Vivre avec une femme ambitieuse : des conjoints témoignent 

28 novembre 2019 par Emmanuelle Gril
Des conjoints racontent leur vie avec une femme ambitieuse.

Les statistiques démontrent que les hommes ont davantage de chances d’être promus aux plus hauts échelons hiérarchiques que les femmes. Mais qu’arrive-t-il lorsque ces dernières accèdent à des postes de pouvoir? Réponse de trois conjoints qui n’ont pas peur de l’ambition au féminin.

Lorsque la fille de Geneviève Fortier et de François Demers est née en 2002, leur nounou les a quittés quelques mois plus tard. Rapidement s’est posée la question de savoir comment la petite famille allait désormais s’organiser. François a décidé de prendre un congé parental, puis de devenir un père au foyer à temps plein. 

« Je crois que tous les hommes n’auraient pas pu prendre cette décision. Il faut un caractère particulier. Et même si chez nous les rôles traditionnels sont inversés, une mère demeurera toujours une mère », raconte François.

La famille Demers
Geneviève Fortier et François Demers prennent la pose avec leurs enfants.

Au quotidien, il s’occupe de la lessive, de la cuisine et de l’épicerie, alors qu’une aide-ménagère voit à l’entretien général de maison. « Cela nous laisse donc tout le week-end pour en profiter sans avoir de contraintes », dit-il.

Aujourd’hui chef de la direction chez Promutuel Assurance, Geneviève Fortier a une impressionnante feuille de route. Ses postes successifs l’ont amenée à beaucoup voyager et cumuler de longues heures de travail, mais elle a pu prendre de plus grandes responsabilités au fil des ans sachant qu’à la maison, son conjoint assurait stabilité et présence auprès des enfants.

« Ma conjointe a eu de belles opportunités et je suis heureux qu’elle ait pu les saisir et progresser. Au même titre qu’une épouse va soutenir son mari dans sa carrière, un conjoint peut faire de même avec sa femme », assure François qui ajoute que les gens étaient souvent surpris par rapport à ses choix. 

« Certains ressentaient de l’envie par rapport à ma situation. D’avoir pu être là au quotidien avec mes enfants, d’avoir capté des moments précieux, c’est gratifiant et ça vaut de l’or », soutient-il

Soutenir et encourager   

Patrick Gervais est vice-président marketing et communications pour la Compagnie Électrique Lion, alors que sa conjointe Stéphanie Trudeau occupera de nouvelles fonctions dès le 1er janvier, à titre de vice-présidente exécutive – Québec chez Énergir. Deux professionnels très occupés qui sont aussi les parents de trois enfants âgés de 18, 15 et 8 ans. 

Patrick Gervais et Stéphanie Trudeau avec leurs trois enfants.
Patrick Gervais et Stéphanie Trudeau avec leurs trois enfants.

« Le travail fait partie de nos vies. Même en vacances nous prenons nos courriels tous les jours! On se sent plus léger quand on peut régler les problèmes matin et soir », confie-t-il.

Mais le week-end en famille est sacré, et à tour de rôle avec sa conjointe, il fait en sorte d’être de retour à la maison pour 18 h 15. Le couple se réserve aussi du temps pour faire des activités ensemble et s’offrir des moments juste à eux.

« Je suis très fier de la belle notoriété de Stéphanie et de tout ce qu’elle a accompli. Nous nous entraidons constamment et lorsqu’il lui arrive de ressentir le syndrome de l’imposteur, je l’encourage à se lancer, à continuer à se dépasser », dit Patrick Gervais qui souligne qu’il n’y a pas suffisamment de femmes à la tête des grandes entreprises. 

« Elles ont une approche différente de la gestion, c’est un apport d’une grande richesse », affirme-t-il. 

Selon lui, il est indispensable de faire tomber les préjugés. Patrick Gervais déplore que même si les choses ont changé, de nombreux hommes demandent encore à leur conjointe de mettre leur carrière en veilleuse avec l’arrivée des enfants. « Il est pourtant possible de mener carrière et vie de famille de front si tous les deux mettent l’épaule à la roue », croit-il.

Chasser la culpabilité

Dirigeant régional de la banque UBS pour l’Est du Canada, Pierre Czyzowicz est le conjoint d’Élise Proulx, vice-présidente, communications et affaires gouvernementales chez Hydro-Québec. Ils sont aussi les parents de quatre enfants de 21, 18, 12 et 10 ans. Leur secret pour tirer leur épingle du jeu et s’accorder du temps en couple?

« On joint l’utile à l’agréable », explique Pierre Czyzowicz. Il leur arrive par exemple de conjuguer un voyage personnel à un voyage d’affaires, ou encore de s’organiser des activités en marge d’obligations professionnelles.

« Tout finit par tomber en place, il faut juste s’adapter à la situation et trouver des solutions », mentionne-t-il.

La famille Czyzowicz en voyage
La famille de Pierre Czyzowicz et d’Élise Proulx en vacances.

 La gestion de l’ensemble des activités familiales se fait en équipe, avec le concours de leurs deux filles aînées et d’une aide familiale. Pierre Czyzowicz souligne que le couple se fréquente depuis le secondaire et qu’ils ont toujours pris leurs décisions à deux.

« Nous nous sommes constamment apporté du soutien mutuel. La clé est de se donner les moyens afin que chacun des conjoints puisse se développer et se réaliser », explique-t-il. 

Il remarque toutefois que les femmes ressentent souvent de la culpabilité à ne pas pouvoir être partout à la fois. « Elles s’en mettent beaucoup sur les épaules. Par exemple, quand quelque chose ne fonctionne pas à la maison, les mères pensent que c’est à elles de s’en occuper. Il faut instaurer une nouvelle dynamique. Chez nous, les tâches sont partagées et chacun s’investit dans celles où les bénéfices seront les plus grands pour l’ensemble de la cellule familiale. Les hommes ont un rôle à jouer pour faire en sorte que le sentiment de culpabilité de leurs conjointes se dissipe », conseille-t-il. Assurément l’une des recettes du succès!

Inscrivez-vous au Défi Leadership de L'effet A.

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy