Témoignages

Reprendre confiance et dompter son syndrome de l’imposteur

14 juin 2020 par L'effet A

« Du plus loin que je me souvienne, j’ai constamment voulu me dépasser, explique Catherine Paradis-Therrien. Cela m’a toujours définie. » Elle soutient toutefois qu’elle ressentait un profond malaise à parler ouvertement de ses ambitions. « J’avais peur que l’on me juge ! » 

Directrice principale, analyses avancées, à la TD Assurance, elle raconte comment le Défi 100 jours a transformé sa posture, et l’a aidée à se propulser au-delà du syndrome de l’imposteur. 

Quel a été le moment marquant de ton Défi 100 jours ? 

Quand j’ai réalisé que le syndrome de l’imposteur n’épargne personne. J’ai connu de nombreux succès tout au long de ma carrière : des promotions, des prix de reconnaissance, d’excellentes relations avec mes collègues et avec mes supérieurs… Pourtant, au moment de commencer mon Défi 100 jours, je doutais de ma valeur. 

Ma confiance en moi avait récemment été ébranlée. Je me suis donc engagée à fond dans le Défi 100 jours, sachant que cela m’aiderait à reprendre le dessus. J’ai rapidement compris que j’avais cette tendance à attribuer mes bons coups au hasard ou à d’autres facteurs, plutôt qu’à mes compétences et à mon travail acharné. Réaliser que j’avais le syndrome de l’imposteur a été un moment charnière dans ma carrière, car j’ai pu me prendre en main et contrer cette attitude. 

Comment le Défi 100 jours t’a aidée à surmonter le syndrome de l’imposteur ?

L’ensemble du programme de formation m’a été très utile, mais la clé, pour moi, ça a été de devoir me fixer un défi concret à relever. D’importants changements étaient anticipés dans mon entreprise. J’ai donc choisi d’améliorer ma visibilité et ma crédibilité afin de bien me positionner pour le futur. 

Ayant un but précis à atteindre, j’ai pu aller chercher les bons outils, lors des webconférences et des ateliers. J’ai mis en pratique tous les trucs pour reprendre confiance, puis j’ai identifié les éléments qui m’aideraient à avoir une meilleure présence exécutive ainsi qu’une plus grande influence sur mes collègues. J’ai commencé à m’affirmer de plus en plus, à prendre la parole à des moments où normalement, je serais restée silencieuse. Je me suis même invitée à certaines réunions exécutives que je savais pertinentes, même si on ne m’y avait pas conviée au départ. Cela me rappelle une phrase de Sophie Cadalen, citée dans un article de L’effet A : « Avoir de l’ambition, c’est avoir envie d’oser ; et celui qui ose arrive quelque part ! »

En améliorant ma posture physique et mentale, j’ai réalisé que j’avais plus d’impact dans mon leadership au quotidien. J’ai apporté des changements concrets dans la façon dont je dirige mon équipe et j’ai également partagé mes apprentissages de L’effet A avec mes collègues.

Tout cela mis ensemble a largement contribué à mon succès. 

Quelle grande leçon as-tu retenue de ton parcours ?

Se faire confiance et reconnaître ses succès, c’est la base ! À la fin du mois de novembre, j’ai appris que j’étais récipiendaire d’un prix très prestigieux au sein de mon entreprise. Un prix qui m’était décerné grâce aux commentaires positifs de mes collègues et de mon équipe à mon égard. 

Lorsqu’on m’a annoncé cette merveilleuse nouvelle, je n’ai pas attribué cela à d’autres facteurs. J’ai simplement dit « merci ».

Pour une incursion au coeur du Défi 100 jours, inscrivez-vous à L’expérience 7 jours L’effet A pour recevoir une série de 7 courriels gratuits de la part des leaders de L’effet A.


Comme Catherine, vous êtes prête à vivre l’expérience complète du Défi 100 jours ? Surmontez le syndrome de l’imposteur et propulsez votre carrière avec le soutien de leaders et de femmes inspirantes ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire au Défi 100 jours, visitez la
page formation de notre site internet.

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy