Renforcer sa confiance

Syndrome de l’imposteur : 7 mauvaises habitudes qui freinent votre carrière

16 mars 2018 par Marie Eve Gosemick

Que vous soyez stagiaire ou présidente, le syndrome de l’imposteur peut vous affecter de différentes façons. Selon le psychologue Kévin Chassangre, il concerne tous les niveaux hiérarchiques et 70 % des personnes à haut potentiel éprouveront ce sentiment d’imposture dans leur vie. Eh non ! Vous n’êtes pas seule !

S’il est sain de vous remettre en question parfois, le syndrome se caractérise par sa persistance. Conséquence ? Il nuit à votre estime personnelle et suscite de l’anxiété. Ce n’est pas compliqué : le syndrome de l’imposteur vous plonge dans un cercle vicieux où vos comportements renforcent vos doutes et vice versa. Ça vous évoque quelque chose ?

Parce que c’est le syndrome qu’il faut démasquer, et pas l’imposteur en vous, voyez si ces sept gestes — en apparence banals — font partie de votre quotidien.

Vous avez la conviction que les autres surestiment vos capacités.

Résultat : coincée avec un sentiment d’imposture, vous peinez à prendre et à assumer la place qui vous revient. Difficile alors de ressentir toute la satisfaction que vous devriez éprouver au travail et de vous y épanouir. Quel dommage !

Dans sa présentation TED, le chercheur David Dunning explique que personne n’est doué pour s’autoévaluer avec justesse. Étrangement, il semblerait que les moins compétents se montrent souvent trop confiants alors que les personnes les plus qualifiées tendent à sous-estimer leurs capacités… Gardez ça en tête !

Vous redoutez la réussite autant que l’échec.

Résultat : comme vous ne vous sentez pas à la hauteur, tout bon coup vous fait craindre de relever un défi encore plus grand. Quel stress ! La Harvard Business Review ajoute que l’échec, bien qu’effrayant, s’avère parfois une stratégie de sortie alléchante puisqu’elle permet de diminuer les attentes. Si le statu quo vous paraît préférable, en ne sortant pas de votre zone de confort, vous ratez les occasions de démontrer vos forces. Vous stagnez ainsi dans votre poste.

Vous ne tenez pas à présenter ou à défendre vos idées.

Résultat : en n’exposant pas votre savoir, vous n’arrivez pas à briller au sein de votre équipe. Dans Why Capable People Suffer from the Impostor Syndrome, Dre Valerie Young précise que même si le syndrome de l’imposteur touche autant les hommes que les femmes, les professionnelles sont davantage portées à le manifester en restant discrètes et en évitant de prendre la parole.

Comme vous n’êtes pas convaincue de votre valeur, vous vous contentez de ce que vous estimez mériter…

Résultat : vous perdrez des centaines de milliers de dollars au cours de votre carrière. Entre demi-million et un million de dollars soutiennent Linda Babcock et Sara Laschever, auteures de Women Don’t Ask. Dans le cadre du Défi 100 jours L’effet A, la leader Sophie Brochu, présidente et chef de la direction de Énergir, répète à chaque cohorte ce précieux conseil aux participantes : « N’ayez pas peur de négocier. Négocier, c’est créer les conditions de votre succès ! »

Vous ne réalisez pas le poids de vos idées et de vos interventions dans l’accomplissement de vos tâches ou mandats.

Résultat : convaincue que vous avez mené à bien tel ou tel projet grâce aux autres ou à votre bonne étoile, vous ne vous appropriez pas vos succès. Vous mettez ainsi un temps fou à bâtir votre crédibilité, et vous perdez nombre d’opportunités.

Rien de ce que vous réalisez ne semble être à la hauteur.

Résultat : vos objectifs sont si démesurés qu’ils minent votre estime personnelle. Or, pour construire votre confiance en vous, il faut savoir reconnaître ses forces et ses réussites. Dans le Défi 100 jours L’effet A, on mise sur l’excellence, plutôt que la perfection… Beaucoup plus réaliste !

Vous en faites beaucoup et, malgré tout, vous craignez que ce ne soit pas assez.

Résultat : votre peur de ne pas être à la hauteur vous mène à croire — à tort — que vous n’êtes jamais suffisamment préparée. Vous avez du mal à prendre le recul nécessaire. Vos fonctions sont de plus en plus « émotives » et de moins en moins « pratiques ». Ouf ! En plus de nuire à votre santé physique et mentale, vous manquez de temps pour effectuer les tâches cruciales de votre poste et vous diminuez votre rendement.

Vous vous reconnaissez dans l’un ou plusieurs de ces symptômes ? Pas de panique ! Il est possible de surmonter le syndrome de l’imposteur. Il faut d’abord reconnaître qu’il existe et ensuite, admettre que les habitudes qu’il vous pousse à adopter ont des conséquences néfastes sur votre carrière…

Pour vous aider, voici quelques conseils pour vous débarrasser du syndrome de l’imposteur.

À lire aussi : Le syndrome de l’imposteur : en souffrez-vous?

Vous souhaitez booster votre confiance et propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours L’effet A ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

1 commentaire

  1. Bruno Author

    Très intéressant! Merci pour cet article. J’aime beaucoup le fait que vous apportez également des références qui sont plausibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy