Témoignages

15X – quinze femmes ambitieuses qui changent l’équation

10 février 2021 par L'effet A
15x quinze femmes ambitieuses qui changent l equation

Elles sont 15. Quinze femmes ambitieuses, assumées et merveilleusement décomplexées face à leurs aspirations. Quinze femmes qui changent le monde à leur façon.

Elles ont créé une vitrine pour aider les entrepreneurs en pleine pandémie, inventé une technologie qui sauve des vies, pris la parole pour la diversité et l’inclusion, et contribué au rayonnement d’une marque désormais célèbre. Différentes femmes, différents succès, différentes histoires que l’on souhaite aujourd’hui célébrer. 

Dans une année où tout a été bouleversé, où les femmes ont particulièrement été affectées, on se doit de mettre en lumière ces talents dont les organisations ne pourraient plus se priver. 

Depuis la création de L’effet A, en 2015, nous assistons à la multiplication des ambitieuses. Plus de 3 000 femmes du Canada, de la France, de la Suisse et d’ailleurs dans le monde sont maintenant diplômées. Des femmes qui rayonnent, des femmes qui changent l’équation.

Découvrez leurs histoires comme une invitation à l’inspiration. Parce que l’ambition à 1 001 visages et que le vôtre pourrait faire partie de ce topo l’an prochain.


Nathalie La Rochelle
Conseillère principale, Expérience employé
Banque Nationale
* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 9 (printemps 2019)
Montréal


Faire rayonner les entrepreneurs en pleine pandémie

L'histoire de son succès

Si Nathalie La Rochelle cherche les défis, c’est d’abord et avant tout parce qu’elle aime les relever! Rassembleuse et créative, cette leader diplômée de HEC Montréal a une approche entrepreneuriale et humaine des projets auxquels elle s’attaque.

En plein cœur de la pandémie, Nathalie s’est questionnée sur le sort des entrepreneurs d’ici. Comment pouvait-elle aller au-delà des bonnes intentions et réellement les aider? Sa réponse? En faire un projet porteur au sein même de la Banque Nationale, où elle est conseillère principale, Expérience employé. « C’est en me donnant la permission de rêver grand qu’est née la Vitrine Banque Nationale! », nous confie celle qui adore prendre des initiatives et mener à bien des projets qui font la différence. Et la Vitrine Banque Nationale en fait toute une, puisqu’elle donne aux clients entrepreneurs la chance de promouvoir leurs produits et services auprès des 20 000 employés de la Banque.

« Pour moi, poursuit-elle, la Vitrine Banque Nationale a un impact positif dans la vie des clients, des employés et de notre communauté. C’est aussi l’occasion de se démarquer de nos compétiteurs et de renforcer le sentiment d’appartenance de nos employés. J’en suis très fière. »

L’effet A, l’allié de sa réussite

Diplômée de la septième cohorte du Défi 100 jours, Nathalie trace un lien direct entre ce qu’elle a appris lors de son passage à L’effet A et sa capacité à mobiliser ses collègues et ses supérieurs autour d’un projet commun. « J’ai osé me réaliser, prendre des risques et sortir de ma zone de confort; j’ai développé mon influence de même que mon réseau interne », affirme celle que les défis n’effraient pas. 

À toutes celles qui voudraient suivre ses traces

Même pour une initiative aussi vertueuse, les obstacles ne manquaient pas! C’est pourquoi elle conseille à celles qui souhaiteraient, comme elle, incarner la mission de leur entreprise de s’assurer d’avoir les appuis nécessaires. C’est ce que Nathalie a fait en obtenant le soutien de deux exécutifs. « Mon premier défi était de les convaincre, de négocier des conditions gagnantes, mais également de livrer un prototype, avec un budget minimal, une équipe multidisciplinaire réduite et la promesse de ne faire aucun développement TI. » Ça a été la clé! Après le « oui » tant attendu, cette partenaire ressources humaines s’est retrouvée à la tête d’un projet marketing à la grandeur de la Banque. 

Son profil multidisciplinaire, acquis à la BNC, mais aussi au cours d’une carrière variée qui l’a menée notamment au Japon, en France et aux États-Unis, lui a permis de faire face à cette nouveauté avec assurance, mais également de s’entourer des meilleurs : une équipe créée en plein confinement, qui ne se connaissait pas, travaillant à distance et provenant de trois secteurs d’affaires. Dans ses mots, « une équipe de feu »!

Un succès remarqué au cœur de la BNC

Parce qu’elle a su mettre en œuvre son idée et mobiliser les gens autour d’elle, Nathalie s’est vu offrir un mandat clé dans l’équipe Diversité et Inclusion, qui la mènera sans doute vers de nouvelles initiatives intrapreneuriales. Un bonheur pour les cadres qui la voient évoluer. Sophie Légaré, vice-présidente Expérience employé, avait ceci à dire à propos de Nathalie : « Passion, créativité, leadership… des talents qui, combinés au souffle et à l’élan qu’offre un programme tel que L’effet A, repoussent les limites et font bouger les choses! En mon nom et en celui de l’organisation, je tiens à souligner ton engagement dans le parcours, ton développement ainsi que toutes les réalisations que tu as su mettre en œuvre au bénéfice de tous, et particulièrement de nos entrepreneurs, en donnant vie à la Vitrine Banque Nationale. Un grand bravo, Nathalie! »

En rafale
L’ADN de l’énergie de Nathalie

La chanson qui booste son ambition : Lose Yourself, de Eminem
Sa mentore de rêve : « Michelle Obama, qui me donne envie de m’élever. »
Sa définition de l’ambition : « L’ambition, c’est utiliser nos forces et nos talents pour réussir. Une ambition positive nous pousse à atteindre des objectifs qui ont du sens dans notre vie et qui sont en harmonie avec nos valeurs. »
Son article préféré signé L’effet A : Du temps pour soi : la clé du succès de Geneviève Fortier 
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « Faites-le pour vous! Profitez de tous les conseils et outils, mais également des participantes que vous rencontrerez. C’est un réseau formidable! Investissez en vous et en votre ambition. Osez! »
Où la suivre : LinkedIn



Caroline Paquin
Directrice du contentieux – Montréal
Autorité des marchés financiers
* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 6 (automne 2017)
Montréal


Passer d’experte à leader en déjouant le syndrome de l’imposteur

L'histoire de son succès

Quand son patron lui a proposé de devenir directrice du contentieux par intérim à l’Autorité des marchés financiers, Caroline Paquin a failli dire non. Pourquoi son supérieur la voyait-il occuper ce poste? Avait-elle vraiment toutes les compétences pour tenir un rôle d’une telle envergure? « C’est là, dit-elle, que me sont revenus en tête les propos d’Isabelle Hudon : “Si quelqu’un vous offre une opportunité, ne vous demandez pas si vous êtes capable de le faire, mais plutôt si vous avez envie de le faire; tenez pour acquis que cette personne considère que vous avez les compétences”. » 

Inspirée, elle est allée demander conseil à une leader bien établie au sein de l’organisation, la vice-présidente des services administratifs, Marie-Claude Soucy. « Marie-Claude ne ménage jamais ses efforts pour promouvoir et soutenir les femmes de l’entreprise », nous confie la diplômée du Défi 100 jours. Plus déterminée que jamais, Caroline a donc confronté avec confiance le syndrome de l’imposteur qui la faisait douter et a saisi cette opportunité en or. « J’ai réalisé ce défi en misant sur ma détermination, en usant de mes habiletés politiques et en mettant de l’avant mon style de leadership centré sur les personnes, ajoute-t-elle. Bénéficiant de l’entier soutien de mon directeur principal, j’ai découvert que j’avais beaucoup d’aptitudes et d’intérêt envers le rôle de gestionnaire et que plusieurs fonctions de ce rôle m’étaient plutôt naturelles. » 

Quel dommage, après la fin de l’intérim, de mettre au placard tous ces apprentissages! D’autant plus que l’idée d’être gestionnaire l’attirait de plus en plus… C’est la raison pour laquelle Caroline n’a pas hésité une seconde à poser sa candidature lorsque, l’année suivante, un poste permanent s’est ouvert. Un poste qu’elle a obtenu.

Parce qu’elle a fait évoluer sa posture d’experte à leader, Caroline a saisi l’occasion de cet intérim pour déployer un leadership authentique, centré sur l’humain, et qui lui ressemble. Cela lui permet de mettre en œuvre sa mission :« Faire la différence dans la vie des personnes qui m’entourent, les appuyer sans relâche et les faire rayonner. »

L’effet A, l’allié de sa réussite

« Dans le cadre du Défi 100 jours, raconte Caroline, j’ai été très interpellée par le syndrome de l’imposteur. » Les ateliers, les lectures et les conférences lui ont permis de cerner et de démystifier ce phénomène, tout en lui démontrant qu’elle était loin d’être la seule à le ressentir. Quand l’occasion de sortir de sa zone de confort s’est présentée, Caroline explique que le syndrome de l’imposteur la guettait, comme toujours. « Mais la différence, soutient-elle, c’est que cette fois, j’en avais pleinement conscience. » La preuve que gagner en confiance et développer les bons réflexes permettent d’agir stratégiquement sur ce qui nous bloque, personnellement et professionnellement. 

À celles qui voudraient suivre ses traces

Si l’on vous offre des responsabilités, mais que vous doutez de vos compétences, Caroline vous recommande « de travailler votre confiance en vous, afin de demeurer ouvertes aux nouvelles aventures et de trouver le courage de vous lancer dans l’inconnu ». Mais surtout, elle insiste sur l’importance de trouver des allié.es : « Des gens qui vous appuieront et qui seront derrière vous en cas de doute. » 

Une ambition remarquée à l’interne 

Le directeur de Caroline a vu en elle des aptitudes qu’elle ne connaissait pas encore, et a su repérer une occasion qui répondait à un désir de devenir gestionnaire « un jour ». Tout au cours d’une carrière, on se fait des alliés qui peuvent nous offrir un point de vue différent sur nos aptitudes. Que l’on souhaite se lancer ou non, il vaut toujours la peine de les écouter.

Maxime Bédard, directeur principal du contentieux, avait ceci à dire à propos de Caroline : « Caroline a une perspective 360 des défis qu’elle rencontre dans son rôle de gestionnaire. Elle se concentre sur les défis et, avec une compréhension approfondie de la dimension humaine, elle motive et aide son équipe à trouver leurs solutions. Bien au-delà des défis de gestion quotidiens, elle prend le temps de voir plus loin dans le temps et plus grand qu’elle-même. Voilà ce qu’on attend d’une gestionnaire! L’Autorité est choyée de pouvoir compter sur elle et L’effet A a certes contribué à ce qu’elle est devenue. »

En rafale
L’ADN de la confiance de Caroline

Sa mentore de rêve : « Kamala Harris, pour sa détermination et son courage. »
Sa citation favorite : « Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir. » – Jean Jaurès
Sa définition de l’ambition : « L’ambition consiste à miser sur ses forces, son talent et ses valeurs pour atteindre les objectifs que l’on se fixe. »
Son article préféré signé L’effet A : Pleine conscience : 3 exercices à faire au boulot

Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « L’effet A, c’est l’occasion de prendre du temps pour vous, de faire le point sur votre parcours professionnel, d’évaluer vos forces et de développer votre confiance. Offrez-vous ce grand cadeau et apprenez à reconnaître les barrières qui freinent la réalisation de votre plein potentiel et de vos ambitions. »
Où la suivre : LinkedIn


Norberta Faustin Portrait

 
Noberta Faustin
Directrice en chef, Risque de marché
Investissements PSP

* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 6 (automne 2017), et du Défi Leadership, cohorte 1 (automne 2018)
Montréal

Prendre la parole pour la diversité et l’inclusion

L'histoire de son succès

Partager son expérience en tant que femme noire devant 800 collègues n’était pas dans les plans de Noberta Faustin pour 2020. Ni pour aucune autre année, d’ailleurs. Mais quand le mouvement Black Lives Matter est revenu en force, son entreprise a souhaité agir et en faire davantage pour mettre fin au racisme. Ils ont alors fait appel à Noberta, qui a répondu présente. « Pour la première fois de ma vie, nous dit-elle, je parlais de mon expérience en tant que femme noire en dehors de mon cercle privé, c’est-à-dire de ma famille et de mes amis proches. À plusieurs reprises, j’ai dû faire taire cette petite voix qui me rappelait le risque que je prenais en abordant un sujet si sensible, et en exposant ma vulnérabilité. »

Mais pour la diplômée du Défi 100 jours et du Défi Leadership, le moment était venu de faire honneur à cette décision qu’elle avait prise d’être une leader authentique et promotrice de changements. Son souhait : améliorer l’expérience de travail des femmes en général et des femmes noires en particulier. En effet, « l’équité, le respect et la lutte contre le racisme font partie de mes principes en tant que gestionnaire, ajoute-t-elle. Toutefois, je n’ai jamais imaginé que je prendrais la parole sur le sujet, encore moins face à un grand public. »

Son engagement lui a valu d’être nommée coleader d’un groupe d’affinité et de siéger au conseil pour l’inclusion et la diversité d’Investissements PSP. Preuve qu’une conversation franche et ouverte peut être le déclencheur d’un changement positif pour toute une organisation.

Ce succès, qui l’a menée bien loin de sa zone de confort,  lui a permis de renforcer son engagement envers son organisation, d’exercer son leadership et de relever de nouveaux défis dans un contexte différent duquel elle était habituée. Sans compter qu’il lui a permis d’élargir son réseau!

L’effet A, l’allié de sa réussite

Face à ce défi, Noberta s’est rappelé cette citation de Sophie D’Amours : « Quand vous prendrez des risques pour une mission qui est en harmonie avec vos valeurs et vos passions, vous aurez moins tendance à vous remettre en question. Face aux revers, vous vous rappellerez pourquoi vous avez essayé. » L’authenticité et la vulnérabilité sont au cœur des apprentissages de L’effet A. Après tout, la valeur ajoutée d’une organisation provient de la somme de ses employés : Noberta ne l’a pas oublié.

À celles qui voudraient suivre ses traces

« J’ai appris qu’on est souvent à une conversation ou à une action de la réalisation d’un rêve, d’un changement », philosophe Noberta. Dans ces moments, le doute n’a pas sa place. Son conseil est donc d’ancrer son ambition dans ses valeurs et de passer à l’action.

Un succès remarqué à l’interne

Au sein de l’entreprise, la réponse ne l’a pas déçue. Noberta a reçu de nombreux messages provenant de tous les niveaux hiérarchiques de son entreprise. Des remerciements, des marques d’ouverture et des engagements envers la cause de la diversité et de l’inclusion ont rapidement rempli sa boîte courriel. 

En rafale
L’ADN de l’audace de Noberta

La chanson qui booste son ambition : You Raise Me Up, de Josh Groban
Sa mentore de rêve : « Sophie Brochu, pour sa capacité à toucher le cœur de son auditoire. »
Sa citation favorite : « Le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de vaincre ce qui fait peur. » – Nelson Mandela
Son article préféré signé L’effet A : 10 citations qui donnent du courage
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « Le parcours vaut la peine, vous en sortirez transformées! »
Où la suivre : LinkedIn


Anouk Bourassa


Anouk Bourassa
Gestionnaire principale – Projets Média Multiplateforme
Bell Média

* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 7 (printemps 2018)
Montréal


Insuffler l’esprit de sororité à des dizaines de femmes

L'histoire de son succès

Équilibriste créative et stratégique, Anouk Bourassa surfe sur la vague de la créativité média avec une bonne dose d’aisance et un goût marqué pour l’aventure. Et parce qu’elle aime aider les gens, aller chercher le meilleur de chacun et établir de nouvelles relations, il est tout naturel que le succès d’Anouk soit en lien avec la solidarité entre femmes ou, en un mot : la sororité. 

Fraîchement diplômée du Défi 100 jours, Anouk a tout de suite voulu partager ses apprentissages avec ses collègues. C’est de là que lui est venue l’idée de mettre sur pied un regroupement pour soutenir les femmes de Bell Média.

Elle a d’abord rejoint les rangs de « Femmes chez Bell », une initiative pancanadienne, à titre de responsable pour sa division. Ce passage lui a permis d’entrer en contact avec de nombreuses femmes. Au fil des conversations, elle en est venue à un constat : les femmes de Bell Média avaient des besoins différents. « Je me suis vite rendu compte, explique-t-elle, que le besoin de rassemblement et de partage était criant. Avec une collègue, nous avons donc décidé de créer une sous-division plus personnalisée pour les femmes chez Bell Média. »  

Ainsi, grâce à « Les femmes chez Bell Média », elles ont organisé depuis un an et demi de nombreux ateliers, conférences et déjeuners-causeries qui ont permis à des dizaines de femmes qui se côtoyaient au quotidien, mais qui ne se connaissaient pas vraiment, de se regrouper et de s’entraider. Et la pandémie n’a pas refroidi leurs ardeurs! 

Ce succès l’aura aidée à rencontrer des femmes de différents domaines et à les mettre en relation. Anouk, qui aime la réflexion stratégique et trouver les meilleures solutions pour l’entreprise, a pu affiner sa compréhension de son environnement d’affaires en ouvrant même une fenêtre d’opportunité dans d’autres départements de l’entreprise. 

L’impact de L’effet A

« Mon passage à L’effet A, explique Anouk, m’aura permis de sortir de ma zone de confort. Grâce à une confiance renouvelée, j’ai osé partager mes expériences avec de nombreuses collègues, faire croître mon leadership et solidifier mon réseau. »

À celles qui voudraient suivre ses traces

Anouk conseille aux femmes d’oser afin de mener à bien leurs projets. En cela, elle recommande de se laisser inspirer par le dicton « qui ne risque rien n’a rien »! « Ça peut sembler cliché, ajoute-t-elle, mais demandez-vous : quelle est la pire chose qui peut arriver? Un échec ou un refus? » Or, soutient la diplômée, il faut se souvenir que de chaque expérience, qu’elle soit positive ou négative, on en retire un apprentissage précieux. 

Un succès remarqué au cœur de Bell Média

Bien que le projet d’Anouk s’adresse aux femmes, son succès fait sa marque dans toute l’entreprise. Voici le message que François Deschenaux, vice-président tarification, opérations et affichage, lui destine : « L’implication active d’Anouk dans le cadre de l’initiative “Les femmes chez Bell Média” témoigne d’une magnifique et sincère volonté de faire une différence auprès de celles qui désirent s’épanouir dans un monde du travail en constant changement. Félicitations, Anouk, et merci pour cette précieuse implication! »

En rafale
L’ADN de l’audace d’Anouk

La chanson qui booste son ambition : I’m Still Standing, de Elton John
Sa citation favorite : « Qui ne risque rien n’a rien. »
Sa définition de l’ambition : « Pour moi, l’ambition, c’est atteindre avec satisfaction ses objectifs, en gardant le cap sur ce que l’on veut vraiment. »
Son article préféré signé L’effet A : La solidarité féminine : bonne pour les affaires et la carrière!
 
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « N’hésitez pas, foncez! C’est une opportunité pour réfléchir sur soi-même, et une occasion de poser des gestes concrets pour propulser son parcours professionnel. »
Où la suivre : LinkedIn



Charlie Arseneault
Associée, Directrice Ventes et Marketing
Chocolats Favoris

* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 8 (automne 2018)
Québec


Faire sa marque et éblouir le Québec, un chocolat à la fois

L'histoire de son succès

Charlie sait bien comment vendre le chocolat tout frais sorti de la Fabrique. Son expertise en marketing a permis à la marque Chocolats Favoris de prendre son envol jusqu’à devenir la référence en matière de chocolat artisanal de haute qualité. Un véritable succès entrepreneurial. Mais derrière cette ascension se cache la montée d’un talent qui a dû surmonter une certaine pudeur à se vendre soi-même. 

Sortant de sa zone de confort, Charlie Arseneault a su fixer un objectif pour sa carrière, le communiquer et, très bientôt, le réaliser. Avec force et confiance, elle a pu affirmer son ambition. Entrée en poste comme coordonnatrice marketing – la première et la seule, à l’époque! –, elle a bâti au cours des six dernières années le département du marketing et des ventes pour la bannière Chocolats Favoris. « Je suis maintenant à la tête d’une équipe de 12 conquérants avec qui j’ai le bonheur de créer des expériences magiques chaque jour », lance-t-elle avec fierté. 

Si Charlie a toujours su qu’elle aimait les défis de taille, elle avait à cœur d’établir une relation saine avec le travail. Une des clés pour avancer avec sérénité.

Comme elle le dit si bien : « Il fut un temps où la relation que j’avais avec mon travail n’était pas aussi saine qu’elle devait l’être : l’éternel dilemme de la conciliation travail-famille, la place que prenait le stress dans ma vie et la pression que je me mettais me faisaient parfois douter! » Après avoir fait un bon bilan et s’être fixé certains objectifs avec clairvoyance, elle a été en mesure d’atteindre son but ultime… « J’ai dû le verbaliser à mon patron! Bien que je sois une personne assez fonceuse, le fait de communiquer mon ambition en ce sens a représenté un certain défi! » Mais ça a fonctionné, puisque la diplômée de la huitième cohorte du Défi 100 jours est devenue associée de l’entreprise qu’elle aime tant, en plus d’obtenir une promotion avec la gestion d’un nouveau département. Bravo!

L’effet A, l’allié de son succès

« Mon cheminement à L’effet A m’a permis de gagner en confiance, de mieux me connaître et d’être en mesure de mieux comprendre ce qui était réellement important pour moi dans ma carrière », soutient Charlie. Consciente de sa valeur, elle a pu verbaliser ses aspirations et faire en sorte que ses ambitions se réalisent. 

Souvent considérée comme « très confiante » par son entourage, elle a réalisé que le doute n’est pourtant pas moins présent à l’intérieur. « Pendant mon Défi 100 jours, j’ai réalisé que je n’étais pas seule avec ces enjeux. Ça m’a beaucoup aidée! », nous confie-t-elle. 

À celles qui voudraient suivre ses traces

Celle qui aime voir les autres briller autour d’elle offre ce message aux femmes qui voudraient mieux canaliser leur ambition : « Ne doutez pas de vous, ayez confiance en vos moyens, et surtout, ne laissez pas le syndrome de l’imposteur vous arrêter. Vous avez tout ce qu’il faut, alors faites votre place! » 

Un succès remarqué à l’interne

L’associé de Charlie, l’entrepreneur Dominique Brown, avait ce mot à lui adresser : « Charlie, je voulais prendre le temps de te féliciter pour le parcours professionnel extraordinaire que tu as eu au sein de Chocolats Favoris. Dès le premier jour, tu as eu soif d’apprendre et les défis ne manquaient pas. Tu les as attaqués avec une énergie sans faille même à travers les périodes les plus difficiles. Tu es rapidement passée d’employée à gestionnaire, et de gestionnaire à associée. Tes réalisations marketing et celles de ton équipe ont ébloui tout le Québec, et ton travail acharné aux ventes continue de faire progresser le réseau Chocolats Favoris vers sa conquête du monde. Tu es un talent brut et une des rares personnes à qui je peux faire confiance les yeux fermés. Je suis honoré de pouvoir te côtoyer tous les jours. Continue de briller! Ton associé, Dominique »

En rafale
L’ADN de l’éclat de Charlie

La chanson qui booste son ambition : All I Do Is Win, de DJ Khaled
Sa mentore de rêve : « Michelle Obama »
Sa citation favorite : « Si c’était facile, tout le monde le ferait. »
Sa définition de l’ambition : « L’ambition, c’est avoir le courage de poursuivre ses rêves et de prendre sa place! »
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « Prends le temps d’investir en TOI, c’est ce qui est le plus important. »
Où la suivre : LinkedIn



Chiara De Iaco 
Team leader, Trianon Service Center
Trianon SA

* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 10 (automne 2019), et du Défi Leadership, cohorte 4 (printemps 2020)
Suisse

Rassembler ses pairs autour d’une vision commune

L'histoire de son succès

« L’authenticité est la clé du succès », nous confie Chiara, et il est certain qu’elle applique cet adage tous les jours de l’année. Se lever chaque matin pour faire ce qui lui plaît, voilà son carburant. Passionnée par l’expérience client, Chiara a été à l’origine de la création d’un groupe de travail pluridisciplinaire chez Trianon. Celui-ci avait pour but d’améliorer le service client autant à l’interne qu’à l’externe. Un défi qu’elle a relevé, alors qu’elle était fraîchement débarquée dans la boîte. 

Son chef lui a laissé carte blanche, en parallèle de l’équipe qu’elle gère déjà, pour mettre sur pied cette initiative qui place le client au centre. Et pour réunir tous les ingrédients nécessaires à son succès, Chiara n’a pas forcé son naturel, bien au contraire! En s’appuyant sur sa faculté à s’adapter rapidement, à entrevoir des circonstances opportunes dans la nouveauté et à créer du contact facilement, elle a réussi à regrouper des personnes de tous les départements pour son projet. « Ma grande satisfaction, ce qui m’a fait le plus plaisir dans cette aventure, c’est de voir que je n’étais pas la seule à vouloir contribuer au changement », explique-t-elle. Le plus gratifiant à ses yeux : constater que, même après très peu de temps dans l’entreprise, la confiance s’est vite établie. 

Le défi qu’elle s’est donné pour la suite : créer une vision commune pour le groupe de travail et transmettre sa passion pour le service à la clientèle. « Pour ce faire, j’ai organisé une séance kick-off avec tous les membres, et aujourd’hui, nous sommes capables de travailler ensemble au succès de Trianon », confie avec fierté la diplômée du Défi 100 jours et du Défi Leadership.

L’effet A, l’allié de sa réussite

Se débarrasser du syndrome de l’imposteur (un conseil que Chiara a retenu et appliqué à la lettre pour passer au-dessus de ses peurs) est une chose, mais voir disparaître son appréhension – ou les remarques que l’on se fait à soi-même – lorsque le moment vient de passer à l’action en est une autre : « Grâce à L’effet A, j’ai acquis une plus grande confiance en moi, ce qui me permet de nommer mon ambition et d’être une leader authentique. J’ai cru en mes idées et en mon potentiel, et cela m’a permis de monter ce groupe de travail. » 

À toutes celles qui voudraient suivre ses traces 

Que l’on se sente pousser des ailes intrapreneuriales ou que l’on ait simplement la conviction que son idée peut faire la différence (à condition de la partager!), voici le conseil de Chiara : « Je dirais qu’il ne faut pas douter et si, au fond de nous, il est évident que c’est une bonne idée, alors il faut foncer. Nous devons nous faire confiance! »

Un succès remarqué à l’interne 

Le crédo de Chiara, aux yeux de Patrick Zwahlen, HR Services Director chez Trianon, c’est « l’action et le fait d’oser » : voilà précisément les mots qui nous viennent en tête quand elle évoque l’histoire de la naissance de son projet. « Et c’est exactement ce qu’elle applique tous les jours depuis son arrivée chez Trianon », soutient-il. 

« En 2020, grâce à son esprit intrapreneurial et mobilisateur, Chiara a convaincu la direction de Trianon de mettre en place un groupe de travail pluridisciplinaire au sein de l’entreprise dans le but d’améliorer l’expérience client. Je remercie chaleureusement Chiara pour son engagement et son enthousiasme, et L’effet A de propulser l’engagement des femmes. »

En rafale
L’ADN de l’audace de Chiara

La chanson qui booste son ambition : Love My Life, de Robbie Williams
Sa mentore de rêve : « Clairement Michelle Obama. Elle a su inspirer énormément de femmes et surtout sortir de l’ombre de son mari. »
Un geste à poser pour favoriser l’équité hommes-femmes : « Simplement oser prendre la parole et montrer que nous sommes là, et pas seulement en décoration! »
Son article préféré signé L’effet A : La solidarité féminine : bonne pour les affaires et la carrière
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « Lancez-vous! C’est une expérience unique et elle vaut vraiment la peine d’être vécue. »
Où la suivre : LinkedIn



Renée Parent
Leader de pratique – Développement des compétences
Desjardins Groupe d’assurances générales
* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 3 (printemps 2016), et du Défi Leadership, cohorte 1 (automne 2018)
Québec

Réaliser l’impossible pour bâtir l’entreprise de demain

L'histoire de son succès

À son arrivée dans sa nouvelle équipe, Renée Parent savait qu’elle avait peu de temps pour prendre sa place, mais elle savait aussi qu’on ne peut pas bouleverser les façons de faire des autres sans cérémonie. En misant sur son extraordinaire capacité d’écoute, sans doute héritée de son passe-temps de chanteuse jazz, Renée a su proposer une vision ambitieuse qui exigeait une véritable transformation des pratiques en cours.

Passionnée par l’envie de contribuer au développement des personnes, Renée a su capter rapidement le besoin de sa clientèle interne – les employé.es de Desjardins Groupe d’assurances générales – pour proposer et mettre en œuvre une évolution agile et pertinente des façons de faire en deux ans… plutôt que cinq! 

Pour parvenir à ses fins, la diplômée du Défi 100 jours et du Défi Leadership a misé sur ses forces, bien entendu, mais a également répondu présente lorsqu’est venu le temps de coordonner plusieurs éléments dans un contexte ambigu, ce qui, de son propre aveu, n’est pas sa plus grande force. « Ma créativité, ma capacité à mobiliser l’équipe et mon ouverture à faire évoluer les idées avec les autres ont certainement contribué à ce succès », ajoute-t-elle en discutant des défis rencontrés. « Avec le recul, poursuit-elle, je peux dire que j’ai réussi à combattre le syndrome de l’imposteur en me jetant dans l’arène, en gardant l’œil sur nos objectifs et en travaillant avec mon équipe dans un esprit de collégialité et d’innovation. » Se faire confiance, être curieuse et oser innover malgré la complexité, les doutes et les gérants d’estrade sont à ses yeux les clés de son succès.

Ses efforts et sa clarté d’esprit n’ont pas manqué d’être remarqués, d’abord par son équipe, puis plus globalement par l’entreprise. En effet, ce projet lui a valu une reconnaissance pour Réalisation exceptionnelle en regard d’un des piliers des comportements chez Desjardins : Bâtisseuse du Desjardins moderne. Bravo!

L’effet A, l’allié de sa réussite

Selon Renée, son passage à L’effet A lui a permis de se débarrasser du syndrome de l’imposteur et de se réaliser en toute authenticité, avec ses forces et ses imperfections. Elle demeure habitée par une phrase entendue lors de son parcours : « Un bon leader est prêt à apprendre et à faire confiance. » Selon elle, c’est cette posture mentale qui l’a aidée à prendre davantage de risques. « J’ai des idées et je me suis entourée de personnes qui veulent me faire briller et que je veux faire briller aussi. »

À celles qui voudraient suivre ses traces

Que vous intégriez une nouvelle équipe ou non, Renée recommande de vous faire confiance et de prendre votre place, même si tout n’est pas parfait. Cela implique d’être assez humble pour reconnaître votre besoin d’apprendre, mais assez forte pour dire merci quand on vous félicite. Elle ajoute : « N’hésitez jamais à partager vos succès et vos apprentissages. Tout le monde y gagne! »

Un succès remarqué à l’interne

La gestionnaire de Renée, Stéphanie Huard, directrice principale Développement des compétences, n’a que de bons mots pour la qualité de ce qu’elle apporte à l’entreprise : « Tu t’es assumée, tu t’es fait confiance et tu nous as poussés collectivement vers l’avant, non seulement en proposant une vision d’équipe concrète et innovante, mais aussi en osant et en faisant preuve de courage pour nous permettre d’accomplir ce qui semblait littéralement impossible auparavant! Généreuse de ton temps et de tes conseils, tu aimes aider les gens, dont les femmes qui t’entourent, à sortir de leur zone de confort, à prendre leur place et à se défaire du syndrome de l’imposteur. Merci de faire ainsi la différence et d’oser l’audace et la nouveauté pour nous faire évoluer! »

En rafale
L’ADN de la détermination de Renée

La chanson qui booste son ambition : I’ve Got the World on a String, de Peggy Lee
Sa mentore de rêve : « Sophie Brochu, pour son mélange d’audace et d’humilité. »
Sa citation favorite : « Un bon leader est prêt à apprendre et à faire confiance. »
Son article préféré signé L’effet A : Leadership : les qualités insoupçonnées des introvertis 
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « C’est le meilleur investissement que vous pouvez faire pour votre carrière! »
Où la suivre : LinkedIn



Patricia Chateau 
Directrice conseil, Centre d’innovation digitale
CGI
* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 10 (automne 2019)
France 


Devenir créatrice de succès en misant sur l’écoute et la proximité

L'histoire de son succès

Reconnue pour la fiabilité dont elle fait preuve dans un métier qu’elle connaît bien, la direction de projet informatique, Patricia Chateau a toujours eu à cœur de construire ses résultats sur le terrain en cultivant la proximité avec ses équipes et ses clients. 

Les deux pieds sur terre et les yeux fixés sur ses objectifs, elle a puisé, depuis son arrivée chez CGI, en 2017, dans sa capacité à faire évoluer ses équipes en même temps qu’elle-même, contribuant à l’implication grandissante de son agence (Toulouse) dans le développement d’une entité en pleine croissance. 

Celle qui mise sur l’engagement et qui a un sens de l’organisation à toute épreuve excelle « dans la mise en place d’actions à long terme pour atteindre un objectif fixé ». À l’aube de son Défi 100 jours (à l’automne 2019), elle se voit bien future responsable d’un domaine de 65 membres, répartis entre son site et celui de Montpellier. De quoi envisager une belle montée en responsabilité, à condition d’en exprimer le souhait. « D’oser exprimer ma volonté de progresser en responsabilité pour moi-même et au sein de mon entité », précise-t-elle.

Afficher son ambition, démontrer ses compétences et renforcer son influence : une stratégie qu’elle va déployer courageusement sans imaginer, au vu de la crise sanitaire qui s’est déclarée depuis, pouvoir atteindre son objectif en 2020. Et voilà qu’elle occupe son nouveau poste depuis le mois d’octobre!

Elle pose aujourd’hui sur ses 100 jours un regard empreint de fierté. « Ça a été une grande étape de réflexion constructive pour oser exprimer mon désir de progression en responsabilité à mon manager, mais d’abord à moi-même. » 

L’effet A, l’allié de sa réussite 

Un mot revient dans les propos de Patricia lorsqu’elle nous parle de son expérience : « Déclencheur ». Le vrai déclic, nous confie-t-elle, a été de « mettre de côté mon manque de confiance en moi, travailler mon image et formaliser mes succès ». Au contact des leaders de L’effet A, elle s’est forgé une conviction : celle de pouvoir « oser dire oui tout en sachant que les postes nécessitent une part de compétences à apprendre ».

À toutes celles qui voudraient suivre ses traces 

On ne peut jamais tout maîtriser, mais on peut choisir d’oser. « Oser affirmer à soi d’abord, puis aux autres, son ambition et sa volonté de progression. » Malgré un contexte global offrant beaucoup de place à l’imprévu, Patricia a pris un risque tout en s’appuyant sur ses forces. Son conseil : « Affirmer sa confiance en ses compétences pour prendre le risque de cibler puis d’accepter une responsabilité, même si on ne maîtrise pas 100 % des paramètres. » 

Un mot de son employeur 

Sans conteste, le Défi 100 jours de Patricia lui a apporté l’assurance nécessaire dans ses interactions avec sa hiérarchie et ses pairs. Selon les mots de Virginie Vast, vice-présidente au sein du Centre d’Innovation digitale chez CGI : « Cette composante, ajoutée à son investissement hors pair pour atteindre ses objectifs, voire les dépasser, lui a permis de prendre la responsabilité d’un domaine de 65 personnes. Je suis très fière du parcours de Patricia, et très heureuse d’avoir une telle personne dans mon équipe. »

En rafale
L’ADN de l’audace de Patricia 

La chanson qui booste son ambition : Don’t Stop Me Now, de Queen
Sa mentore de rêve : « Christine Lagarde »
Sa définition de l’ambition : « L’ambition, c’est de toujours vouloir se développer et progresser en utilisant au maximum ses compétences d’aujourd’hui pour acquérir celles de demain. »
Son article préféré signé L’effet A : 6 raisons de prendre des risques tôt dans votre carrière
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « L’effet A permet de combiner réflexion et action sur notre développement professionnel. Les récits de leaders, des femmes inspirantes qui ont osé et réussi des défis similaires aux nôtres, nous donnent des ailes pour surmonter le manque de confiance et la peur de prendre des risques. Foncez et utilisez à fond ces 100 jours! »
Où la suivre : LinkedIn



Lahou Keita
Cofondatrice et Inspectrice Avion
Keitas Systems
* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 11 (printemps 2020)
Québec


Piloter une révolution dans le monde de l’aviation

L'histoire de son succès

Quand elle a vu que le plafond de verre se dressait entre elle et ses aspirations comme femme de couleur dans le milieu de l’aviation, Lahou Keita s’est dit « aux grands maux, les grands remèdes»! Elle a quitté la France pour immigrer au Québec, où les opportunités lui souriaient davantage, puis elle a fondé Keitas Systems, une entreprise offrant une solution technologique pour l’inspection mécanique et l’amélioration de la sécurité des avions. Une entreprise audacieuse, et qui porte son nom.

Depuis, elle a notamment réussi à intégrer la rampe de lancement de Boeing et du gouvernement du Canada. « Notre société est arrivée première sur les 78 sociétés canadiennes qui ont postulé pour intégrer la rampe de lancement de Boeing et du gouvernement du Canada, explique-t-elle. Ce mandat, s’il se concrétise, va assurer la pérennité d’un énorme chiffre d’affaires pour ma société, qui sera pionnière et reconnue mondialement. » Rien de moins!

Accomplissement sans commune mesure pour cette jeune entrepreneure, ce grand projet marque le début d’une grande aventure, avec Boeing, mais également avec l’Organisation de l’aviation civile internationale. « Boeing a une flotte de 14 000 avions, précise-t-elle. Cela va me permettre de créer des emplois au Québec et à l’international. La troisième boîte noire, que nous avons baptisée Tempeus, n’existe pas dans l’industrie. Elle est dotée d’un portail de maintenance et permet d’avoir un accès immédiat aux informations d’opération au sol. Ma solution technologique répond à de grands enjeux de sécurité aérienne et pourrait bien révolutionner l’industrie aéronautique. »

Fièrement, elle ajoute : « Je suis la seule femme de couleur au monde à avoir inventé une technologie qui permet d’améliorer la sécurité des avions, de suivre et de gérer la maintenance à distance. »

Le secret de son audace? Une posture mentale « play to win », une préparation hors pair à chaque rencontre avec un client, et une excellente maîtrise de l’art de la négociation. Elle se base aussi sur les valeurs morales que ses parents lui ont transmises, et sur l’inspiration que lui donnent les Simone Veil, Nelson Mandela et Barack Obama de ce monde. 

L’effet A, l’allié de sa réussite

Lahou repense chaque matin à Isabelle Hudon, qui exhorte les participantes à travailler leur posture mentale chaque matin pour foncer, quitte à ne pas plaire à tout le monde. « Cela m’a beaucoup aidée! » Elle évoque également Geneviève Fortier, qui lui a enseigné, ainsi qu’aux autres participantes du Défi 100 jours, l’importance d’être bien préparée pour être convaincante, avec confiance et conviction, ainsi que Sophie Brochu et Kim Thomassin, pour les leçons de négociation. Toutes des leaders qu’elle a eu la chance de rencontrer lors du Défi 100 jours. 

À celles qui voudraient suivre ses traces

Pour Lahou, « ce sont les difficultés et les épreuves rencontrées sur notre chemin qui nous renforcent, et qui nous permettent de nous transcender. Winston Churchill nous donne sa recette de la réussite et il dit ceci : “Le succès, c’est d’aller d’échec en échec, sans jamais perdre son enthousiasme”. Autrement dit, si vous vous arrêtez lors d’une défaite, et que vous n’allez pas au bout de vos rêves avec l’effort qui va avec, vous ne saurez jamais si vous auriez pu réussir ». On ne pourrait mieux dire!

En rafale 
L’ADN de la détermination de Lahou

La chanson qui booste son ambition : Unstoppable, de Sia 
Sa mentore de rêve : « Michelle Obama, pour sa force tranquille. »
Sa citation favorite : « Une maxime africaine : « Le miracle est dans ta bouche. » Autrement dit, selon ce que l’on dit, on peut faire un miracle, ou déclencher une guerre. Notre parole doit donc être impeccable. »
Son article préféré signé L’effet A : Le changement vous fait peur? Les conseils d’Isabelle Hudon
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « L’effet A vous donne les outils dont vous avez besoin pour progresser dans votre carrière et dans votre chemin de vie personnelle. Keitas Systems enverra ses futures collaboratrices en formation à L’effet A! »
Où la suivre : LinkedInkeitas.com 



Salimah Lalji
Gestionnaire principaleSous-Traitance, Approvisionnements stratégiques mondiaux
CAE

* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 10 (automne 2019)
Montréal

Négocier un virage inattendu vers la communauté

L'histoire de son succès

Fine stratège qui sait tisser des liens à travers cultures et projets, Salimah Lalji négocie des contrats de plusieurs millions de dollars en aéronautique chaque année. C’est pourquoi elle a été quelque peu surprise lorsque son employeur lui a proposé de soumettre sa candidature comme membre du conseil d’administration du Cégep de Saint-Laurent, un établissement d’enseignement postsecondaire de l’île de Montréal. Prête à relever le défi, elle voit dans cette marque de confiance le signe qu’elle déploie de plus en plus son influence.

Pourtant, qu’est-ce qui peut attirer une avocate de formation et négociatrice de profession sur un conseil d’administration en éducation? Relever un défi en dehors de sa zone de confort et rencontrer de nouvelles personnes sont les raisons qui ont convaincu Salimah de faire le saut. « Évidemment, la mission de l’établissement d’enseignement me tient à cœur, précise-t-elle, mais siéger à ce conseil d’administration me permet également d’élargir mon réseau, d’approfondir mes connaissances de gestion d’entreprise, ainsi que mes habiletés de leader. Cela me donne aussi la chance d’avoir une influence dans une société qui m’est très chère. » 

Mais attention, cette marque de confiance de son employeur, puis du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec, n’est pas la fin de l’histoire! En effet, elle a également été élue sur le Comité du plan stratégique du conseil, une sous-division qui met en valeur les aptitudes développées tout au long de sa carrière.

L’impact de L’effet A : déployer son influence

Salimah affirme que L’effet A lui a permis de renforcer ses habiletés de leader et de réseautage. « Le parcours m’a rappelé l’importance de la prise de risques et de l’influence! » Pour elle, le courage de Sophie Brochu face au risque et la détermination d’Isabelle Hudon devant les défis lancés sont une inspiration de tous les jours. 

À celles qui voudraient suivre ses traces

Polyglotte, cultivée et à même de négocier des contrats de très grande valeur, la diplômée de la dixième cohorte du Défi 100 jours offre ce conseil à celles qui souhaitent développer leur influence et saisir les occasions de s’impliquer dans leur communauté : « Dans votre vie, n’ayez pas peur de prendre des risques. Ayez confiance en vous-même. Et surtout, réseautez, réseautez, réseautez! Dans tout ce que vous faites dans la vie, les relations que vous allez établir vous aideront. »

Un succès remarqué à l’interne

La directrice de Salimah n’a pas manqué de remarquer son talent, mais surtout son désir de s’impliquer dans la communauté. Après tout, c’est elle qui a eu l’idée de soumettre sa candidature! Si nous pouvons tirer une leçon de cette réussite, c’est que lorsque nous manifestons notre ambition au sein de notre entreprise, nous pouvons obtenir des résultats que nous n’avions pas nécessairement imaginés, mais qui nourrissent notre leader intérieure.

En rafal
L’ADN de l’influence de Salimah

La chanson qui booste son ambition : Eye of the Tiger, de Survivor
Sa citation favorite : « Success isn’t about how much money you make, it’s about the difference you make in people’s lives. » – Michelle Obama
Sa définition de l’ambition : « Pour moi, l’ambition, c’est oser. Oser se projeter en avant. »
Son article préféré signé L’effet A : La diversité comme levier pour se démarquer
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « Surtout, n’hésitez pas! Vous n’avez rien à perdre et tout à gagner. L’effet A vous permettra de rencontrer des femmes formidables et d’agrandir votre réseau! »
Où la suivre : LinkedIn



Emilie Saulnier
Responsable Ressources humaines
Nexdot
* Diplômée du Défi 100 jours Cohorte 10 – Automne 2019
France


Oser le changement avec aplomb et sérénité

L'histoire de son succès

Son succès est une histoire de rebond. En pleine crise sanitaire, Emilie Saulnier a réussi à dénicher son nouveau poste idéal, entamant un nouveau chapitre dans sa déjà bien riche carrière en stratégies RH. Après un saut au Canada, au Royaume-Uni et en France, Emilie a posé ses valises au printemps 2020 chez Nexdot, un jeune laboratoire en recherche et développement, en banlieue parisienne, qui était à la recherche d’une personne capable de prendre en charge le management des ressources humaines.

Rebondir avec succès, c’est ce qu’Emilie est parvenue à faire après la fin d’une belle aventure entrepreneuriale. « Je n’étais plus heureuse et épanouie en tant qu’entrepreneure », constat-elle après une période de deuil de son entreprise. En se superposant à sa recherche d’emploi, l’expérience du Défi 100 jours lui a permis de prendre conscience de ses capacités et de sa valeur. « J’ai pris confiance en moi et je n’ai plus peur de prendre ma place et de nommer mes ambitions. » 

« Enquêtrice curieuse », « psychologue passionnée », celle qui se décèle un petit côté « Sherlock Holmes » excelle à comprendre ce qui motive profondément les candidats et les talents internes. Un talent qu’elle a semble-t-il mis en application pour elle-même, en s’engageant à 300 % dans une période de profonde introspection qui a porté ses fruits : « Me recentrer sur moi, mes atouts et mes forces m’a permis de trouver un emploi à la hauteur de mes ambitions. » Quitter un mode de vie pour un autre, créer et structurer avec succès un département en entier, et le faire en pleine crise sanitaire : chapeau! 

L’effet A, l’allié de sa réussite

Ce sont peut-être ses années passées à Montréal et à Londres qui lui ont donné cette intuition : « En France, on a souvent tendance à se concentrer sur nos points à améliorer et cela ne nous permet pas de réellement renforcer notre confiance. » C’est pourquoi Emilie a particulièrement apprécié la méthodologie du Défi 100 jours : « L’effet A permet de définir et révéler nos points forts et d’établir un plan afin de les renforcer. » Pendant cette expérience, elle s’est autorisée « à faire des choix plus sereinement et sans culpabilité » et à miser sur son ambition. « Isabelle Hudon a partagé avec nous cette phrase : “Délaissez la perfection et développez votre excellence”. Cela a été un début de prise de conscience. » 

À celles qui voudraient suivre ses traces

Emilie nous confie avoir été frappée par les points communs qu’elle s’est trouvés avec les autres participantes du Défi 100 jours. « Je me suis rendu compte que l’on vivait toutes les mêmes choses au sein de nos organisations. » Elle encourage les femmes à en faire l’expérience par elles-mêmes. « Prenez conscience que vous n’êtes pas seules, conseille-t-elle, n’hésitez pas à partager votre ressenti, vos expériences et questionnements avec les femmes de votre réseau. Combattez ce qui ne vous convient pas et prenez confiance en vous! »

Un succès remarqué à l’interne 

« Dès son arrivée », témoigne Philippe Gounine, directeur général adjoint chez Nexdot, « Emilie a su mettre à profit ses acquis, pour fédérer la direction et les équipes autour d’un véritable projet RH, où le collaborateur se sent impliqué dans ses travaux, quelle qu’en soit la nature, pour un meilleur épanouissement personnel et le renforcement de l’esprit d’équipe. En moins d’un an, Emilie est devenue une personne clé dans notre organisation. » Chapeau, Emilie!

En rafale
L’ADN de l’audace d’Emilie

La chanson qui booste son ambition : Unstoppable, de Sia
Sa mentore de rêve : « Emma Watson, car elle utilise sa notoriété afin de populariser la cause féministe à travers le monde. »
Sa définition de l’ambition : « L’ambition, c’est l’ensemble de nos désirs personnels et professionnels qui donnent du sens à nos vies et pour lesquels on décide de se mettre en action. »
Son article préféré signé L’effet A : Cinq étapes pour un bilan personnalisé
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « Votre ambition personnelle ne mérite pas de passer après tout le reste. Cela doit devenir votre priorité personnelle. Prenez ce rendez-vous avec vous-mêmes, vous en avez le droit! »
Où la suivre : LinkedIn



Julie Morand
Vice-Présidente aux investissements – Industries
Fonds de solidarité FTQ

* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 3 (printemps 2016)
Montréal


Faire de chaque palier un tremplin vers l’excellence

L'histoire de son succès

Julie Morand carbure au changement. Prête à prendre des risques pour développer sa carrière, elle a obtenu au moins trois promotions significatives au cours des cinq dernières années. La plus récente? Le poste de vice-présidente Investissements au Fonds de solidarité FTQ, à distance, en plein confinement. « Absolument hors de ma zone de confort! », s’exclame celle qui ne semble pas en perdre l’équilibre pour autant. Pour y parvenir, la diplômée du Défi 100 jours a surtout misé sur sa capacité à créer rapidement des liens avec les gens, en faisant preuve de flexibilité et de créativité.

De nature dynamique et énergique, Julie a cependant dû travailler sur sa confiance en elle et développer son penchant pour les risques calculés. Et pour ce faire, elle a pris comme modèles des leaders qui l’inspirent, dont Sophie Brochu, présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, et Marie-Claude Boisvert, à la tête de Desjardins Capital. Elle a même trouvé le courage de prendre contact avec elles, « et ça s’est très bien passé, précise-t-elle. Tout ça m’a donné beaucoup de confiance en moi ».

L’effet A, l’allié de sa réussite

De ses rencontres avec de nombreuses leaders qui ont changé sa perspective sur sa carrière, Julie garde en tête la notion de courage, qui est au cœur du leadership tel que vu par L’effet A. La confiance, la prise de risque et le réseautage sont également au cœur du succès de Julie. Pour celle qui aime stimuler la passion chez les gens et qui s’énergise au contact des entrepreneurs, pas étonnant que ces sujets aient particulièrement résonné chez elle!

À celles qui voudraient suivre ses traces

Pour progresser rapidement comme elle a su le faire, Julie vous offre les conseils suivants : « Investissez dans votre réseau et soyez généreuses avec lui. N’hésitez pas à consulter vos contacts pour éclairer vos décisions ou à leur demander un service. Rappelez-vous qu’un service en attire un autre! Vous pourrez ainsi prendre les meilleures décisions, en plus d’être mieux entourées lorsque vous prendrez des risques! »

Un succès remarqué à l’interne

Dany Pelletier, chef des opérations aux investissements, nous a laissé ces bons mots à propos de Julie : « Je félicite Julie pour cette reconnaissance bien méritée! Je suis un témoin privilégié du leadership de Julie : la qualité de son réseau et la façon dont elle le met à profit sont indéniables. J’apprécie particulièrement son style de leadership axé sur sa volonté d’appuyer les membres de son équipe et de leur donner du feedback en continu. » Félicitations!        

En rafale
L’ADN de l’ambition de Julie

La chanson qui booste son ambition : Champion of the World, de Coldplay
Sa citation favorite : Il n’y a pas de hasard. 
Le geste simple qu’on peut poser pour favoriser l’égalité femmes-hommes : « Offrir du mentorat aux femmes qui nous entourent. »
Sa plus grande ambition : « Avoir une influence positive dans la vie des gens. »
Son article préféré signé L’effet A : La solidarité féminine : bonne pour les affaires et la carrière!
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « Faites-vous ce cadeau! »
Où la suivre : LinkedIn


 
Émilie Nadeau
Superviseure – Équipe mécanique
Seneca experts-conseils
* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 4 (automne 2016), et du Défi Leadership, cohorte 2 (automne 2019)
Montréal

Craquer le plafond de verre pour les femmes en science

L'histoire de son succès

Ingénieure mécanique dotée d’une solide expertise technique, Émilie Nadeau s’était mise au défi de surmonter le syndrome de l’imposteur afin d’assumer pleinement son ambition et de révéler la grande leader qui sommeillait en elle. 

Créant sa marque, d’abord de façon plutôt informelle, elle a vite fait d’exercer un leadership naturel auprès de ses collègues – presque tous des hommes! – en sortant de sa zone de confort à plusieurs reprises. D’un défi à l’autre, elle a finalement décroché le poste de superviseure de l’équipe d’ingénieurs mécaniques, une fonction que bien peu de femmes peuvent se vanter d’occuper.

Et comme si ce n’était pas assez impressionnant, la diplômée du Défi 100 jours et du Défi Leadership est devenue l’une des six nouveaux actionnaires de l’entreprise, une marque de confiance amplement méritée! « Quand on m’a annoncé que j’étais pressentie comme future actionnaire de Seneca, raconte-t-elle, j’étais tellement excitée que j’en ai eu pour des jours à ne pas dormir! Ça m’a pris un certain temps à intégrer la nouvelle et à être capable d’en parler – mon syndrome de l’imposteur revenait en force! » 

Pour Émilie, la recette du succès réside dans la compréhension de ses forces et de ses valeurs, ce qui lui permet à tout coup de surmonter le sentiment d’imposture qui vient parfois la hanter. Mais une bonne dose d’amour, ça ne fait pas de tort non plus! « J’adore la compagnie pour laquelle je travaille, s’exprime-t-elle avec enthousiasme. Encore aujourd’hui, je me pince parfois en rentrant du travail pour m’assurer que tout ça est bien vrai! » 

Libérée de la peur que son ambition lui inspirait, Émilie a maintenant de grandes aspirations pour elle-même et pour les compagnies dans lesquelles elle s’investit. Ah oui! Parce qu’en plus de Seneca, elle contribue au succès de Recyclage Lithion, à titre de directrice de projet. Cette ambition lui sert de vecteur pour mobiliser les équipes avec lesquelles elle travaille, pour qu’elles réalisent ensemble de grands projets novateurs et créateurs de richesse.

L’effet A, l’allié de sa réussite

« En fait, mon plus grand défi, encore aujourd’hui, est de parler de mon succès, nous confie Émilie. Le travail que j’ai fait pour déterminer mes forces et mes valeurs, et surtout, pour cerner et célébrer mes petits et grands succès m’a permis de solidifier ma confiance. » 

Diplômée du Défi 100 jours et du Défi Leadership, elle a souvent eu à solliciter ses collègues pour avoir leur rétroaction. « C’étaient des exercices angoissants, se souvient-elle, mais tellement gratifiants! » Se voir à travers les yeux des autres l’a beaucoup aidée à gagner cette confiance en son potentiel.

À celles qui voudraient suivre ses traces

Si vous aspirez à plus de responsabilités dans une compagnie que vous adorez, Émilie vous dit : « Ayez confiance! Quand je ne suis pas sûre de moi, je me demande qui d’autre pourrait réaliser ce mandat et pourquoi. Et dans la plupart des cas, la réponse devient évidente : je suis capable. Pas à la perfection, mais au moins aussi bien que les autres – et c’est suffisant! »

Un succès remarqué à l’interne

Le désir d’Émilie d’apprendre et de se dépasser chaque jour, mais aussi d’aider les autres à le faire, n’est pas passé inaperçu chez Seneca. Le poste de superviseure et l’actionnariat qu’elle a décrochés sont la preuve que l’engagement et l’enthousiasme, ça rapporte! Voici ce que Benoit Couture, président de Seneca, avait à dire au sujet d’Émilie : « Je travaille avec Émilie depuis sept ans maintenant et je constate une évolution remarquable dans sa carrière et sa posture. Elle aborde les nouveaux défis avec audace et une solide confiance en elle. Dirigeante humble et assumée, elle sait reconnaître ses succès et vanter l’immense contribution de son équipe. Émilie, je te remercie pour ton apport à l’entreprise, nous profitons tous de ton talent et de ton ambition! »

En rafale
L’ADN de la passion d’Émilie

La chanson qui booste son ambition : Can’t Stop the Feeling, de Justin Timberlake
Sa mentore de rêve : « Geneviève Fortier, pour son assurance tranquille et sa capacité à nous faire sentir importantes. »
Sa citation favorite : « We are our choices. Build yourself a great story. » – Jeff Bezos
Sa définition de l’ambition : « Avoir le guts de foncer pour ce qu’on veut réaliser. »
Son article préféré signé L’effet A : Êtes-vous vraiment authentique au travail? 
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « Pourquoi hésiter? Ça n’apporte que du positif! Et chacune évolue à son propre rythme. »
Où la suivre : LinkedIn



Julie Dubé
Chef relations avec le milieu – Côte-Nord, Bas-Saint-Laurent, Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine
Hydro-Québec
* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 7 (printemps 2018)
Baie-Comeau


Faire briller son ambition au sein de toute une communauté

L'histoire de son succès

« Je ne suis plus une fleur qui attend d’être cueillie. » C’est ainsi que s’exprime Julie Dubé, à propos de sa carrière. Depuis son passage à L’effet A, elle n’hésite plus à lever la main pour signaler son désir d’explorer de nouveaux défis. « J’ai ciblé les opportunités, explique la diplômée du Défi 100 jours, et j’ai démontré que mon ambition allait bien au-delà des mots! »

Une initiative payante, puisqu’elle gère maintenant les équipes des régions de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine. « Je m’imaginais gestionnaire, nous confie-t-elle, mais pas dans un poste de cette envergure! » Quel magnifique défi à relever : à titre de chef relations avec le milieu, elle est responsable de 20 % de la superficie du Québec. De quoi donner le vertige. 

Mais elle ne laisse pas la peur l’arrêter, bien au contraire. Et comme un défi arrive rarement seul, en plus d’entreprendre un nouveau rôle de gestionnaire, Julie a dû le faire entièrement en télétravail, sans contact avec sa nouvelle équipe. « J’ai aussi dû faire un processus de recrutement entièrement à distance, ajoute-t-elle, ce qui veut dire que j’accueille une nouvelle ressource dans un lieu que je ne connais pas du tout. » Son secret pour approcher ses nouvelles responsabilités? Faire preuve d’audace tout en demeurant à l’écoute des besoins et des attentes de son personnel et des gens avec qui elle collabore.

Passionnée par son travail, Julie est particulièrement fière de représenter Hydro-Québec au quotidien. « Comme c’est un pilier du Québec, précise-t-elle, je sens que je peux faire une différence dans la communauté. » Ce désir de donner au suivant, qui fait d’elle une si bonne gestionnaire, l’a également menée au poste de présidente du conseil d’administration du Drakkar de Baie-Comeau, une équipe de la LHJMQ. 

En intégrant un nouveau territoire, Julie a pu élargir son réseau de contacts et obtenir davantage de reconnaissance de ses pairs, des employés, de la direction et des gestionnaires de plus haut niveau. Pour elle, il ne s’agit rien de moins qu’un tremplin pour accéder à d’autres postes dans le futur.

L’effet A, l’allié de sa réussite

« Le pilier confiance du Défi 100 jours a été déterminant pour moi, explique Julie. J’ai appris à laisser tomber la modestie et à parler avec conviction de mes succès et réalisations. Je travaille très fort et je dois être fière des résultats. Exit le syndrome de l’imposteur! J’ai arrêté de croire que les circonstances avaient fait ma chance pour réaliser que je le méritais. Ce parcours a changé ma vie! » 

À celles qui voudraient suivre ses traces

Pour avancer, Julie recommande de parler de vos succès et idées à vos collègues et de les encourager à en faire autant. « Osez vous vanter! Prenez votre place, toute la place possible qui vous revient. Mais surtout, faites des passes à des femmes pour qu’elles puissent, elles aussi, compter des buts. » Parce qu’il n’y a rien comme la solidarité pour s’élever. Toutes!

Un succès remarqué à l’interne

Ann Bourget, directrice Affaires régionales et collectivités chez Hydro-Québec, nous a laissé ce mot à propos de Julie : « Je suis vraiment très fière de Julie. Elle mérite pleinement son succès! Créativité, attitude positive, souci des autres, détermination et courage sont des qualités remarquables que je vois évoluer chez elle au quotidien. Accompagner Julie dans son développement est fort stimulant et est une formule gagnant-gagnant, puisque moi aussi j’apprends beaucoup d’elle! »

En rafale
L’ADN du courage de Julie

Sa mentore de rêve : « Jessica Harnois, pour son parcours atypique et les projets qu’elle réalise. »
Ta citation favorite : Carpe diem
Le geste simple qu’on peut poser pour favoriser l’égalité femmes-hommes : « Exiger la parité dans les conseils d’administration auxquels on siège. »
Son article préféré signé L’effet A : La solidarité féminine : bonne pour les affaires et la carrière
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « Ce parcours va changer ta vie! »
Où la suivre : LinkedIn


 
Isabelle Kunze
Head of Corporate Health Services et Head of Health Unit
Vaudoise Assurances  
* Diplômée du Défi 100 jours, cohorte 10 (automne 2019)
Suisse


Créer de la valeur en mode intrapreneurial

L'histoire de son succès

Quand nous découvrons le parcours d’Isabelle Kunze, responsable du Corporate Health Services (une unité qu’elle vient de créer), et de la Health Unit (son précédent succès, une création ex nihilo là aussi) à la Vaudoise Assurances, notre intuition nous dit que les nouveaux défis ne lui font pas peur!

« Non, je n’ai pas peur de sortir de ma zone de confort! », nous dit-elle en effet. Voilà plusieurs années qu’Isabelle cultive son esprit intrapreneurial, avec des résultats à la clé. Persévérance, enthousiasme, énergie et confiance lui permettent de passer des idées à leurs réalisations. 

En 2012, le mandat de créer un concept pour les entreprises de la Vaudoise lui est confié. Elle se consacre au développement de ce nouveau projet et propose la création d’une nouvelle unité de santé, dont elle prendra la responsabilité. Forte de ce succès, Isabelle voit déjà plus loin : elle veut créer un écosystème visant à offrir des services au-delà de l’assurance dans le domaine de la santé. Ce sera le Corporate Health Services. Elle se donne cinq ans pour faire un business case convaincant, obtenir l’accord de son employeur et créer de nouveaux services pour le marché suisse. Défi relevé!

« Je me suis fixé cet objectif en 2015 et je suis fière d’avoir pu le concrétiser en 2020, comme je le souhaitais. » Ce qui lui donne envie d’aller travailler tous les matins? « Créer, développer, rencontrer des clients, l’humain, mes collaborateurs et collaboratrices. J’ai la chance d’être entourée de supérieurs qui me font confiance et qui me font grandir depuis plusieurs années déjà. »

L’effet A, l’allié de sa réussite

Pour obtenir le soutien de sa direction dans sa vision stratégique, la diplômée du Défi 100 jours a relevé plusieurs défis en un : convaincre celle-ci d’abord, écrire son business case ensuite et, bien sûr, « accepter d’apprendre au fur et à mesure de la création du Corporate Health Services ». Toutes celles qui sont engagées sur un projet intra ou entrepreneurial savent à quel point il est crucial d’être bien entourée pour entretenir sa confiance, surtout quand vient le temps des doutes. Sur le long chemin vers le succès, Isabelle a ainsi pu compter sur son mari et sur ses supérieurs hiérarchiques qui, dit-elle, « croient en moi et me poussent à me dépasser ». Et sur L’effet A, « qui m’a donné les outils nécessaires : confiance, courage et conviction »!

À celles qui voudraient suivre ses traces

Isabelle s’est passionnée pour le défi qu’elle s’est fixé. C’est sans doute ce qui lui a permis de développer une vision, d’en parler sans fin et de garder le cap. Il s’agit d’ailleurs de son premier conseil : avoir une vision précise de là où on souhaite aller, nommer ses ambitions et foncer! Autre incontournable : « Être bien entourée et bien s’entourer : avoir des collègues et sa famille pour se faire challenger et rebooster quand c’est nécessaire. » 

Un mot de son employeur

« L’intrapreneuriat n’est pas courant dans le monde corporate et j’ai la chance de faire partie d’une entreprise qui l’encourage », nous confiait Isabelle. Sans doute, mais encore faut-il avoir la bonne idée, et savoir convaincre les bonnes personnes! 

Voici ce qu’en dit Christophe de Buttet, chef de Division principale chez la Vaudoise : « Isabelle Kunze est une intrapreneure née. Son énergie et ses nouvelles idées sont un exemple à suivre. L’effet A a été un catalyseur supplémentaire. Le Corporate Health Services en est une illustration du nouveau défi auquel Isabelle Kunze s’est attaquée bille en tête, et dont le logo soleil commence à rayonner ardemment. Elle vit au quotidien les valeurs d’esprit collaboratif, de respect et de communication, et elle challenge tout un chacun, y compris ses chefs. » 

En rafale
L’ADN de l’ambition d’Isabelle

La chanson qui booste son ambition : A Sky Full of Stars, de Coldplay
Sa mentore de rêve : « Ruth Bader Ginsburg pour sa force et son ambition de réussir dans un monde d’hommes et de changer le monde. »
Sa citation favorite : « Seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin. »
Son article préféré signé L’effet A : Communiquer avec impact : les conseils de Véronique Proulx
Son conseil à celles qui hésitent à joindre L’effet A : « Pourquoi hésiter? »
Où la suivre : LinkedIn


Rédaction : Martine Rhéaume, Camille Carton, Catherine Bergeron

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy