Histoires inspirantes

Les modèles féminins de l’équipe de L’effet A

30 mai 2017 par L'effet A

Au cours du mois de mai, nous vous avons présenté notre dossier spécial «Modèles féminins 100% inspirants» créé en partenariat avec la Fondation Lise Watier. Ce dossier se compose d’entrevues vidéos exclusives avec Lise Watier, mais aussi de confidences de personnalités issues du milieu des affaires, des sciences ou des arts, comme Véronique Cloutier, Marilou, Pierre Laporte, ou encore Jessica Harnois. Vous pouvez le consulter ici!

Nous profitons de cette occasion pour vous révéler qui sont les modèles féminins qui inspirent l’équipe de L’effet A:

Louise Arbour
Elle inspire Isabelle Marquis, rédactrice en chef de L’effet A et associée chez O’Dandy.

«Louise Arbour, je l’ai toujours trouvée fascinante. Elle a été professeure de droit, juge en Ontario puis présidente d’une commission d’enquête provinciale. De là, elle fait un bond spectaculaire et a enchaîné les fonctions les plus prestigieuses à l’international: procureure en chef au Tribunal pénal international pour le Rwanda et l’ex-Yougoslavie, juge à la Cour Suprême du Canada et Haut-Commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme. Je trouve impressionnant le fait de confronter des criminels de guerre. Je l’imaginais terriblement brillante et terriblement courageuse. Elle met sa vie en danger pour un principe plus grand qu’elle, la justice.

Lorsque je l’ai rencontrée, j’ai été encore plus fascinée par sa compétence. Elle a un fabuleux sens de l’humour et est une merveilleuse story teller. Sans oublier son humilité déconcertante due à son héritage judéo-chrétien.

Elle a une capacité constante à explorer sa zone d’inconfort! Par exemple, lorsqu’elle est devenue juge, elle avait seulement été professeure de droit. En entrevue, elle m’a confié: «Même si je savais ne pas être assez qualifiée pour le prochain chapitre, je connaissais mes limites: je savais ce que j’étais capable d’apprendre et ce que je n’étais pas capable d’apprendre. J’ai été très audacieuse et j’ai pris des risques.»

Manon Rhéaume
Elle inspire Simon Painchaud, producteur au contenu et associé chez O’Dandy.

«Manon Rhéaume est la première et seule femme à avoir joué dans la LNH, comme gardienne de but. Elle a brisé un plafond de verre incassable à l’époque, en arrêtant des rondelles. Je me souviens de ce moment – j’avais 10 ans. À l’époque, je collais dans mon agenda à l’école primaire des photos de gardiens de but que je découpais dans le journal. Lorsqu’elle a réussi son exploit, j’ai placé une photo d’elle dans mon agenda; Manon s’est retrouvée à côté de mes gardiens fétiches de la LNH. C’était une réalisation importante pour ma tête de pré-ado: il n’y a pas de rôle ou d’emploi pour lesquels les femmes ne peuvent être aussi bonnes que les hommes, même au hockey. Je sais que son exploit a eu un grand impact sur moi.»

Marie-France Bazzo
Elle inspire Katia Tobar, rédactrice en chef adjointe de L’effet A.

«Marie-France Bazzo a une capacité impressionnante à toujours se relever, face à n’importe quelle situation. Personnalité influente du milieu des médias au Québec, elle jongle avec les défis de l’industrie avec brio. À chaque projet avorté, elle fait face en en créant un nouveau, encore plus innovant. Je pense notamment au BazzoMag. En 2015, Marie-France Bazzo crée ce mensuel numérique gratuit sur tablette. Si les médias traversent une crise, elle tente de réinventer l’industrie avec ce projet audacieux. La fin de l’émission d’affaires publiques Bazzo TV accélèrera la fin de la production du magazine. Mais elle fait preuve d’une résilience à toute épreuve.

Sans oublier que de 2013 à 2015, lorsqu’elle prend la barre de l’émission C’est pas trop tôt, elle devient la première «morning woman», la première femme de l’histoire de Radio-Canada à animer une émission de début de journée.» Crédit photo: Productions Bazzo

Tina Fey
Elle inspire Marianne Prairie, productrice au contenu.

«Un des modèles qui a eu le plus d’impact dans ma vie adulte, c’est Tina Fey. Je l’ai découverte comme tout le monde dans Saturday Night Live au début des années 2000. Lorsque j’ai appris qu’elle en était la head writer, la première femme à l’être, de surcroit, je me rappelle avoir eu le sentiment de trouver une héroïne qui me ressemblait enfin. À cette époque, j’étais dans un groupe d’humour et une bonne partie de mon travail (à peine rémunéré, mais bon) consistait à écrire des blagues et à monter des sketches. Voir Tina Fey exceller dans un milieu super compétitif et plutôt masculin me donnait du courage pour continuer malgré les remarques sexistes et les punchs ratés. Mais surtout, j’avais la confirmation que les filles pouvaient faire n’importe quoi, à leur façon, en se moquant des conventions. Libérateur!»

Jane Fonda
Elle inspire Virginie Roy, directrice de projets à L’effet A.

«Jane Fonda nous rappelle que l’âge n’est pas un frein pour s’engager dans notre société. Militante pacifiste, star de cinéma, productrice, auteure, conférencière, Jane défend des causes féministes, politiques et environnementales avec autant d’ardeur et de conviction qu’auparavant. À l’époque, Jane supportait les candidates politiques féminines, produisait des films centrés sur les femmes et jouait des rôles visant à aider les femmes à s’affirmer. Jane revendique: «Pour moi, devenir une femme signifiait de ne plus se taire, et devenir peu à peu l’héroïne de ma propre vie.» Jane Fonda possède une soif de connaissance, elle est motivée par le besoin de donner un sens à sa vie et de contribuer à quelque chose de plus grand qu’elle, voilà pourquoi je l’admire! 

La rencontre: c’est à Las Vegas, tout bonnement, où j’ai décidé de rejoindre ma mère dans une conférence offerte par une grande femme, me disait-elle. À l’époque je ne connaissais pas le nom de Jane Fonda. Dès son introduction, j’ai tout de suite reconnu une femme inspirante, avec une grandeur d’âme, une sensibilité et une volonté de fer à changer le monde. Jane nous a partagé non seulement ses convictions et ses valeurs, mais aussi sa passion pour les gens. Elle nous a donné de son temps, en prenant des photos, en riant, en pratiquant son français presque parfait. J’étais une jeune femme comblée, mais surtout honorée d’avoir rencontré mon premier modèle.»

>>Découvrez notre dossier spécial «Modèles féminins 100% inspirants»

J.K Rowling
Elle inspire Emma Gariepy, chargée de projets à L’effet A.

«C’est une femme inspirante qui a eu une histoire très difficile. Elle était mère monoparentale, pauvre et s’était fait refuser son manuscrit d’Harry Potter par plusieurs maisons d’édition. Elle n’a pas abandonné et quelqu’un a fini par lui laisser sa chance. Sa vie a fait un 360. Son travail et son succès sont bien sûr admirables, mais son accomplissement est incroyable: elle a su modifier la vie de millions de personnes! Elle a créé un univers dans lequel ses lecteurs ont pu rêver et s’évader. C’est une femme qui est authentique, philanthrope et qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense réellement (Donald Trump n’est vraiment pas son meilleur ami sur Twitter).»

Mariana Mazza
Elle inspire Laurence Aubin, stagiaire chez O’Dandy.

«Comme pour le style de musique que je préfère, je ne peux arrêter mon admiration à une seule femme. Toutes les femmes sont inspirantes à un moment donné de leur vie. Aujourd’hui, la femme qui m’inspire et que j’ai choisi de vous présenter est Mariana Mazza. Elle m’inspire par sa façon de détruire les tabous qui pèsent sur notre société, par sa franchise crue qui passe souvent pour un manque de filtres parce que peu de gens de son milieu osent faire de même. Mariana Mazza libère, généralement avec humour, les femmes et celles qui sont en voie de le devenir, du poids des normes «sociales» ou des normes de beauté. Dans le monde du showbiz, peu de femmes arrivent à rejoindre un public aussi vaste, couvrant un large éventail d’âges, en portant un message social et en faisant la promotion du statut de la femme avec autant de désinvolture. Mariana Mazza n’est pas seulement courageuse, elle est ambitieuse.»

Caroline Chaussegros-de-Léry
Elle inspire Natasha Krummen, directrice de projets chez O’Dandy.

«La personne inspirante de mon entourage est Caroline Chaussegros-de-Léry, une amie entrepreneure qui a fait un virage à 360 degrés pour reprendre ses études et lancer son entreprise (Boutique May) après plusieurs années en communications-marketing. Trois enfants, une vie bien remplie et des défis quotidiens ne l’ont pas empêchée de se lancer dans l’aventure afin de faire ce qu’elle aime et avoir une meilleure conciliation travail-famille.»

Vous cherchez vous aussi l’inspiration, voici 12 biographies à lire et relire:

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy