Conseils à emporter

Demander, recevoir et offrir de l’aide : trois comportements à démystifier maintenant

27 mars 2020 par Samantha Ratté


Nous vivons dans une culture où la réussite individuelle est valorisée. L’expression «self-made man/woman» représente à elle seule toute la portée que l’on accorde à cette idée de tracer son chemin seul.e. Alors que nous traversons une crise humaine et collective aux contours incertains, la croyance que nous pouvons tout faire en solo peut s’avérer une redoutable ennemie. 

Marie-Soleil Tremblay, professeure à l’ENAP et leader de L’effet A partage trois comportements essentiels à distinguer et adopter en ce temps où l’entraide et la solidarité font foi de tout. 

1. Demander de l’aide

Chez les femmes, notre premier réflexe est souvent de se tourner vers l’autre, d’offrir son aide plutôt que de lever la main, de peur de déranger. «C’est parfois difficile de demander de l’aide quand on a rien à offrir en échange» affirme Marie-Soleil Tremblay. Elle poursuit : « Ça requiert d’abord de l’humilité et ensuite du courage pour demander de l’aide.» Oui, pour demander, il faut se délester de ce fameux sentiment de culpabilité, lourd et contre-productif. 

La professeure et mère de 4 garçons nous partage deux trucs qui ont lui permis de changer sa posture mentale et ainsi exprimer son besoin d’aide. D’abord elle met la table à une entente bilatérale :

Quand je demande de l’aide à mon patron, une collègue ou une amie, je leur donne la permission de le faire aussi.Marie-Soleil Tremblay

Ensuite, elle remet en perspective une réponse négative potentielle de la part de son interlocuteur : « Si la personne à qui je demande de l’aide ne peut pas m’aider, cela ne signifie pas que je n’ai pas de valeur à ses yeux, elle a ses propres contraintes ou priorités du moment.»

2. Recevoir de l’aide

Les crises nous offrent l’occasion d’apprendre à demander de l’aide. Mais qui dit demander, dit recevoir. Nous avons parfois l’impression que s’entraider, c’est faire du troc : erreur.

Pour Marie-Soleil Tremblay, il ne faut pas s’attendre à redonner en échange, même si cela peut générer un sentiment de culpabilité :

On vit dans une société où la réciprocité est valorisée. Prendre sans donner peut engendrer un jugement négatif envers soi-même ; je me sens plus faible, incompétente ou dépendante. Marie-Soleil Tremblay

Pourtant, recevoir de l’aide c’est accepter que l’autre se soucie de nous. Il est pertinent de se rappeler qu’être sollicitée peut être valorisant. Pour celui qui reçoit, ça veut aussi dire accepter d’entrer en relation avec l’autre et de démontrer sa vulnérabilité. 

3. Offrir son aide

Offrir son aide est un art, car la manière et le moment de le faire auront immanquablement un impact sur la réception de l’autre. C’est une question de feeling, chantait Richard Cocciante. C’est une question d’intelligence émotionnelle, dirait-on plutôt aujourd’hui.

Il est important de se poser les bonnes questions lorsqu’on offre notre aide : dans quelle intention est-ce que j’offre mon aide, est-ce pour asseoir mon pouvoir sur quelqu’un ou pour aider de manière vraiment altruiste? Marie-Soleil nous rappelle d’ailleurs qu’offrir de l’aide, ne veut pas dire que nous sommes meilleures que la personne qui la reçoit. La leader de L’effet A affirme finalement avec sagesse :

Les organisations les plus efficaces sont celles où le travail d’équipe est valorisé. Demander, recevoir et offrir de l’aide, c’est travailler en équipe. Marie-Soleil Tremblay

 

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes comme Marie-Soleil Tremblay ? Participez au Défi 100 jours au Québec, en France ou en Suisse ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet.

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy