Le journal de bord de Charlotte Huin
Participante du Défi 100 jours

Bio

Responsable du programme de transformation digitale chez Groupe Mutuel

Le défi de Charlotte

Elle s’est inscrite au Défi 100 jours pour s’affirmer et prendre sa place dans un milieu de travail principalement masculin, et se créer un réseau qui l’aidera à développer son influence.

Sa définition de l’ambition ?

«Être ambitieuse, c’est aimer apprendre, vouloir grandir et sortir de sa zone de confort. L’ambition, c’est le filtre que j’applique sur ma vie professionnelle.»

Découvrez les apprentissages et réflexions de Charlotte.

1 parcours pendant 100 jours, 3 piliers de développement.

 Pilier 1 : confiance  

Jours 1 à 33 du parcours

Tout part de la confiance en soi, voilà pourquoi c’est notre premier pilier. Plusieurs thèmes sont explorés lors de l’atelier, la webconférence et les cartes envoyées chaque semaine : les leaders discutent du syndrome de l’imposteur, de la posture mentale de développement et de présence exécutive. C’est également lors de ce premier pilier que les participantes s’engagent à identifier puis réaliser leur défi professionnel en 100 jours.

Quelles sont tes impressions sur le premier atelier - Boostez votre confiance ?

Je l’ai trouvé très concret, accessible et humain. Les deux sessions étaient très complémentaires. J’ai aimé le côté très nord américain de style motivational speech de la première partie à la «Yes you can!» et le côté très réconfortant, pragmatique et concret du groupe de discussion de la seconde partie.  

Quelles sont tes impressions sur ton expérience ?

Je me suis sentie «reboostée» et bien outillée grâce à des trucs que j’ai commencé à appliquer lors d’une récente présentation au conseil d’administration. Je me suis sentie vraiment comprise et acceptée sans jugement.

 

 Pilier 2 : prise de risque 

Jours 34 à 66 du parcours

«Ne pas prendre de risque est un risque en soi», dit la leader Sophie Brochu. Dans ce deuxième pilier, on explore, bien sûr, la notion de risque, mais également d’échec et de ces fameux freins qui nous empêchent de sortir de notre zone de confort. Après ce pilier, l’art de la négociation n’a plus de secrets pour les participantes.

Nous sommes déjà à la moitié du parcours du Défi 100 jours. As-tu déjà réalisé certains éléments sur toi-même? Y a-t-il des choses que tu vois différemment?
J’ai appris (j’y travaille encore) à lâcher prise. J’ai également compris que vouloir faire plaisir à tout le monde n’est pas la bonne solution. Essayer de tout réaliser de manière parfaitement maîtrisée ne m’aide pas à atteindre mes objectifs. Au contraire, respecter mes valeurs, les partager et accepter que Done is better than perfect m’aide à me propulser bien davantage.
À la lumière de ce que tu as vécu à ce jour dans le Défi 100 jours, quels sont les plus grands freins à ton ambition? Comment se manifestent-ils dans ta vie professionnelle?
L’un de mes plus grands freins est de dompter cette petite voix qui s’élève en moi en période de doute, de fatigue ou lorsque je reçois des commentaires qui touchent certains enjeux ou failles en moi. Dans tout ça, j’apprends qu’il faut prendre le temps de colmater ces brèches et d’opter pour la bienveillance.  Au quotidien, j’ai tendance à vouloir trop en faire et surtout, à vouloir faire plaisir à tout le monde pour éviter un conflit.
Le pilier 2 sur la prise de risque vient de s’achever. Ta perception du risque et de la négociation a-t-elle changé?
Prendre des risques n’est pas vraiment un problème pour moi. Je continuerai à en prendre, car j’aime apprendre et grandir. Néanmoins, je prendrai peut-être plus de temps pour analyser le contexte et réfléchir à quel challenge ou quel risque je vais prendre dans le futur. Le vrai grand apprentissage de ce pilier, de mon côté, concerne la négociation. J’ai compris qu’on peut être soi-même et en paix avec ses valeurs dans ces circonstances, si on est claire sur les limites qu’on ne veut pas franchir.
Quelle intervention t'a le plus marquée durant cet atelier?
Sophie Brochu a fait référence à «Tracer sa ligne dans le sable» en lien avec la négociation. Son propos a particulièrement résonné chez moi. 

 

 Pilier 3 : influence 

Jours 67 à 100 du parcours

Influencer : un comportement qui en rebute plusieurs. Pourtant, c’est le fondement de toute interaction. Lors de l’atelier, la webconférence et les cartes, les participantes découvrent comment maximiser la portée de leur réseau, sont exposées aux jeux politiques et sont appelées à développer leur réseau au contact des autres participantes.

Ta perception de l’influence a-t-elle changé?

Elle n’a pas changé, mais son importance m’a été confirmée. On ne peut pas ne pas être influente. C’est un fait. Il faut apprendre à en jouer et finalement, ce n’est pas si compliqué quand on regarde le côté win-win de la chose. Par contre, j’ai appris plusieurs trucs simples que je compte bien appliquer au quotidien. Aussi, le fait de réaliser qu’on peut aligner l’influence avec nos valeurs a été très réconfortant pour moi. Voici comment je compte appliquer mes apprentissages au quotidien : 

  • Quand j’ai des doutes ou peu de motivation, je me répète que ce que je fais, je le fais aussi pour mes équipes.

  • Je me réserve un moment pour pratiquer mon influence au quotidien, car cela fait autant partie du travail que mes autres tâches.

  • Je me mets systématiquement à la place des gens que je veux influencer afin de maximiser nos échanges et surtout, je m’aligne avec leurs valeurs en me connectant à mon empathie.

Quelle intervention, propos ou citation t'a le plus marquée durant la webconférence du pilier 3?

« Personne ne dit non à un café. » 😉

De quels bons coups, accomplis depuis le début de ton parcours, aimerais-tu te vanter?

Il a plus de petites victoires : je me suis retrouvée dans une position où je devais coacher l’un de mes superviseurs sur comment négocier! J’avoue que je suis très fière d’avoir fait adhérer mon équipe aux valeurs que je porte. Aujourd’hui, on tire tous sur la même corde pour aller de l’avant et livrer notre programme malgré les obstacles que l’on rencontre sur notre route (et il y en a!). Je sens que nous travaillons ensemble et que j’ai réussi à rallier mes collègues et équipes à ma cause.

Aimes-tu réseauter? Pourquoi?

Je ne suis pas une grande fan du réseautage à grande échelle. Ce n’est pas très naturel chez moi. Par contre, j’aime échanger dans de plus petites instances. Je pense que, finalement, réseauter, c’est être curieux et c’est savoir apprendre des autres. Alors petite ou grand échelle, ce n’est peut être pas si différent.

Quel est ton «super-pouvoir» en réseautage?
Mon sourire!
Quelle phrase ou quel conseil de leader t'a le plus marquée en lien avec le réseautage?
Le réseautage, c’est créer une communauté basée sur l’échange et l’entraide, qui permet de se challenger et de réfléchir.

Sa conclusion heureuse

«Avant L’effet A, j’essayais de faire ma place, de communiquer mes idées, mais je n’y arrivais pas.» Quelques jours après la fin de son parcours, Charlotte raconte comment le Défi 100 jours lui a permis de développer et de mieux exercer son influence. Découvrez son témoignage final!

Vous souhaitez vous aussi booster votre confiance, développer votre réseau et sortir de votre zone de confort? Inscrivez-vous au Défi 100 jours, le parcours qui transformera votre vie professionnelle.

 

Découvrez le journal de bord Les A.

 

100 jours pour parfaire sa confiance en soi

Elle s’est inscrite au Défi 100 jours pour parfaire sa confiance en elle et développer sa capacité à rallier les autres. Elle souhaite également apprendre à déléguer et développer sa présence exécutive. 

100 jours pour apprendre à sortir de sa zone de confort

Elle s’est inscrite au Défi 100 jours pour sortir de sa zone de confort, occuper davantage l’espace qui lui revient ainsi que développer son influence et son réseau.

100 jours pour adopter la bonne posture mentale

Elle s’est inscrite au Défi 100 jours pour apprendre à se faire confiance, à adopter la bonne posture mentale dans des situations difficiles et développer des outils pour briser son plafond de verre.

 

L'effet A est une initiative de

O'Dandy