Histoires inspirantes

Hajar El Haddaoui : analyse d’un succès en 4 leçons

3 septembre 2020 par Catherine Bergeron
Hajar El Haddaoui

« De nos jours, le besoin humain est plus grand que jamais », soutient Hajar El Haddaoui. À la tête d’une équipe de plus de 400 collaborateurs, si elle a pu traverser la crise du printemps 2020, c’est grâce à un leadership empreint de transparence et d’authenticité.  

Fille de diplomate marocain, elle a voyagé aux quatre coins du globe avant de s’installer en Suisse. « Côtoyer diverses cultures et être impliquée auprès de différentes communautés, depuis le tout jeune âge, a forgé la manière dont j’exerce mon leadership. » Ne craignant pas de briser les codes et d’aller au-delà des conventions, elle a su tailler sa place dans un environnement réputé pour être très conservateur : « Quand je suis arrivée, mon nom attirait beaucoup l’attention. J’ai travaillé dur pour confirmer mes compétences et la valeur ajoutée que je pouvais apporter à une entreprise. » Saisissant diverses occasions, elle s’est hissée jusqu’à son poste actuel de responsable des shops Swisscom en Suisse romande et au Tessin.

Nouvellement leader du Défi 100 jours, elle affirme avoir eu un immense coup de cœur pour L’effet A. « Je saisis avec bonheur cette opportunité qu’on me donne de démontrer aux femmes qu’elles peuvent réussir en demeurant fidèles à qui elles sont. »

Nous sommes allés à sa rencontre pour discuter de son parcours et de ce qui fait sa marque comme gestionnaire.

Ne jamais diminuer ses ambitions

Un rapide coup d’œil au parcours de Hajar nous permet cette constatation : aucun défi ne semble l’arrêter. Quelques mois seulement après ses débuts chez Swisscom, la plus importante entreprise de télécommunication en Suisse, on lui propose un nouveau poste au sein de l’organisation. Le hic? Elle doit apprendre l’Allemand… en six mois ! « Je n’ai pas hésité une seconde, affirme-t-elle. J’avais les compétences nécessaires. Il me fallait simplement régler cet enjeu de langue. » 

Selon la leader, il convient de s’appuyer sur deux grandes aptitudes pour se propulser face à un tel défi. « D’abord, il faut avoir confiance en soi. C’est si important, et ça nous manque souvent. Il faut ensuite savoir s’entourer des bonnes personnes, trouver les bonnes ressources. » Mais surtout, ce qui motive Hajar, c’est de servir une cause qui dépasse ses propres intérêts. « C’est ce dont j’ai besoin pour relever des défis. Je ne suis pas là où j’en suis que pour un enjeu de carrière ou de salaire. Je suis là pour montrer aux femmes qu’elles peuvent réaliser leurs ambitions. Qu’elles ne doivent surtout pas diminuer leurs rêves pour être alignées à une réalité passagère ou pour se conformer aux besoins des autres », résume la gestionnaire, avant d’ajouter qu’elle a également dû abandonner l’ultime quête de l’équilibre : « c’est vrai, on doit travailler dur et ça demande beaucoup d’énergie. » 

Trouver son équilibre à soi

C’est avec une douceur infinie que Hajar évoque quelques souvenirs de sa maman, son modèle d’ambition. « Ma mère a toujours travaillé très, très fort. En contrepartie, elle nous a donné des moments de qualité. » Pas des heures, pas des jours, se remémore la leader, mais des moments où la concentration était totale. 

Pour les femmes qui ont le désir de se réaliser pleinement, le quotidien est rarement harmonieux, explique-t-elle. Celle qui mène de front une carrière bien remplie, diverses implications sociales, des études au MBA, en plus d’être la mère de Nada, sa fille bien-aimée, a trouvé son propre équilibre. « J’ai choisi de miser sur la qualité plutôt que la quantité. Je préfère passer deux heures en sa compagnie et être 100 % présente. Ces moments sont magiques et extraordinairement énergisants. »

Manifester une ambition inclusive

« Ma plus grande fierté, c’est d’emporter les gens avec moi. Mon ambition ne peut être égoïste », soutient la leader qui a besoin de voir ses collaborateurs grandir à ses côtés. « Quand on inclut les autres, nos idées ont beaucoup plus d’impact. » Une philosophie qu’elle souhaite appliquer au contact des participantes du Défi 100 jours : « Si je peux donner aux femmes les moyens de se réaliser, leur partager un peu de mon expérience pour les aider à se déployer, alors j’aurai relevé mon défi. »

Ce désir de collaboration colore de manière singulière le leadership de cette gestionnaire qui est réputée pour son empathie et son accessibilité. « Je suis très exigeante envers mes équipes. Mais j’ai appris de ma mère que pour tirer le meilleur des gens, il faut d’abord connecter avec l’humain. » Et cela ne peut se faire, précise Hajar, qu’en établissant une confiance réelle, basée sur l’authenticité.

Valoriser l’authenticité… et la diversité !

« Pour s’assumer comme femme leader, il faut accepter de faire les choses à sa manière », affirme la gestionnaire. Elle évoque fréquemment cette idée de « briser les codes » : « pour faire plus de place aux femmes aux minorités, il faut avoir le courage de contester les conventions. Il faut oser parler des biais inconscients pour aller au-delà des préjugés. » 

Des préjugés auxquels elle s’est d’ailleurs souvent heurtée, sans jamais baisser les bras. À titre d’exemple, elle raconte un entretien pour un poste de haut niveau durant lequel on lui a demandé comment elle allait signer ses courriels aux clients, prétextant que son nom pouvait être problématique. « Pour moi, le handicap dans une situation comme celle-là n’est pas chez moi. Il est chez l’autre », illustre la leader qui parle ouvertement de ces enjeux reliés à la diversité. « Aujourd’hui, je suis connue pour l’humain que je suis. Hajar la gestionnaire, Hajar la personne. Et c’est une immense fierté. »

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes comme Hajar El Haddaoui ? Participez au Défi 100 jours ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet.

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy