L’ambition n’est pas un mot que l’on murmure

L’ambition n’est pas un mot que l’on murmure

Quels sont les parallèles entre le monde professionnel et celui du théâtre? Qu’est-ce que les femmes d’affaires peuvent en apprendre? «Bien des choses», soutient la leader Isabelle Marcoux. C’est pourquoi elle a invité Jocelyne Zucco, formatrice et membre de The Humphrey Group, à s’adresser aux participantes du Défi 100 jours L’effet A. Le programme qu’elle présente s’intitule «Succeeding on The Stage ®.»

FAITES PORTER VOTRE VOIX
Pour faire valoir ses idées auprès de vos clients ou collègues il faut d’abord une bonne voix, forte et énergique dit Jocelyne. Tout part de là. Elle renchérit : «Si vous êtes au théâtre, vous devez parler pour le public situé à la dernière rangée ».  La formatrice affirme que sans cette force dans la voix mais aussi d’une bonne articulation, le public, votre auditoire, n’embarquera tout simplement pas dans votre histoire. Parler avec vigueur c’est aussi un discours sans hésitation où mots parasites comme «euh, mmm». Le secret? Apprendre à faire des pauses et respirer. Prendre…son…temps.

DÉVELOPPEZ UNE PRÉSENCE PHYSIQUE ASSUMÉE
La voix, oui, mais tout le corps doit aussi s’y mettre. Pour Jocelyne Zucco le non-verbal est essentiel pour s’ancrer dans le moment. Le fait d’être debout change complètement la dynamique. Les pieds écartés de la largeur des épaules, les genoux légèrement fléchis pour ne pas les bloquer, la tête droite et fière, les gestes dirigés vers l’audience : autant de trucs qui confèrent une réelle présence. Et permettent de faire passer avec plus d’efficacité votre message.

S’EXERCER. ENCORE ET ENCORE.
Mais tout ne se fait pas sans effort. La formatrice fait le lien entre le quotidien en entreprise et théâtre en parlant de cette inévitable pratique. «On a plus de contrôle qu’on le pense. On peut habituer son corps à un nouveau comportement.» dit Jocelyne. Répéter pour se donner confiance, mais surtout se programmer pour penser autrement. Il faut prendre le temps d’examiner, de filtrer puis de choisir ses pensées car celles-ci ont un impact majeur sur le comportement.

MIROIR, MIROIR
Jocelyne propose un petit exercice qu’elle croit pertinent de faire passer aux femmes. L’exercice en soi est plus difficile pour les femmes que les hommes. Simple, il consiste à terminer la phrase «Je suis extraordinaire parce que…» La fin de la phrase appartient à la femme qui ose se regarder dans le miroir et dire «je suis douée pour vendre mes idées», «je suis bonne en négociation» ou simplement «parce que je suis moi».


 3 CONSEILS D’ISABELLE MARCOUX POUR PRENDRE SA PLACE DANS UNE RENCONTRE
Parler avec confiance, s’affirmer avec élégance.
Bien se préparer pour livrer des messages clairs et convaincants.
Développer une présence d’où émane son leadership.