Articles

Nathalia Del Moral : faire de la jeunesse un atout

25 July 2019 par Anne-Frédérique Hébert-Dolbec

Lorsque Nathalia Del Moral fait ses premiers pas chez Yves Rocher, en 2016, on lui confie les rênes d’une équipe de six personnes. Depuis, la jeune femme de 32 ans ne cesse de gravir les échelons. Aujourd’hui directrice de la marque pour l’Amérique du Nord, elle gère et épaule plus de 350 représentants, avec qui elle déploie d’ambitieuses stratégies de vente et de marketing.

Elle a confié à L’effet A les secrets derrière son succès, ainsi que ses meilleurs conseils pour les jeunes leaders ambitieuses qui visent un poste de direction. 

À quoi attribues-tu ton succès et ton impressionnant parcours professionnel?

Je suis d’abord et avant tout passionnée et volontaire. J’adore mon travail, j’ai une énergie redoutable et je ne baisse jamais les bras! 

Ma créativité et ma personnalité sont également des atouts. Je possède plusieurs compétences qui sont recherchées en affaires, telles que la collaboration, la réflexion, l’esprit critique, la capacité d’adaptation et l’innovation.

De plus, comme ma mère est Québécoise et mon père, Mexicain, j’ai déménagé à plusieurs reprises au cours de ma vie. J’ai appris à travailler et à côtoyer des gens de différentes cultures, avec des méthodes et des valeurs diverses. Ça a grandement enrichi mon parcours.

As-tu l’impression de rencontrer plus de défis au quotidien que les leaders qui ont davantage d’expérience?

Je pense que tous les leaders rencontrent des défis importants, et ce, peu importe leur âge. Toutefois, il est vrai que l’expérience a une certaine valeur. Par conséquent, les jeunes leaders doivent être conscientes qu’elles n’auront pas réponse à tout, être davantage à l’écoute de leurs pairs et bien s’entourer.

La jeunesse peut aussi poser un défi du point de vue de l’image que l’on projette. Il faut parfois travailler plus fort pour être crédible.

Il est aussi possible que certaines jeunes leaders ne se connaissent pas suffisamment. Il n’est pas acquis de tous d’être conscient de ses forces et ses faiblesses, d’assumer sa vulnérabilité et de définir les situations dans lesquelles on est à l’aise. Il faut faire confiance aux gens qui nous choisissent et leur poser des questions sur les atouts qu’ils perçoivent chez nous afin de pouvoir mieux nous en servir.

Tu as évoqué le problème de la crédibilité. Comment fais-tu pour convaincre les gens, particulièrement ceux qui ont plus d’expérience que toi ?

Il est essentiel que les rôles et les responsabilités de chacun soient bien établis et qu’en tant que leader, je sois capable de démontrer ma valeur ajoutée.

Personnellement, je ne pense pas être là pour avoir réponse à tout et pour dire à chacun ce qu’il devrait faire. Je me perçois plutôt comme une chef d’orchestre. J’essaie toujours de laisser beaucoup de place à l’équipe, d’écouter, de remettre en question les postulats et de guider.

Tu sembles très confiante dans tes fonctions. As-tu des moments de doute?

Tous les jours! Tout bonne leader doit se remettre en question en demeurant ouverte et à l’écoute des autres.

Quand j’ai pris le poste, je me suis fait accompagner, j’ai cherché des mentors, j’ai beaucoup lu sur le sujet. Bref, je me suis assurée d’avoir la confiance nécessaire pour relever ce défi.

La première chose à faire est de reconnaître ses doutes et de l’accepter. Ensuite, il faut trouver les leviers qui permettent de se rassurer et d’augmenter sa confiance en soi : résultats chiffrés, rétroaction, mentorat… c’est différent pour chaque individu!

Que dirais-tu à une jeune leader qui vise un poste de haute direction?

Je lui proposerais de s’assurer de bien connaître ses compétences, ses forces et les changements qu’elle veut apporter en prenant un tel rôle.

Lorsqu’on a un objectif professionnel, il ne faut pas hésiter d’en parler autour de soi afin que les gens pensent à toi lorsque le poste se libérera.

Enfin, il faut surtout passer à l’action. Les jeunes leaders doivent faire voir leur talent. Il est important de mener des dossiers qui mettront de l’avant leurs forces pour démontrer leurs compétences de direction.

Elles doivent aussi créer de la valeur au sein de leur poste actuel afin que les gens voient en elle un atout potentiel pour le futur de l’entreprise. C’est à chacune de faire ses preuves et de faire en sorte que nos talents soient reconnus.

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours L’effet A !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy