Histoires inspirantes

«J’avais peur de ne pas être à la hauteur»

27 January 2016 par Catherine Bergeron

Dire oui ou non à une promotion? Quand Jessica Hayes, analyste aux renouvellements à la Financière Sun Life, a eu l’occasion de devenir chargée de compte, elle a hésité longtemps. Elle raconte comment son Défi 100 jours L’effet A l’a convaincue de faire le grand saut. Et elle ne l’a pas regretté !

SON DÉFI
«Analyste aux renouvellements depuis à peine 6 mois, je me développais dans un travail qui me convenait à merveille. Quand on me demandait si un poste de chargée de compte pourrait éventuellement m’intéresser, j’acquiesçais. Pourquoi pas ? Je m’imaginais tout à fait évoluer vers ce type d’emploi… dans quatre ou cinq ans ! Le temps de faire mes classes. Je n’entrevoyais pas mon parcours autrement. Jusqu’au jour où une collègue nous a annoncé qu’elle attendait un bébé. Après les félicitations usuelles à la future maman, quelques paires d’yeux ont commencé à se tourner vers moi.

Jessica Hayes
«Un poste de chargée de projet venait de se libérer le temps d’un congé de maternité. J’ai toujours assumé mon ambition, mais je n’ai jamais pensé que les choses puissent débouler aussi rapidem
ent. Est-ce que j’avais vraiment ce qu’il fallait pour ce poste ?

«J’ai hésité longtemps à me lancer. J’avais peur de me tromper. Puis lors d’un atelier du Défi 100 jours L’effet A, Brigitte Simard, une chasseuse de têtes chevronnée, m’a convaincue : “Vous êtes jeunes, il faut mettre le doute de côté !” Elle nous encourageait à expérimenter en dehors de notre zone de confort pour découvrir nos forces et pour développer le plus de connaissances possible. Elle avait raison. »

SA RENCONTRE MARQUANTE
«Ma décision était prise : j’allais proposer ma candidature. Et, juste au bon moment, une rencontre avec Marie-Josée Lamothe, directrice générale, stratégie de marques, chez Google Canada, m’a confirmé que je faisais la bonne chose. Généreuse, elle nous a raconté, à moi et à d’autres participantes de L’effet A, son parcours professionnel. Une histoire ponctuée de revirements, de voyages et de prises de risques. Elle nous a confié que son plus grand échec en début de carrière avait été de croire que tout le monde avait plus d’aptitudes qu’elle. Un manque de confiance qui prive malheureusement plusieurs femmes de grandes opportunités.»

SON DÉROULEMENT HEUREUX
«Quand j’ai lu Lean In, de Sheryl Sandberg, un passage m’a vraiment marqué : “while men are promoted based on potential, women get a leg up based on past accomplishments.” Je sentais peut-être que je n’avais pas suffisamment d’expérience, mais j’avais le potentiel. J’en étais certaine.

«Question de bien préparer ma candidature, j’ai sollicité des rencontres avec mon patron et différents collègues. Je leur ai parlé de mon intérêt pour le poste de chargée de compte et j’en ai profité pour leur poser des questions sur la nature du travail. Quand j’ai officiellement postulé, j’étais prête.

«La bonne nouvelle : à la toute fin de mon Défi 100 jours L’effet A, j’ai pu annoncer aux autres participantes que j’avais décroché l’emploi. Dans les mois à venir, je devrai suivre une formation et obtenir mon permis d’assurance. Je travaillerai fort, et vous savez quoi ? Je crois que je serai une excellente chargée de compte !»

SES CONSEILS POUR LES FEMMES : UNE PROMOTION? ACCEPTEZ!
– Croyez en votre potentiel – «Tout s’apprend. Tout ! Vous devrez probablement travailler plus fort au début, mais vous y arriverez. Sortir de sa zone de confort, ça fait peur, mais c’est aussi extrêmement formateur.»

– Communiquez vos ambitions – «J’ai toujours cru qu’il était mal vu de parler de ses ambitions à son entourage professionnel. Pourtant, quand je suis allée voir mon patron et mes collègues pour leur parler du poste que je convoitais, je me suis immédiatement sentie supportée. On a répondu à mes questions, on m’a conseillée et guidée.»

– Osez vous lancer – «La plupart des femmes n’aiment pas beaucoup la prise de risque. Les chiffres parlent : quand il s’agit d’appliquer sur un nouveau poste, les hommes postulent même s’ils ne détiennent que la moitié des qualifications requises, alors que les femmes se lancent rarement si elles ne répondent pas à tous les critères. Faites-vous confiance ! Si vous décrochez l’emploi, ce n’est pas une question de chance. On a jugé que vous aviez le potentiel.»

 

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours L’effet A ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Photos : Frédérique Ménard-Aubin (portrait)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy