Histoires inspirantes

Louise Cordeau: 7 clés pour changer de carrière avec succès

27 octobre 2016 par Anne-Hélène Dupont

Mise à jour le 29 juin 2017

Caméléon, la présidente du Conseil du statut de la femme, Louise Cordeau, semble pouvoir s’adapter à tous les environnements. Elle est de ces femmes qui prouvent qu’on peut exercer ses talents et rester fidèle à ses valeurs en naviguant d’une industrie à une autre.

La preuve : elle a exercé le droit en pratique privée pendant huit belles années avant de devenir directrice de cabinet du président de l’Assemblée nationale du Québec. De là, elle a fait un (grand) saut vers le domaine des médias (après avoir dirigé Radio-Canada Québec pendant six ans, elle est devenue éditrice et chef de la direction du Journal de Québec en 2012), avant de revenir à ses premiers amours. Ses prouesses ne s’arrêtent pas là. Depuis le 6 février 2017, Louise Cordeau siège à la présidence du Conseil du statut de la femme. 

« Je suis née sous une bonne étoile », lance-t-elle pour expliquer son parcours atypique, mais brillant. Mais encore faut-il savoir tirer parti de sa chance, ce que cette leader qui ne craint pas le changement a fait avec doigté. Inspirés, nous nous sommes adressé à elle afin de vous partager quelques éléments qui ont joué un rôle déterminant dans son parcours passionnant.

ANALYSE D’UN SUCCÈS EN 7 LEÇONS 
Place à l’inspiration !

1. Renoncez à la sécurité du rivage
Louise Cordeau n’a pas peur des risques. Elle cite à ce sujet les paroles de Gilles Vigneault qui la guident depuis le début de sa carrière : « On ne saurait aborder en même temps des deux côtés de la rivière. Il faut risquer de perdre une rive à jamais, pour un jour toucher l’autre. »

C’est ainsi qu’elle a mis fin, en 1994, à sa pratique d’avocate à Saint-Hyacinthe pour poursuivre sa carrière à Québec. Elle a alors misé sur ses forces (une solide confiance en soi et une grande envie de s’impliquer socialement, entre autres) pour se faire une place dans des organisations qui la fascinaient, mais dont elle avait tout à apprendre du fonctionnement.

2. Ayez confiance en vos capacités
Le syndrome de l’imposteur, très peu pour elle : « Je sais que j’ai d’excellentes compétences en gestion, en développement organisationnel, en communication et en négociation sur lesquelles je peux m’appuyer au quotidien. » Connaître et reconnaître ses forces (ses compétences transférables, comme on dirait communément en relations humaines) et son apport à l’entreprise est essentiel pour maintenir son niveau de confiance en soi lorsqu’on débute dans une nouvelle industrie ou dans un nouveau poste.

3. Sachez vous entourer
L’avocate est cependant loin de prétendre tout connaître. « Je connais mes limites, mais je sais que j’ai la capacité de m’entourer des gens qui vont m’apprendre ce que je dois savoir », explique-t-elle.

« Quand je suis arrivée au Journal de Québec, j’avais l’image d’un éléphant sur mon ordinateur, continue-t-elle. Je disais à mes cadres : je vais manger cet éléphant tranche par tranche, et vous allez m’aider. » Louise Cordeau n’a jamais eu peur de solliciter le soutien dont elle a besoin pour s’adapter et mieux performer.

À lire aussi : Louise Arbour : analyse d’un succès en 4 leçons

4. Donnez-vous du temps
Six à neuf mois : c’est le temps que Louise Cordeau juge nécessaire pour sortir de cette zone d’inconfort typique au changement et pour se sentir enfin à l’aise dans de nouvelles fonctions. S’accorder une bonne période d’adaptation fait partie des stratégies qu’elle a adoptées pour préserver sa confiance pendant les transitions. Une sagesse qu’elle a héritée de sa formation d’avocate : « En droit, chaque dossier exige qu’on prenne du temps. Du temps pour examiner tous les éléments et pour anticiper les arguments de l’autre partie. » Si on peut accorder du temps à un dossier pour bien le préparer, pourquoi ne pas en faire autant avec soi même ?

5. Aiguisez votre écoute
Elle tient également de sa formation d’avocate une volonté de convaincre qu’elle a appris à tempérer grâce à l’écoute : « J’ai appris à m’ouvrir à d’autres points de vue et à accepter leur diversité. »

Celle qui a participé à la négociation de six conventions collectives durant son parcours au Journal de Québec a pris l’habitude de consulter aussi souvent que possible ses employés et son comité de direction : « Là où je pouvais prendre la décision seule, j’intégrais des tours de table pour entendre l’avis de chacun. » Une habitude qui, encore aujourd’hui, lui permet d’approfondir sa réflexion, qui renforce les liens avec ses équipes et qui contribue à faire d’elle une leader appréciée et recherchée auprès des gens et des organismes qu’elle côtoie.

6. Impliquez-vous socialement
« Je suis convaincue qu’au-delà de la sphère professionnelle, c’est dans l’engagement personnel qu’on se développe et se propulse », souligne Louise Cordeau. Et elle sait de quoi elle parle : tant dans les domaines de l’éducation, de la santé et des arts, elle a multiplié les initiatives sociales et philanthropiques tout au long de son parcours.

« Fonder La Petite Académie, une école privée à Saint-Hyacinthe, présider des comités importants et lancer “Québec ville en rose” m’a permis de grandir. Selon moi, s’engager dans une action qui n’est pas forcément professionnelle permet de développer d’autres compétences et même, de renforcer sa confiance puisqu’on vit de nouveaux succès », estime-t-elle.

Sans oublier de riches possibilités de développer son réseau. « Ça m’a donné de la notoriété, c’est vrai, même si je ne le fais pas pour ça. On ne sait jamais à côté de qui on est assis. Il faut savoir tirer profit des opportunités », reconnaît-elle.

7. Restez fidèle à vous-même
Louise Cordeau n’a jamais hésité à se lancer à l’assaut de nouveaux sommets, mais elle garde toujours en vue ce qu’elle appelle son « camp de base » : ses valeurs, ses convictions et ses motivations. « C’est ce qui me guide dans mes choix. Il faut savoir ce qui nous anime et ce qu’on vise, et établir ses priorités en conséquence. »

POURSUIVEZ LA CONVERSATION AVEC NOUS
Face à un changement de poste ou de carrière, quelle clé vous a été (ou vous serait) la plus utile ?

4 commentaires

  1. Lise Guénette Author

    Bravo!

  2. Lucie Pellerin CPA, CA , associée TALINKO - recherche de talents Author

    Bonjour,

    La gestion de carrière est un sujet qui m’a toujours passionné. Après tout , on y consacre plus de 40 heures par semaine ! Merci pour ce bel exemple car c’est toujours plus concret pour les lecteurs et lectrices, d’apprendre de cas vécus. J’ai moi même fait quelques changements d’orientation ,au cours de ma carrière, basés sur la découverte de mes forces ,mes intérêts et mes valeurs. J’ai passé du domaine de la santé, à la comptabilité pour me spécialiser dans les dernières années dans le recrutement de personnel. Toutes ces expériences ont été enrichissantes et m’ont amenée à découvrir et développer mes forces et mes intérêts Je rencontre plusieurs candidats et candidates qui se questionnent parfois et qui aiment savoir que j’ai un parcours atypique…j’ai aussi donné des conférences dans les écoles secondaires sur le choix de carrière en axant sur le fait que les choix de carrière/formation ne sont pas immuables mais plutôt évolutifs. Alors, merci pour cette article, un sujet d’actualité très inspirant !

    Lucie Pellerin CPA,CA

  3. Emilie Prevel Author

    Avoir plusieurs vies dans une vie, mon rêve! Et dans ce monde ultra-spécialisé, je suis heureuse, rassurée et enthousiaste de voir que c’est encore possible. MERCI pour ces bons conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy