Histoires inspirantes

Dans les souliers d’Isabelle Hudon

11 avril 2016 par Catherine Perreault-Lessard

Partout où elle passe, Isabelle Hudon propage son ambition. Chef de la direction à la Financière Sun Life Québec et cofondatrice de L’effet A, elle souhaite motiver les femmes à poser des gestes à la hauteur de leurs aspirations. Et ça marche ! Rencontre avec une grande source d’inspiration.

1. Quelle est ta plus grande ambition ?
J’ai l’ambition immense de faire une différence dans la vie des gens. C’est d’ailleurs l’une de mes plus grandes motivations auprès des femmes de L’effet A.

2. Quand ton ambition est au plus bas, quelle chanson te redonne de l’énergie ?
Celle qui éveille en moi l’énergie qui dort, c’est I Will Survive ! J’ai même un CD avec 20 versions différentes, allant de la plus disco… à la plus trash.

3. À quel moment as-tu réalisé qu’un de tes talents pourrait te permettre de te démarquer ?
Quand j’étais au primaire, j’ai dit à mon prof de 5e année : « Vendredi prochain, je vais donner ton cours d’arts plastiques à ta place. » Et je l’ai fait ! Même si j’étais un brin timide… À ce moment-là, j’ai compris que je pouvais bouger des montagnes et rallier les gens.

4. Si tu n’étais pas si modeste, de quel bon coup aimerais-tu te vanter ?
À part mon fils et L’effet A, ma plus grande réalisation est assurément ce que j’ai accompli comme chef de direction de la Financière Sun Life. Quand je suis entrée en poste, certaines personnes étaient amusées par ma nomination parce que je n’avais aucune connaissance dans le secteur financier. Les défis me semblaient énormes, voire insurmontables ! Pourtant, en 6 ans, les ventes ont triplé, le nombre de postes exécutifs à Montréal a augmenté de 75 % et le niveau d’engagement des employés n’a pas cessé de croître. J’en suis très fière !

5. Tu répètes souvent qu’il n’y a pas d’échec, que des demi-succès. Quel est ton plus grand demi-succès ?  
Mon passage comme présidente à l’agence de publicité Marketel. Je suis restée en poste deux ans, et je dois avouer que je ne m’y suis pas pleinement réalisée. Malgré tout, j’ai beaucoup appris. Ça m’a permis de prendre conscience, entre autres choses, que je ne suis pas une fille de PME, mais de grande entreprise. D’ailleurs, je ne suis pas certaine que la Financière Sun Life serait venue vers moi si ce n’était de mon passage chez Marketel… Rien n’arrive pour rien !

6. Quelle est ta devise ?
J’ai un petit livre à côté de mon ordinateur dans lequel je note les phrases qui me marquent. Il n’y en a pas énormément, mais une phrase m’a réellement frappée. Elle représente toute l’envergure de mon ambition. C’est : « Shoot for the Moon. Even if you miss, you’ll land among the stars. »

À lire aussi : Dans les souliers de Sophie Brochu

7. Si tu pouvais obtenir un nouveau talent en claquant des doigts, quel serait-il ?
Baignant maintenant dans l’univers du Big Data, j’aimerais être plus habile et rapide à le lire et à le manipuler. Ce n’est pas un talent naturel pour moi. Il faut que je me force ! Dans un tout autre ordre d’idée, une partie de moi a toujours rêvé de devenir ballerine… mais je n’ai aucune coordination ! Je n’arrive même pas à danser un slow.

8. Professionnellement parlant, qu’est-ce que les années d’expérience t’ont appris ?
Que la plus belle chose qu’on gagne dans la vie, c’est la maturité… Ce mélange de connaissance, d’expertise et de résilience.

9. Quel est le meilleur conseil que tu as reçu ?
« Entoure-toi de personnes plus fortes et plus expérimentées que toi. » C’est un de mes premiers mentors qui m’a dit ça et, depuis, j’ai toujours suivi son conseil. Même si je dois avouer que ce n’est pas toujours facile… Ça prend beaucoup d’humilité et de résilience pour être continuellement « challengé » par des personnes plus fortes que soi !

10. Dans les souliers de quelle femme connue aimerais-tu passer 24 h ?
Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). J’adorerais gérer, comme elle, de grands dossiers géopolitiques dans le monde de la finance. C’est une femme solide, et je suis curieuse de savoir comment elle prend ses décisions.

soulier11. Avec quelle paire de souliers pourrais-tu conquérir le monde ?
Avec mes Louboutin à talons hauts, je me sens toujours d’attaque !

12. Jusqu’où veux-tu aller avec ces souliers ?
Jusqu’à la lune ! Sérieusement, j’aimerais que L’effet A s’installe dans toutes les entreprises du Québec et que ça devienne naturel de se préoccuper de la place des femmes au travail.

Envie de suivre une formation de développement professionnel aux côtés de leaders comme Isabelle Hudon ou Sophie Brochu? Le prochain Défi 100 jours L’effet A commence en mars 2017! Pour plus d’info, visitez la page formation de notre site internet!

2 commentaires

  1. Marie-Andrée Author

    Très chère Isabelle,
    Je suis devant mon ordinateur à vous lire attentivement. Je vous admire pour ce que vous faites et ce que vous êtes, une femme qui propage son ambition et qui veut faire une différence dans la vie des gens. Au même moment, je reçois un appel, cet appel tant attendu, cet appel plein d’espoir. Bref, le genre d’appel qui nous donne envie de crier et d’écouter  »I will survive »! En ce moment, je me tourne vers vous et je garde encore espoir…
    Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même. (Soren Kierkegaard)
    Merci pour l’inspiration !

  2. Bel Lauretta TENE Author

    Chère Madame Hudon,

    Je suis très admirative de ce que vous faites. Félicitations pour votre engagement à pouvoir aider les femmes. Nous en sommes très fières.

    Notre souhait est que l’effet A dont vous portez et au travers duquel des vies sont transformées et des femmes challengées ne soit pas seulement comme vous l’avez signifié lors cet interview, je cite  » j’aimerais que L’effet A s’installe dans toutes les entreprises du Québec et que ça devienne naturel de se préoccuper de la place des femmes au travail. »
    Nous souhiatons que l’effet A soit mondial non pas seulement Québecois. Nous aussi avons besoin de vos conseils, d’être challengée, d’être boostée.
    Directrice de publication du magazine Dirigeantes, nous faisons la promotion et valorisons les femmes cadres et cheffes d’entreprises. Nous avons également mis en place un site internet http://www.lesdirigeantes.com qui reprend tous les portraits et met en avant l’actualité de femmes cadres et cheffes d’entreprises.
    Nous organisons également des rencontres pour permettre aux femmes de réseauter, de s’aiguiser, d’être challengées, boostées.

    Nous souhaitons collaborer avec vous.

    Surtout, recevez encore toutes nos félicitations.

    Bel lauretta TENE, Directrice de publication du magazine Dirigeantes, beltene@lesdirigeantes.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy