Prendre des risques

Le secret du succès : domptez votre posture mentale  !

30 octobre 2018 par Anne-Hélène Dupont

« On ne naît pas grand cuisinier ; on apprend par la pratique », écrivait Julia Child dans son autobiographie My Life in France. « Essayez de nouvelles recettes, apprenez de vos erreurs, soyez téméraires et, par-dessus tout, amusez-vous ! », ajoutait-elle.

Jusqu’au milieu de la trentaine, Julia Child n’avait aucun talent aux fourneaux. Mais cette ancienne employée des services secrets américains était bien déterminée à exceller. N’écoutant que son amour de la cuisine française, elle travailla d’arrache-pied pour obtenir son diplôme de la plus prestigieuse école culinaire de Paris, publia le désormais classique Mastering The Art of French Cooking et devint une star du petit écran avec son émission The French Chef.

Cette vision de l’excellence (fruit de la pratique), de la nouveauté et de l’échec (sources d’apprentissage et de plaisir) correspond en tout point à ce que la psychologue américaine Carol S. Dweck nomme la posture mentale de croissance.

Posture mentale fixe ou de croissance : deux visions du succès

La posture mentale fixe (« fixed mindset ») consiste à croire que les forces individuelles sont innées et immuables. En d’autres mots, si vous êtes dotée d’une posture mentale fixe, vous attribuez la réussite des autres à des forces et qualités dont ils sont naturellement dotés — plutôt qu’à l’effort. Comme s’ils avaient simplement « la bosse des affaires » ou un « don artistique », par exemple.

Le succès, dans cette optique, traduit une forme de supériorité intimidante. Résultat : vous voyez vos collègues et vos proches comme des juges devant lesquels il faut prouver votre valeur — que c’est agaçant ! Vous évitez ainsi les situations où vous pourriez commettre des erreurs, de peur de vous montrer inférieure, et vous reculez face aux difficultés, convaincue que vous n’avez pas ce qu’il faut pour les surmonter. Bref, par peur de l’échec, vous passez à côté de bon nombre d’occasions de développer votre potentiel.

À l’inverse, si vous avez une posture mentale de croissance (« growth mindset »), vous êtes animée par la volonté de vous dépasser. L’idée de sortir de votre zone de confort vous motive. Vous concevez votre talent, vos forces et vos qualités comme autant de muscles à renforcer au fil des expériences, et vous définissez le succès par le fait d’avoir appris ou exploré par le biais de nouvelles expériences. Les critiques, les obstacles, les échecs ? Voilà autant d’occasions de vous propulser ! Quant à votre entourage professionnel et personnel, la posture mentale de croissance vous porte à le voir comme un ensemble d’alliés sur le chemin du succès.

Dans ses recherches, Carol Dweck a observé que peu importe leur milieu socioéconomique d’origine, les individus qui privilégient la posture mentale de croissance réussissent mieux que ceux chez qui la posture mentale fixe domine.

C’est ce que cette professeure de psychologie sociale à l’Université de Stanford explique dans sa conférence TED.


Prête à vous dépasser ? Voici comment adopter la posture mentale de croissance !

1. Apprenez à reconnaître la posture mentale fixe
Notez les moments où votre critique intérieure vous serine que vous n’avez pas ce qu’il faut pour réussir ou vous incite à fuir. Se manifeste-t-elle lorsque vous vous lancez dans un nouveau projet, quand on juge la qualité de votre travail ou juste avant de prendre la parole en réunion ? Cette « voix » est souvent reliée à un manque de confiance ou à la peur de l’échec. Essayez de reconnaître les situations où elle survient et préparez-vous à la faire taire en vous remémorant vos forces, vos réalisations passées, le soutien que vous pouvez obtenir, vos outils, etc.

2. Admettez que vous avez un choix
Quand vous repérez en vous des pensées qui relèvent de la posture mentale fixe, rappelez-vous que vous avez le choix de leur obéir ou pas. Vous laisser guider par cette critique intérieure, c’est une façon de vous protéger… mais c’est aussi saboter vos chances de vous dépasser. Ce qu’il faut faire ? Fuyez la facilité ! Comme l’explique Carol Dweck, vous avez l’option d’éviter ou d’affronter. Affronter, c’est vous donner l’occasion de grandir.  

3. Domptez votre voix intérieure
Oui, parlez-lui ! En entrevue au balado The Science of Success, Carol Dweck conseillait même de lui donner un nom ; celui d’une ancienne enseignante sévère ou d’un personnage de fiction détestable, par exemple. Lorsqu’un écueil se profile, remerciez cette voix intérieure pour son avis, mais rappelez-lui rapidement qu’il s’agit plutôt d’un défi qui vous donnera l’occasion de développer vos « muscles » de créativité, de résolution de problèmes ou de présentation de vente — peu importe son issue.

Vous commettez une erreur ou vivez un échec ? À l’instar des enseignants bienveillants dont Carol Dweck parle dans sa conférence TED, dites-vous que vous n’y êtes « pas encore », mais que les leçons que vous tirez de l’expérience vous aideront à réussir… la prochaine fois ! Car l’objectif n’est pas la performance, mais la croissance.

Vous souhaitez donner un sens à votre leadership et transformer votre ambition en un puissant levier de croissance pour vous et votre équipe ? Le Défi Leadership vous permettra de solidifier vos repères en tant que gestionnaire. Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

1 commentaire

  1. Nathalie Chiasson Author

    Très bel article! Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy