Histoires inspirantes

«Le Défi 100 jours L’effet A m’a propulsée comme mairesse»

14 mars 2017 par Katia Tobar

Lorsqu’elle devient mairesse de Montréal-Nord en avril 2016, Christine Black vient de compléter son Défi 100 jours L’effet A. Pour nous parler de son expérience, elle nous accueille dans son bureau chaleureux et coloré : «L’effet A m’a donné confiance en moi. Après le parcours, j’ai pris conscience de l’ampleur de mon ambition, mais surtout, que je n’étais pas la seule à en avoir.»

Petit tour dans les souliers de cette ancienne directrice du Centre des jeunes l’Escale de Montréal-Nord, recrutée dans l’équipe de Denis Coderre.

1. Christine, quelle est ta plus grande ambition?
Ma plus grande ambition, ce serait de redonner à Montréal-Nord ses lettres de noblesse. Depuis une dizaine d’années, l’arrondissement a vécu beaucoup de difficultés. On doit être fiers de qui on est, de tout ce qu’on réalise dans notre arrondissement. Je crois profondément en la capacité du quartier de surmonter les difficultés que l’on a vécues, d’être résilient, et d’en sortir plus grand.

2. À quel moment as-tu réalisé qu’un de tes talents pourrait te permettre de te démarquer?
Avant même que je sois élue, j’ai remarqué que le fait d’aller vers les citoyens, de les écouter, d’être disponible, souriante faisait en sorte qu’ils venaient vers moi et se sentaient à l’aise de partager leurs préoccupations. Pendant la campagne, j’ai compris que j’avais cette capacité-là de pouvoir bien écouter les citoyens.

3. Si tu n’étais pas si modeste, de quel bon coup aimerais-tu te vanter?
Le projet «Priorité jeunesse» ! Lors de trois grands rendez-vous, on a chaque fois réuni plus d’une centaine de personnes pour parler de la jeunesse et élaborer un plan d’action pour les jeunes de Montréal-Nord. Il a été adopté le 31 mars dernier lors d’un grand lancement avec des ministres, des gens d’affaires et du milieu communautaire, des institutions et bien entendu, des jeunes!

À LIRE AUSSI : «J’avais besoin d’un réseau pour m’outiller et me propulser»

4. Isabelle Hudon répète souvent qu’il n’y a pas d’échec, que des demi-succès. Quel est ton plus grand demi-succès?
Les refus de subventions ou les négociations qui n’ont pas abouti lorsque j’étais directrice du Centre des jeunes l’Escale de Montréal-Nord. J’ai appris la persévérance, et que parfois cela ne fonctionne pas du premier coup. Mais il y a toujours quelque chose d’autre qui se présente après.

5. Si tu pouvais obtenir un nouveau talent en claquant des doigts, quel serait-il?
Il y a un talent que j’aimerais beaucoup améliorer, en fait. Celui de la communication. J’aimerais être plus habile encore. Je suis confrontée régulièrement aux points de presse, je dois prendre la parole devant un public, et c’est nouveau pour moi. Certains ont un talent inné, moi je trouve ça encore stressant!

6. Professionnellement parlant, qu’est-ce que les années d’expérience t’ont appris?
Depuis le Défi 100 jours L’effet  et depuis mon arrivée à la mairie de Montréal-Nord, j’ai appris que tout est possible. D’abord, j’ai réalisé qu’il est possible d’atteindre un poste comme celui-là. Mais aussi, avec tout ce que nous avons accompli au cours des derniers mois, je constate qu’il est possible de transformer un quartier.

Nous avons tous, comme individu, le pouvoir de faire bouger les choses. Il suffit d’y croire… 

7. Quel est le meilleur conseil que tu as reçu?
Isabelle Hudon m’a conseillé de vivre mes petits succès et de ne pas célébrer uniquement l’aboutissement de gros projets. Sinon on vit beaucoup d’insatisfaction, car on a l’impression que rien n’avance.

8. Dans les souliers de quelle femme connue aimerais-tu passer 24 h?
Véronique Cloutier ! Je trouve que c’est une femme d’affaires inspirante. On la voit à la télé et en entrevue, elle a des enfants, elle arrive à tout gérer et à demeurer rayonnante. Comment jongle-t-elle avec toutes ses obligations? Je trouve cela fascinant!

9. Avec quelle paire de souliers pourrais-tu conquérir le monde?
Avec mes chaussures Michael Kors! Je les porte souvent parce qu’elles sont confortables et que je peux passer de longues journées dedans sans problème.

10. Jusqu’où voudrais-tu aller avec ces souliers?
Le Défi 100 jours L’effet A, c’était pour propulser l’ambition professionnelle des femmes, et moi ça m’a propulsée comme mairesse! Je n’aurais jamais imaginé être là où je suis, il y a 10 ans. Après cela, sky is the limit! Je vais bientôt compléter ma maîtrise en administration publique. C’est important pour moi de continuer à me construire professionnellement. C’est donc ce rêve que je poursuivrez avec mes souliers !

Comme Christine Black, vous souhaitez propulser votre ambition grâce au Défi 100 jours L’effet A ? Visitez la page formation pour obtenir plus de renseignements et pour vous inscrire !

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy