Conseils à emporter

Devenir une meilleure leader grâce à la littérature 

13 février 2020 par Martine Letarte
Anne Belliveau explique comment son saut en littérature à améliorer ses habiletés de direction.

Anne Belliveau entre dans la salle de réunion comme une tornade. Regard allumé, poignée de main ferme, sourire franc, elle demande qu’on se tutoie. Pas de temps à perdre pour cette fonceuse maintenant chef de la direction du marketing au Groupe Juste pour rire

Devenue directrice des communications chez Bell à seulement 23 ans après s’être démarquée dans son emploi d’étudiante en téléboutique, elle a poursuivi sa carrière à Silicon Valley. Quelques années plus tard, Anne a tout plaqué pour vivre pleinement son succès comme autrice de romans. Le plus fou dans cette histoire ? C’est la littérature qui, à ses yeux, lui a permis de devenir la leader qu’elle est aujourd’hui. 

« J’ai passé énormément de temps à analyser le comportement humain individuellement, en famille et en société pour construire mes histoires, raconte-t-elle. Dans mes années d’écriture, j’étais dans l’émotion pure. » 

Une trilogie. Mille pages. Cinquante personnages. Dans une histoire étendue sur 300 ans. C’est ce qu’a rédigé Anne Belliveau, sous le nom de plume A.B. Winter, dans la trilogie La grande mascarade, un best-seller qui aborde la question de qui nous sommes réellement une fois qu’on a retiré nos masques.  Ce succès inattendu l’a amené à multiplier les entrevues dans différents médias et un projet d’adaptation de l’œuvre en série télé a même failli voir le jour au Québec. 

L’écriture pour comprendre la nature humaine 

Dans la même veine que le livre The power of full engagement disant qu’il faut faire le plein des différents types d’énergies – physique, émotionnelle, mentale et spirituelle – en oscillant entre une période de stress et une période de repos, Anne Belliveau considère que son expérience littéraire lui a permis de devenir une leader plus près des gens en grande entreprise. 

« Être sensible à son environnement : c’est ce que les arts m’ont appris. En période d’écriture, j’étais complètement plongée dans l’univers émotionnel, raconte-t-elle. C’est ce que j’amène en entreprise. Être plus attentive aux conflits, au contexte, avoir la capacité de réaliser des connexions entre certains éléments. La littérature m’a permis de développer ces forces au centuple. »

Des forces qu’elle a appliquées à son arrivée chez Telus en 2015. « J’ai accepté le poste à la condition de pouvoir rester moi-même. Je voulais agir avec empathie et compassion », explique celle qui a demandé d’ajouter des cours de yoga et de méditation sur l’heure du lunch pour ses employés. La gestionnaire a aussi organisé un concours pour recevoir de suggestions de son équipe afin d’améliorer le milieu de travail. 

« J’ai donné aux employés des outils pour qu’ils se connaissent mieux et qu’on travaille avec leurs forces et leurs faiblesses. Leur motivation a grimpé. C’est là que j’ai réalisé que j’étais une bonne leader. », se souvient-elle. 

Donner du temps à sa passion 

Si l’art s’insère toujours d’une façon ou d’une autre dans sa vie, une sensibilité transmise par sa mère, Anne Belliveau admet qu’il n’est pas toujours facile de faire de la place pour l’écriture. Elle oscille toujours entre des périodes intenses de travail à d’autres où l’art regagne ses terres.

« Écrire demande énormément d’espace mental, dit-elle. J’ai accepté récemment un poste avec de beaux défis à Juste pour rire. J’ai un enfant et mon mari en a trois. Nous sommes très sportifs – nous faisons des triathlons – et je médite beaucoup. Mais, ça fait un bout maintenant que je n’ai pas écrit. » 

Elle a tout de même entamé il y a quelques années l’écriture d’un nouvel opus. « J’écris pour le fun, sur ce que je ressens, pour développer des idées. Ma vie professionnelle nourrit ma réflexion pour mon prochain roman et vice versa. » 

Ainsi, des arts aux activités sportives, Anne Belliveau s’assure de toujours faire le plein de ses différents types d’énergie. Ce n’est ni plus ni moins qu’essentiel alors que de grands défis l’attendent chez Juste pour rire et que pour les relever, elle tient à être au sommet de sa forme. 

Essayez L'effet A gratuitement pendant 7 jours.

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy