Renforcer sa confiance

3 conseils pour rebondir après un échec professionnel

13 octobre 2020 par Michèle Provencher

Après seulement quelques mois à l’antenne, Oprah Winfrey s’est fait remercier de son premier emploi d’animatrice à la télévision. Son licenciement l’a menée à devenir reporter sur le terrain, où on lui a reproché d’être trop… empathique. Après avoir bâti un gigantesque empire sur l’empathie, cette femme est la preuve qu’un échec professionnel peut devenir un puissant moteur de réussite.

Évidemment, l’échec vient avec son lot d’émotions bien connues et appréhendées… le stress, l’anxiété, la peur du jugement. Pour Marie-Soleil Tremblay, professeure titulaire à l’École nationale d’administration publique (ENAP) et leader de L’effet A, il ne faut surtout pas céder à l’envie de renoncer ou de chercher des coupables idéals. «Face à l’échec professionnel, je choisis de vivre avec l’inconfort, de continuer ma route en m’entourant lorsque c’est possible d’allié.e.s sages et bienveillant.e.s qui m’aident à faire une analyse lucide des événements, à reconnaître ma part de responsabilité et à en tirer le meilleur pour en faire un apprentissage constructif.»

Car même s’ils ne sont jamais faciles à accepter sur le moment, Marie-Soleil soutient que nos revers professionnels peuvent s’avérer de véritables occasions de croissance. À condition de savoir rebondir! 

Nos conseils.

1. Identifiez les raisons de l’échec et les apprentissages à en retirer

Analysez d’abord les causes de l’échec. Observez les variables sur lesquelles vous avez un contrôle et votre attitude face à celles qui sont hors de votre pouvoir. Par exemple : si votre stratégie de mise en marché a échoué à cause du contexte économique, visualisez comment vous auriez pu vous adapter à cette situation particulière en amont.

Ce que vous avez appris de cette expérience vous rendra plus agile. En plus de détecter les erreurs de processus, ressortez les éléments qui ont bien fonctionné, les demi-succès. Tout n’est jamais tout noir ou blanc. Vous avez des forces et de bons réflexes sur lesquels il faut continuer de miser.

2. Acceptez la situation et relevez-vous

Après avoir vécu un échec professionnel, c’est normal de vivre une courte période de découragement. Mais ne baissez pas les bras! Accepter votre part de responsabilité (même si c’est parfois bien difficile), vous aidera à lâcher prise et à aller de l’avant. Ne perdez pas confiance : dans un nouveau projet, vous reconnaîtrez plus aisément les pièges à éviter.

À ce propos, Stéphanie Trudeau, vice-présidente exécutive — Québec, chez Énergir, et leader de L’effet A, vous adresse ce précieux conseil : ne laissez pas le doute vous pétrifier! «Selon moi, il est positif de douter un peu par moment, d’être capable de se remettre en question. J’aime dire que je suis généralement habitée par ce que j’appelle “un doute sain”», explique-t-elle. Le genre qui vous amène à bien vous entourer, à être plus préparée et à mieux performer. Par contre, il ne faut jamais laisser le doute vous envahir au point de vous paralyser. «Vous passeriez à côté de vos ambitions et de la réalisation de votre plein potentiel», ajoute-t-elle.  

Pour adapter votre posture mentale, une bonne solution est de modifier votre vocabulaire. Éloignez-vous du terme «échec» pour vous rapprocher du «demi-succès», une expression qu’affectionne Isabelle Hudon, cofondatrice de L’effet A. Voyez-le plutôt comme un «apprentissage bénéfique» et optez pour l’attitude de la gagnante.

3. Remettez-vous en selle et foncez!

Si vous tombez à cheval, votre instructeur vous suggérera de remonter rapidement sur votre monture pour ne pas cultiver la peur. C’est la même chose pour votre carrière. 

Comme l’explique si bien Marie-Soleil Tremblay, si vous ne faites pas d’erreurs, c’est que vous ne prenez aucun risque. «Après tout, la meilleure manière de ne jamais vivre l’échec est certainement de ne rien faire, de ne rien tenter de différent, de rester à sa place…» Il faut donc savoir faire preuve d’indulgence envers vous-même.

N’hésitez pas à demander conseil à votre réseau. Ne craignez pas de recevoir leur point de vue ou même, les critiques. Parlez librement de votre expérience, car une personne en posture d’apprentissage, c’est inspirant. 

Tournez ce revers en réussite, en vous présentant comme une version améliorée de vous-même. Et surtout, utilisez le souvenir de votre échec comme une pulsion qui vous mènera vers l’avant et non comme un boulet! «Après tout, le chemin du succès est souvent pavé d’échecs et d’erreurs!», conclut Marie-Soleil Tremblay.

Pour une incursion au coeur du Défi 100 jours, inscrivez-vous à L’expérience 7 jours L’effet A pour recevoir une série de 7 courriels gratuits de la part des leaders de L’effet A.

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes? Participez au Défi 100 jours! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet!

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

5 commentaires

  1. Avatar
    Helena Author

    Merci pour votre article, vraiment ça tombe pour moi a un bon moment et ca ma donner la force de continuer malgré un échec

  2. Avatar
    Hawo Author

    Très bon article en effet qui permet de prendre du recul sur ses erreurs et aller de l’avant. Si je peux me permettre, j’ai vu une petite faute à la fin de l’article au point 4.Exécutez-le!… à la fin du premier paragraphe: « une conférence visant à le METTRE en valeur » et non mettant tel que c’est écrit.

    Bravo pour votre travail.

  3. Avatar
    Suzanne Sage Author

    Très intéressant!

  4. Avatar
    Félicité Donyo Author

    Très bons conseils, j’en suis à l’étape 4 et avec l’effet A ça me donne plus de confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy