Histoires inspirantes

«Renoncer à un rêve? Certainement pas!»

30 août 2016 par Catherine Bergeron
Geneviève Fortier

Ambitieuse et charismatique, Geneviève Fortier a le goût de l’aventure et du succès. Chef de la direction chez Promutuel Assurance, et leader du Défi 100 jours L’effet A, elle encourage les femmes à prendre conscience de leur potentiel afin de réaliser leurs plus grandes ambitions. Rencontre avec une gestionnaire à l’intelligence aiguisée et à l’humanisme contagieux !

Si tu devenais une super-héroïne du monde des affaires, quel serait ton super pouvoir ?
Ma capacité à rassembler et à inspirer les gens ! Des personnes de mon entourage m’identifient d’ailleurs à Tintin. Bien qu’il n’ait pas de super pouvoir, Tintin sait donner le goût aux gens de le suivre dans ses aventures. Il est une source inépuisable d’idées et, peu importe les enjeux, il trouve toujours une solution ou un plan pour gagner — tout en s’amusant !

Comment cette force s’est-elle révélée à toi ?
J’ai réalisé très tôt que les gens attendaient de moi que je prenne le « lead » du groupe, que je leur indique la direction à suivre. Déjà au secondaire, j’étais à la tête de plusieurs comités, encouragée par mes pairs. Jeune, j’ai décidé d’accepter cette confiance naturelle qu’on m’accordait, et de m’en servir pour faire avancer efficacement les choses.

« C’est grisant de savoir que les gens nous font confiance
et qu’ils veulent nous suivre.
Ça donne des ailes pour faire bouger les choses ! »

Pourquoi ne voudrais-tu te départir de cette force pour rien au monde ?
Savoir rallier les gens a un impact majeur sur l’atteinte des objectifs de l’entreprise et des miens, par ricochet. Cette force me permet de me coucher satisfaite, et elle me donne l’énergie de continuer mon travail le lendemain.

Une chose que tu aurais aimé savoir plus tôt dans ta carrière ?
« Keep it simple! » J’ai longtemps pensé que les meilleures solutions devaient être le résultat d’un travail de longue haleine et de réflexions ardues. Que d’heures perdues ! J’ai réalisé que les idées les plus brillantes sont souvent simplissimes. Mais pour les voir, il faut développer sa capacité à simplifier et à vulgariser les enjeux les plus complexes. Ça demande de l’entraînement, mais c’est payant !

À lire aussi : Dans les souliers d’Isabelle Hudon

À quel moment dans ta vie professionnelle as-tu ressenti le plus grand sentiment de fierté ?
Lorsque mon équipe et moi avons livré le projet Grandir en santé du CHU Ste-Justine, où j’agis comme présidente du conseil d’administration. Je suis heureuse que nous ayons mobilisé des milliers de partenaires et d’employés, que nous ayons respecté l’échéancier et le budget prévus pour ce projet visant à bâtir et à moderniser cet hôpital pédiatrique. Je suis fière que le Québec soit maintenant doté d’un centre hospitalier universitaire Mère-Enfant ultra moderne, le plus grand au Canada, qui servira à de nombreuses générations.

« Je ne crois pas qu’il faille renoncer
à quoi que ce soit dans la vie. 
 »

Dans ton parcours, as-tu dû renoncer à un projet ou à un rêve ?
Je ne crois pas qu’il faille renoncer à quoi que ce soit dans la vie. Je pense plutôt qu’il faut rêver grand — très grand ! — et faire les bons choix. C’est ça le plus grand défi ! À certains moments, j’ai choisi de prioriser mon conjoint, mes enfants, mes amis… au détriment d’opportunités professionnelles. À d’autres moments, ce fut l’inverse. J’ai toujours fait mes choix consciemment et sans regret, sachant que c’était ma décision.

Quelle devise te représente bien ?
Celle des 4H (pour Honneur, Habileté, Humanité, Honnêteté), un club dont je faisais partie quand j’étais petite. J’ai toujours eu le désir de gagner, mais de le faire avec panache et intégrité.

Si tu pouvais encapsuler un seul de tes talents pour l’offrir à tes héritiers, lequel choisirais-tu ?
Ma capacité d’agir. Je crois que tout est possible, qu’il faut seulement se mettre en mouvement. Les grands rêves se réalisent en posant de petites actions au quotidien.

Qu’est-ce que tes parents te répétaient sans cesse quand tu étais petite ?
« T’es bonne, t’es fine, t’es belle, t’es capable ! » Ma mère me le répète depuis que je suis toute jeune, et ça me fait toujours autant de bien !

À la fin du Défi 100 jours L’effet A, que veux-tu avoir accompli ?
Je veux que toutes les participantes réalisent qu’avec une vision claire de leur potentiel et la volonté de poser des gestes concrets, aussi petits soient-ils, elles pourront réaliser leurs rêves, même les plus fous !

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours L’effet A ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.


Crédit photo: Frédérique Ménard-Aubin

2 commentaires

  1. Avatar
    Chantal Barrette Author

    Wow Geneviève que vous êtes inspirante.

  2. Avatar
    Maria Zalazar ( Effect A- atelier samedi april 1) Author

    Ton triangle d’équilibre profession- famille- contribution à notre société a été sans doute, une des conseils le plus important que J’ai reçu dans ma carrière…peut être J’irai plus graduellement…mais je vais y arriver ! Merci mille fois Geneviève de ta générosité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy