Négocier

6 conseils pour progresser en affaires et mieux négocier votre salaire

7 octobre 2015 par Marie-Ève Bourassa

C’est dans l’édifice historique de la Financière Sun Life, au centre-ville de Montréal, que Robert Dumas accueille avec le sourire les participantes de son défi. En compagnie de Kim Thomassin et de Brigitte Simard, respectivement associée directrice chez McCarthy Tétrault et associée directrice chez Russell Reynolds Associates, il offrira au groupe un premier atelier ayant pour thème «Connaître sa valeur et la faire valoir».

Une étude a démontré qu’une personne qui négocie son salaire durant toute sa carrière aura accumulé entre un demi-million et un million de dollars de plus que celle qui n’aura jamais négocié. Durant la rencontre, de précieux conseils seront donc servis pour aider les participantes à progresser en affaires et à mieux négocier leur salaire.

Question de briser la glace, Robert propose aux participantes un petit tour de table au cours duquel elles sont invitées à partager trois de leurs objectifs professionnels. Issues de divers milieux, de la comptabilité au droit, en passant par la culture et la pâtisserie, ces femmes ont toutes un objectif commun: obtenir une augmentation de salaire d’ici les douze prochains mois.

Brigitte Simard

3 CONSEILS POUR PROGRESSER EN AFFAIRES
Brigitte Simard est une redoutable chasseuse de tête. Parmi son tableau de chasse, une certaine Isabelle Hudon qu’elle a recrutée il y a quelques années pour prendre la tête de la Financière Sun Life Québec. On retient trois recommandations de sa présentation:

1. Étendez votre talent: La leader conseille aux femmes d’expérimenter en dehors de leur zone de confort pour ajouter des cordes à leur arc. «Vous êtes jeunes, il faut mettre le doute de côté!» En d’autres mots: acceptez de nouvelles responsabilités, testez et vivez de nouvelles expériences pour mieux vous connaître et savoir où résident vos forces. Prenez ces opportunités comme différentes formes d’apprentissage.

2. Fixez-vous des objectifs: «Tout en étant réaliste, il faut vous fixer des objectifs et en parler à votre réseau interne. C’est vous qui gérez votre carrière. Personne ne vous prendra par la main pour vous monter au sommet.»

3. Soyez perçue comme une référence: «Il faut être sharp, être au courant de ce qui se passe dans l’industrie.» Bref, il faut faire ses devoirs. Même si vous n’êtes pas à la recherche d’un nouvel emploi, il est de votre responsabilité de rester informée sur ce qui se passe ici, mais aussi ailleurs dans le monde.

Kim Thomassin

3 CONSEILS POUR NÉGOCIER
Le tour est maintenant venu pour Kim Thomassin, première femme à la tête d’un bureau d’avocats, de promulguer de précieux conseils sur l’art de la négociation. Il va sans dire que ce thème est en parfaite continuité avec le défi qu’elle s’était lancé l’hiver dernier, alors qu’elle était l’une des leaders de la première cohorte de L’effet A. Ce qu’on retient de la présentation:

1. Soyez bien préparée: Abraham Lincoln disait: «Si j’avais huit heures pour abattre un arbre, j’en passerais six à affûter ma hache.» En terme de négociation, pour être bien préparée, il faut aller au fond des choses. Prenez le temps de creuser et de fouiller pour trouver de l’information: Quels sont les plans de l’entreprise? Quels marchés l’équipe souhaite-t-elle développer? Bien préparée, vous pourrez mieux vous positionner et mieux négocier!

2. Communiquez mais, surtout, écoutez: C’est la clé! À la base de la communication, il y a l’écoute. Être attentive vous permettra d’en apprendre davantage sur votre interlocuteur et sur ses besoins, et donc d’y répondre de façon spécifique tout en étant plus stratégique.

3. Soyez consciente de votre langage corporel: Regarder sa montre ou jouer frénétiquement avec son crayon trahit son stress ou son impatience. Projetez une image de confiance et souriez. Une bonne posture envoie un message positif aux gens et influence la façon dont on se perçoit soi-même.

Robert Dumas termine la rencontre en offrant un sage conseil à sa cohorte: «On ne gagne pas une négociation. On s’entend.» Un principe simple qui rappelle l’importance de considérer les intérêts de chacun et qui permet de construire de bonnes relations à long terme.

PROCHAINE ÉTAPE
Au moment de sortir, les langues se sont déliées et, déjà, les filles échangent leurs coordonnées. Elles attendent avec impatience la prochaine étape, où elles seront outillées afin de prendre en main plus efficacement leur vie financière.

 

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours L’effet A ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

1 commentaire

  1. Avatar
    Arianne Author

    Bonjour, j’ai besoin de votre expérience pour m’aider à aller plus loin dans mon cheminement professionnel…. Alors voilà, je travaille pour la même entreprise depuis juillet 2010, je suis dans le domaine de la vente.

    Mon salaire est constitué d’un montant fixe ridiculement bas, d’un allocation automobile et le reste provient de commissions sur mes ventes. Malgré une baisse de marché, je continue d’améliorer mes revenus d’une année à l’autre puisque je me raffine dans mon art! J’ai de très bons résultats de vente, je me classe parmi les meilleures au Québec dans mon domaine.

    À chaque année, je prend l’initiative de m’asseoir avec mon patron pour voir comment je peux améliorer mon sort financièrement…. J’ai tout essayé. Demander quelque chose de précis comme des vacances, des bonus de performance, des ristournes, augmenter mon salaire de base…J’ai aussi essayé la technique de rester vague et lui laisser décider de sa marge de manœuvre pour me rendre plus heureuse. J’ai présenté une demande écrite et des demandes verbales.

    Il ne veut jamais rien donner en supplémentaire…. Depuis tout ce temps, je n’ai obtenu qu’une semaine de vacance de plus après la deuxième année, c’est à dire trois semaines au total… Je suis insatisfaite et je lui dis, mais il ne fait que me répondre: « Tu n’as qu’à vendre plus. »
    Le marché descend et il veut que je vende plus….

    Je ne sais plus comment l’approcher. Il me dit qu’il est très satisfait de moi, de mon travail, qu’il ne veut pas que je parte…. mais, je ne sens aucun effort financier pour appuyer ce qu’il affirme…
    Pouvez-vous me conseiller?
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy