Rallier et influencer

Communiquer avec impact : les conseils de Véronique Proulx

4 mars 2019 par Amélie Cournoyer

« L’art de la communication est le langage du leadership », écrivait James Humes, rédacteur de discours pour plusieurs présidents américains. Et parce que les communications occupent pratiquement 80 % du temps d’un gestionnaire, tout bon leader se doit d’être un excellent communicateur.

S’il y a une personne qui peut parler longuement de l’importance de bien communiquer, de communiquer avec impact, c’est Véronique Proulx. Première femme nommée présidente-directrice générale de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ), elle a le mandat d’assurer le leadership au sein de l’association et de ses membres, pas moins de 1 100 entreprises manufacturières québécoises.

De son point de vue, la communication permet de partager son expertise et ainsi, de mieux positionner son leadership. Parce que l’expertise à elle seule ne suffit pas si on ne sait la communiquer, et si, de surcroit, on ne parvient pas à bâtir un sentiment de confiance dans son équipe et à rallier les gens pour atteindre ses objectifs. Quelques explications.

Communiquer et rallier, une affaire de confiance
Pour avoir de l’impact comme leader, il faut savoir bâtir des relations solides et des liens de confiance rapidement. Véronique Proulx considère d’ailleurs que sa grande capacité à communiquer et à entrer en relation avec les autres lui a permis de se démarquer tout au long de sa carrière.

À sa sortie de l’école, ses fonctions chez Laval Technopole consistaient à conseiller des chefs d’entreprise — souvent des hommes bien plus âgés qu’elle ! – sur leurs stratégies d’exportation. « J’avais 21 ans et aucune expérience dans ce domaine… Je connaissais peu l’entrepreneuriat et le milieu des affaires, se rappelle-t-elle, mais j’avais une habileté naturelle à écouter et à poser les bonnes questions pour cerner rapidement les enjeux les plus significatifs. Je réussissais à bâtir des relations de confiance en leur faisant sentir que j’avais ce qu’il fallait pour les aider. »

Selon les auteurs de l’article Leadership Is a Conversation, publié dans le Harvard Business Review, les leaders qui veulent gagner la confiance de leur équipe doivent cultiver l’art de l’écoute avec les personnes de tous les niveaux de l’organisation — Véronique Proulx l’avait déjà compris à cette époque. « La proximité physique n’est pas toujours possible entre un leader et ses employés, mais la proximité mentale ou émotionnelle est essentielle », peut-on lire.

Aujourd’hui à la tête de MEQ, la leader constate à quel point une saine communication solidifie les liens professionnels. C’est pourquoi elle s’est fait un point d’honneur de demeurer à attentive aux autres, de s’exprimer avec transparence et authenticité. « Je ne sais pas tout et je me dois d’être honnête. Quand je ne connais pas la solution à un problème, par exemple, je le dis. Et parce que je ne crains pas de demander de l’aide, je suis en mesure de rassurer mon entourage et de leur expliquer qu’on trouvera la solution ensemble. Les gens savent qu’ils peuvent compter sur moi. »

Communiquer pour mieux se positionner
Posséder une expertise ne sert à rien si on ne sait pas la faire valoir. « Tu peux avoir de très bonnes idées et de beaux projets, mais si tu n’es pas capable de les expliquer ou de les vulgariser, tu ne réussiras pas à prendre ta place au sein d’une organisation », affirme Véronique Proulx.

Pour communiquer efficacement sa vision, la clarté de la pensée est fondamentale. Elle permet de bien cibler le message et réduit les risques de s’éparpiller. À ce propos, qu’on soit en tête-à-tête ou en présentation, Véronique Proulx conseille de formuler au maximum trois informations-clés et d’y revenir souvent afin de s’assurer que le message que l’on juge prioritaire passe bien.

Elle raconte : « Il y a quelques années, j’ai participé à une rencontre où nous étions une multitude d’intervenants à prendre la parole sur autant d’enjeux. Je devais attirer l’attention rapidement si je voulais influencer d’éventuelles mesures gouvernementales. Lorsque mon tour est venu, j’ai présenté deux données pour faire une brève mise en contexte ; émis trois recommandations sans entrer dans les détails ; puis donné un exemple d’entreprise pour qui les recommandations étaient pertinentes. Ma brève intervention a suscité de nombreuses questions et mes recommandations ont finalement été mises en place par le gouvernement. »

Un des rôles fondamentaux du leader est d’être capable de mobiliser les gens autour de sa vision pour assurer la réussite et la croissance de son organisation. Et il faut savoir communiquer avec impact pour y arriver !

« J’ai longtemps cherché le modèle que je devais suivre en tant que gestionnaire… jusqu’à ce que je réalise que le bon modèle pour moi, c’était le mien », confie la PDG, qui insiste sur l’importance de se faire confiance. « C’est à partir du moment où j’ai commencé à me faire confiance, que j’ai été en mesure de communiquer avec plus d’authenticité et d’impact. Cela s’est traduit par des résultats tangibles pour notre organisation : croissance des revenus des membres, croissance des revenus nets, augmentation de la présence média et influence auprès du gouvernement », conclut Véronique Proulx.

Vous souhaitez donner un sens à votre leadership et transformer votre ambition en un puissant levier de croissance pour vous et votre équipe ? Le Défi Leadership vous permettra de solidifier vos repères en tant que gestionnaire. Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy