Question taboue

Les femmes baissent-elles les bras trop vite?

29 octobre 2015 par Marie-Ève Bourassa

«En entrant sur le marché du travail, les hommes et les femmes partagent le même type d’ambition. Pourtant, à peine deux ans plus tard, les aspirations des jeunes professionnelles chutent de 60 %, tandis que celles de leurs collègues masculins demeurent pratiquement les mêmes», explique Robert Dumas, président de la Financière Sun Life pour le Québec, qui cite une étude américaine sur le sujet.

Si l’ambition des femmes dégringole si vite, c’est qu’elles voient des embûches à leur avancement. La culture des entreprises, la manière dont elles offrent des opportunités et qu’elles célèbrent les succès des employés découragent les jeunes professionnelles qui peinent à faire leur marque dans un environnement qui colle très peu à leur réalité et à leurs besoins. Comment surmonter ces obstacles qui, à la longue, mine l’ambition des femmes?

3 FAÇONS DE PRÉSERVER VOTRE AMBITION

1. SACHEZ DÉCODER LES ORGANISATIONS
Les filles excellent à l’école, où leur niveau d’ambition est souvent supérieur à celui de leurs camarades masculins. Afin de maintenir cet appétit, les jeunes professionnelles doivent se familiariser rapidement avec le fonctionnement des entreprises. Ici, les bonnes notes ne suffisent plus!

Comment faire? Devenez alertes! Sachez identifier qui sont les leaders informels dans l’organisation et quels sont les jeux de politiques internes. Cet aspect est important pour faire évoluer votre carrière. Entourez-vous d’alliés qui seront en mesure de vous aider à mieux comprendre les rouages de l’entreprise, de collègues et de cadres inspirants, qui, comme vous, ont l’ambition de réussir.

2. APPRENEZ À VOUS METTRE DE L’AVANT
Les femmes sont souvent mal à l’aise avec l’idée de se mettre de l’avant. Toutefois, pour maintenir leur motivation, briller dans leur équipe et, éventuellement, obtenir des promotions, elles doivent apprendre (plus tôt que tard!) à faire connaître leurs habiletés, leurs succès et leurs ambitions.

Pas facile, vous dites? C’est vrai. Un petit truc: commencez par analyser votre valeur comme employée en notant ce qui vous démarque, vos connaissances et vos atouts. En prenant conscience de tout ce dont vous êtes capable, votre estime personnelle se portera mieux, et il n’en sera que plus aisé de vous projeter comme une gagnante.

Vous craignez de paraître prétentieuse en soulignant vos qualités et vos aspirations? Isabelle Hudon soutient que l’ambition ne fait pas peur, elle surprend. La solution: faites le deuil de plaire à tout le monde et concentrez-vous sur les gens que l’ambition n’intimide pas!

3. OSEZ NÉGOCIER
C’est un fait connu, les femmes sont moins bien rémunérées que les hommes: un écart estimé à 10% au Québec. Qu’un homme gagne plus pour un même travail, voilà qui est démotivant! L’actrice Jennifer Lawrence s’est d’ailleurs exprimé à ce propos dans une lettre incendiaire diffusée sur le Web. Elle y déclare que, lorsqu’elle a appris combien d’argent en moins elle avait gagné comparativement à ses collègues masculins, elle n’était pas en colère contre Sony, mais bien contre elle-même. «J’ai échoué à titre de négociateur parce que j’ai abandonné trop vite», écrit-elle.

Pour éviter que ce scénario ne se répète, Robert Dumas veut amener les femmes à lever le voile sur le tabou qu’est l’argent. En outillant convenablement les professionnelles en début de carrière, en les aidant à réaliser leur valeur sur le marché du travail et en leur apprenant à bien négocier, elles se sentiront plus confiantes et elles réussiront mieux à maintenir leur niveau d’ambition.

 

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours L’effet A ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

4 commentaires

  1. Avatar
    Véronique Author

    « Afin de maintenir cet appétit, les jeunes professionnelles doivent se familiariser rapidement avec le fonctionnement des entreprises. Ici, les bonnes notes ne suffisent plus! » C’est une remarque un peu infantilisante et à la limite dégradante. Comme si on ne connaissait rien au fonctionnement de l’entreprise mais que par contre, notre force, ce sont les bonnes notes. Pour ma part, si je perd la motivation, c’est plutôt parce que je me suis rendu compte au fil des ans et des emplois que la seule façon de progresser était d’être mal polie, de couper la parole et de marcher sur la tête des autres. Je prend ma place, mais pas celle des autres. Mais il faut croire qu’il faut prendre la place des autres pour grimper dans les échelons. Et ensuite on se demande pourquoi les patrons en général ne sont pas appréciés de leurs employés.

    • L'effet A
      L'effet A Author

      Bonjour Véronique!

      Bien qu’il puisse surprendre, ce passage ne se veut pas dégradant. Il est malheureusement basé sur des faits: les filles, souvent très performantes dans le contexte scolaire et classées parmi les meilleures dans les universités, se sentent souvent dépassées quand elles arrivent en entreprise, où les règles du jeu sont bien différentes. Elles doivent apprendre à se vendre sans humilité, chose qu’elles n’avaient pas à faire à une époque où les notes suffisaient à leur progression.

      En ce qui a trait à la notion de «place», votre point de vue est très intéressant. Voici un texte qui pourrait beaucoup vous plaire: Sa place: l’avoir, la faire, la prendre.

      Bonne journée!

  2. Avatar
    baume du tigre nez Author

    Merci pour cette page très interressante. Je vais attendre les prochains articles impatiemment. Isabelle

    http://baume-du-tigre.over-blog.com/baume-du-tigre-utilisation.html

  3. Avatar
    shirley Colin Author

    Peu importe à quelle étape on se situe au niveau de notre cheminement professionnel, il est absolument nécessaire de prendre le temps de faire un bilan des ses acquis, connaissances, réalisations et compétences. Cet exercice permet de faire le point et de prendre conscience de sa valeur ajoutée et oui la confiance et le sentiment d’efficacité augmente. Je suis tout à fait en accord avec le truc que l’article suggère.
    Un petit truc: commencez par analyser votre valeur comme employée en notant ce qui vous démarque, vos connaissances et vos atouts. En prenant conscience de tout ce dont vous êtes capable, votre estime personnelle se portera mieux, et il n’en sera que plus aisé de vous projeter comme une gagnante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy