Prendre des risques

Faites preuve de stratégie dans votre carrière

20 janvier 2017 par Michèle Provencher

Pour réaliser ses ambitions, Marie-Josée Lamothe n’a pas utilisé une voie conventionnelle! Pour devenir directrice générale chez Google Canada, elle n’a jamais cru qu’il lui fallait gravir les échelons du bas vers le haut. Son parcours, stratégique et audacieux, a toujours été influencé par un fort désir d’apprendre et de sortir de sa zone de confort.

Du domaine des cosmétiques chez L’Oréal à l’informatique chez Google, de la direction d’un département de marketing à la direction générale en passant par les ventes, Marie-Josée s’est démarquée grâce à l’acquisition de compétences complémentaires. Son parcours prouve que pour atteindre ses objectifs, il faut être prête à saisir les opportunités qui se présentent.

AVANCER STRATÉGIQUEMENT
Pour avancer, il faut d’abord prendre son élan! «J’ai accepté des postes moins seniors pour aller chercher une expertise connexe, c’est ce qui m’a permis de me propulser par la suite. De directrice nationale des ventes, je suis passée au marketing à titre de chef de produit, puis j’ai rapidement pris la direction du marketing, ceci m’a donné une plus grande perspective dans l’approche business

Il n’est pas rare que les gens perçoivent négativement le choix d’un collègue d’opter pour un poste latéral ou même inférieur à celui qu’il occupait. Pourtant, ce genre de manoeuvre demande du courage et répond à une stratégie plutôt qu’à un simple coup de dés!

Selon Marie-Josée Lamothe, il faut se fier à son instinct et surtout, avoir confiance en soi. «Il ne faut pas suranalyser. Quand on reste sur place, on recule. Et si vous réfléchissez trop mesdames, d’autres auront eu le temps de prendre le poste», ajoute Marie-Josée en riant.

À LIRE AUSSI
«J’avais peur de ne pas être à la hauteur»

CHERCHEZ À APPRENDRE, TOUJOURS
Pattie Sellers, directrice du Fortune Most Powerful Women Summit, propose de voir sa carrière comme un jeu de lianes que l’on saisit de gauche à droite plutôt qu’une échelle que l’on gravit à la verticale. Selon elle, la façon de planifier son avenir de façon linéaire est désuète. Ce carcan nous empêche de saisir les opportunités qui peuvent nous emmener dans une zone d’inconfort, mais nous permettent d’acquérir plus de connaissances.

Sellers conseille de s’enrichir d’expériences qui seront utiles, peu importe le poste ou l’industrie, comme le développement des affaires ou l’art de la présentation. Ces outils nous rendent aptes à nous adapter à n’importe quelle situation, dans un monde du travail continuellement en mouvement. Elle souligne surtout l’importance de développer ses habiletés en nouvelles technologies. Quelle que soit l’industrie, la technologie est directement liée au développement d’une organisation. Pas besoin de devenir un wiz kid, Sellers cite le simple exemple de son iPad qui l’a aidé à comprendre la nécessité d’intégrer cet outil lors de la gestion d’un projet.

DÉVELOPPEZ DES TALENTS COMPLÉMENTAIRES
Nos pères et nos grands-pères ont bâti leur carrière en gravissant un à un les barreaux d’une échelle qui n’existe plus aujourd’hui selon Joanne Cleaver, auteure du livre The Career Lattice.

Notre carrière grandit comme une vigne sur un treillis, en s’appuyant sur plusieurs assises latérales et diagonales. Elle suggère de faire valoir tout ce que l’on fait à l’extérieur de notre description de tâches, comme un blogue personnel, l’apprentissage d’une nouvelle langue ou d’un logiciel. Il faut renouveler sans cesse son coffre à outils pour continuer à avancer. Passer par quatre chemins ne veut pas dire qu’on se perd.

Marie-Josée Lamothe démontre par son parcours que de voir du paysage nous permet d’acquérir l’expérience nécessaire pour arriver à bon port!

 

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours L’effet A ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

4 commentaires

  1. Bablofil Author

    Thanks, great article.

  2. Brigitte Dufour Author

    Lorsque j’ai choisi de revenir dans le domaine des TI, j’ai choisi de retourner à un poste de recrutement que j’avais occupé 8 ans auparavant. Toutefois, le domaine avait grandement évolué et j’avais besoin de reprendre contact avec le terrain. Je suis donc passé à la gestion de comptes clients, et maintenant, je dirige une équipe de 10 personnes composé du bureau de proposition, de l’équipe de ventes et de recrutement.

    Je n’ai jamais regretté cette décision, elle m’a permis d’avancer plus rapidement dans ma carrière.

  3. Karine W Author

    Prendre un pas de recul pour mieux se propulser est un mouvement courageux mais payant! Je suis passé d’un poste de gestion dans l’industrie de la mode à un poste syndiqué dans le milieu hospitalier. 3 ans plus tard, j’obtenais un poste de gestionnaire et je connaissais bien mon nouveau milieu. Maintenant, je fais un mouvement latéral pour changer d’etablissement mais j’ai bien l’intention de me propulser à nouveau. Il faut en effet se faire confiance +++ et foncer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy