au long de sa carrière, s’est fait un devoir de prendre la totalité de ses semaines de vacances chaque année.

« Ma coach me dit souvent que lorsqu’on occupe des rôles exigeants comme le mien, il est essentiel de prendre des congés sur une base régulière afin de décrocher et de refaire le plein d’énergie. C’est l’un des meilleurs conseils que j’ai reçus et que j’applique assez rigoureusement », confie-t-elle.

Se raccrocher à des moments clés

Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas physiquement au bureau que nous décrochons totalement quand nous sommes en vacances. Consulter ses courriels sur son téléphone, traîner son ordinateur portable, passer quelques coups de fil ; il s’agit pratiquement d’une routine en vacances. Ça ne devrait pourtant pas être le cas.

Anne Bouliac, leader de L’effet A à Paris.

« En faisant ça, on ne déconnecte jamais. Particulièrement pour les femmes, qui ont déjà la charge mentale de prendre soin de la famille à l’extérieur du travail », souligne Anne Bouliac.

Selon le poste que l’on occupe au sein de l’entreprise, on peut s’organiser à gérer que les urgences. « On peut aviser notre équipe que l’on ne prendra nos mails qu’à un moment spécifique de la journée, pour éviter d’être au bout du clavier en tout temps », précise la patronne parisienne. En France, on parle de plus en plus du droit à la déconnexion, et je pense que c’est important pour bien se ressourcer. »

Gérer ses courriels stratégiquement

Il existe des « docteurs des courriels », qui peuvent nous aider à faire le ménage dans notre boîte de messagerie pour prioriser les messages auxquels on doit absolument répondre avant de partir en vacances ou y donner suite pendant la période de repos, et classer ceux qui peuvent attendre le retour.

D’ailleurs, une recherche rapide sur le web permet de dénicher des conseils professionnels  et des applications pour dompter sa boite courriel sans se mettre en mode avion. Des outils qu’on peut utiliser aussi les fins de semaine pour soigner sa vie personnelle et familiale.

Soyez claires et précises avec votre équipe

Pour Anne Bouliac, pouvoir décrocher entièrement pendant les vacances est une question d’organisation : donner des consignes claires avant de partir, classer ses messages et surtout, ne pas se sentir coupable de prendre un long congé.

« Il faut arrêter de vouloir être parfaite, se rappeler que personne n’est indispensable et qu’en général, les choses peuvent rouler sans nous », soutient-elle.  

Que ce soit en France ou au Québec, même si le rapport au travail est différent, la conclusion reste la même ; il est essentiel de s’accorder un vrai temps d’arrêt, idéalement en effectuant une déconnexion complète durant la période estivale.

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes comme Geneviève Fortier et Anne Bouliac ? Participez au Défi 100 jours L’effet A !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy