Histoires inspirantes

«N’ayez pas peur de déranger : soyez audacieuse»

30 juin 2016 par Catherine Bergeron

Aucun obstacle ne résiste à Julie Bédard. Dotée d’une rare détermination, la présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec n’accepte pas le non. « Les femmes doivent apprendre à se poser moins de questions et à agir davantage. » Emballée par son rôle de leader au sein de L’effet A, elle souhaite aider les femmes à se départir de la peur de l’échec et à adopter une qualité qui lui est propre : l’audace.

Si tu devenais une super-héroïne du monde des affaires, quel serait ton super pouvoir ?
En affaires, mon but ultime est le résultat. Quand j’ai un rêve ou un objectif, je prends tous les moyens pour arriver à mes fins : je planifie, je négocie, je rassemble et j’innove. Le super pouvoir qui me permet de réaliser tout ça ? Mon audace. Je saisis les opportunités et je crée les occasions.

Comment cette force s’est-elle révélée à toi ?
Je toujours été fonceuse et extravertie. À la fin du secondaire, j’étais chef de l’opposition au parlement jeunesse. Je m’affirmais et je négociais déjà avec cran pour une adolescente.

Pourquoi ne voudrais-tu te départir de cette force pour rien au monde ?
Elle m’amène à provoquer les choses. Grâce à elle, je n’ai pas peur de demander ou d’initier de nouvelles façons de faire. Mon audace m’a permis de devenir présidente de la Jeune Chambre de Commerce de Québec en tout début de carrière, d’effectuer mon MBA alors que je travaillais à temps plein et de remettre sur pied Graph Synergie, après qu’une énorme fraude ait compromis l’avenir de l’entreprise. Sans cette force, mon parcours serait bien différent.

« Ne tentez pas d’entrer dans le moule à tout prix.
Peu importe vos rêves, il sera plus gratifiant de tracer votre chemin
que de vous en faire imposer un. »
— Julie Bédard

Une chose que tu aurais aimé savoir plus tôt dans ta carrière ?
Que je pouvais écouter mon instinct! Quand je prends un risque et que j’ai l’impression de perdre le contrôle, mon instinct devient mon meilleur allié. Il m’a démontré à de nombreuses reprises que tout est possible. Je pense que si plus de femmes avaient confiance en leur potentiel et en leur intuition, on parlerait beaucoup moins de ce plafond de verre!

Isabelle Hudon répète souvent qu’il n’y a pas d’échec, que des demi-succès. Quel est ton plus grand demi-succès ?
Il y a 15 ans environ, j’aspirais à une promotion. Considérant mon bagage académique et mon expérience, j’étais persuadée d’être la personne toute désignée. Quand on m’a annoncé que je n’avais pas été retenue, ça m’a donné un sacré coup de fouet! Je me suis remise en question. J’ai douté de ma valeur et de mes compétences. Ce « demi-succès » m’a fait réaliser qu’il ne faut jamais tenir les choses pour acquises, mais surtout, qu’il faut savoir rebondir pour mieux saisir les occasions. Me faire dire « non » m’a permis de faire évoluer ma carrière d’une façon totalement inattendue.

Quelle devise te représente bien ?
« Le succès dépend de l’audace que l’on déploie à concrétiser nos rêves. » Cette citation d’Estée Lauder me rejoint en tout point. On pense parfois qu’un rêve est inatteignable, mais c’est faux. C’est souvent une question de priorité, d’efforts… et d’audace !

JBedard_tweet
Si tu pouvais encapsuler un seul de tes talents pour l’offrir à tes héritiers, lequel choisirais-tu ?
La détermination. Parce que la vie est faite d’un paquet d’embuches et que cette qualité nous permet d’accomplir ce qui nous est souvent le plus précieux.

Qu’est-ce que tes parents te répétaient sans cesse quand tu étais petite ?
Ma mère me disait « vise haut et voit grand ». Ça m’est resté. Elle n’avait qu’un cours de secrétaire, mais ça ne l’a pas empêchée de travailler longuement en pharmaceutique dans un cabinet de médecine vétérinaire. Ma mère faisait son chemin ! Elle a toujours été un modèle inspirant.

À la fin du Défi 100 jours L’effet A, que veux-tu avoir accompli ?
Depuis le début de ma carrière, j’ai eu la chance de rencontrer des femmes qui m’ont amenée à me dépasser. Grâce à L’effet A, j’espère à mon tour influencer le parcours de femmes professionnelles et les aider à propulser leur ambition. Si je peux leur transmettre une partie de mon audace et de ma détermination, si j’arrive à les convaincre de foncer sans attendre ni chercher la perfection, je pourrai dire : mission accomplie !

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours L’effet A ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Photo : Frédérique Ménard-Aubin

3 commentaires

  1. Sylvie Boisvert Author

    Wow! Merci Julie pour ton authenticité! Je crois qu’on est inspiré par des gens et qu’à notre tour on en inspire d’autres pour créer un rayonnement contagieux qui permet le plein épanouissement. Et bien ma chère Julie, avec ce partage, c’est toi qui m’inspire et que j’ai envie de modéliser. Soudainement, je perçois que tout ce en quoi j’aspire est accessible et je me donne “la permission” de le conquérir 🙂 Merci Julie!

    • Julie Author

      Tes commentaires me touchent Sylvie, merci ! Je suis certaine que nous vivrons un 100 jours des plus enrichissant qui nous permettra assurément de passer à l’action et d’aller encore plus loin !

      Merci encore énormément pour ton étroite collaboration à la modélisation des forces de chacune des leaders du défi : Bâtir son réseau et accéder au réseau d’influence.

  2. carine Author

    Je suis d’accord avec vous, les femmes ne font pas assez confiance à leur instinct. Merci pour ce partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy