Benaaz Irani : analyse d’un succès en 3 leçons

Benaaz Irani : analyse d’un succès en 3 leçons

La diversité, c’est plus que fournir un environnement de travail sans barrières. C’est d’être ouvert.e aux personnes qui non seulement ne nous ressemblent pas, mais qui ne pensent pas non plus comme nous.

Benaaz Irani est une Perse zoroastrienne qui est née et qui a grandi en Inde. Arrivée au Canada en 1999, elle s’est jointe à CIBC Insurance en 2000, la même année que l’acquisition de l’entreprise par Desjardins. Elle a obtenu un rôle de leadership dans sa première année d’emploi.

À 25 ans, elle était l’une des  l’une des rares jeunes femmes dans un poste de cadre. Maintenant vice-présidente du Réseau d’agents Desjardins, elle attribue son succès aux nombreux modèles et mentor.e.s qui l’ont encouragée au long de son parcours. Ils lui ont permis de s’épanouir professionnellement tout en élevant deux enfants et en complétant son MBA.

Voici 3 leçons tirées de son parcours.

1. «Si il y a une chose que j’aimerais dire aux femmes, c’est de foncer avec confiance… et sans culpabilité!»

Les femmes sur le marché du travail pensent souvent qu’elles devraient travailler plus d’heures, qu’elles devraient être à la maison avec leur enfant, qu’elles devraient être plus gentilles, qu’elles devraient être plus fortes. Je devrais, je devrais, je devrais…

La liste de choses pour lesquelles on peut culpabiliser est sans fin. Et qu’on appelle cela de la motivation ou du perfectionnisme, plutôt que de la culpabilité, ne rend pas la chose plus utile. Benaaz l’a bien compris.

En Inde, venant d’une famille traditionnelle où les femmes rejoignent l’entreprise de leurs parents ou celle de leur époux, Benaaz était déterminée à construire sa propre carrière et de suivre sa propre voie vers le succès professionnel. «J’aime mon travail, je ne le ferais pas si ce n’était pas le cas.»

Même au Canada, plusieurs femmes continuent de se battre contre les préjugés associé à être une mère au travail. Elles s’inquiètent souvent de l’impact du travail sur leur vie de famille. En tant que mère de famille et une femme de carrière, Benaaz a eu les mêmes inquiétudes lorsqu’elle essayait de balancer sa vie professionnelle et sa vie familiale, tout en essayant d’élever ses deux enfants.  «Le défi supplémentaire, c’est que j’ai un enfant ayant des besoins particuliers [l’un de ses enfants est autiste]. Les gens disent souvent que mon enfant est très heureux, et c’est en partie parce que je suis moi-même heureuse. J’ai beaucoup d’énergie parce que j’aime les défis apportés par ma carrière. Et c’est à travers mon travail que j’ai développé un talent pour l’optimiste, l’indulgence et la compréhension de différents types de personnes et de leurs besoins particuliers.»

Ces talents ont en retour nourrit son rôle de mère dévouée et attentive aux besoins particuliers de son enfant. Ultimement, Benaaz souligne que développer sa confiance et cesser de culpabiliser constituent le projet de toute une vie. «Ça ne se fait pas d’un seul coup, pour toujours : on doit y travailler sans cesse.»

2. Vos plus grands critiques peuvent vous mener vers le chemin de découverte de votre potentiel. Vous ne savez pas toujours qui deviendra votre meilleur.e allié.e!

Tôt dans sa carrière, il y a eu un moment où elle convoitait un poste auprès d’un dirigeant qui était nouveau dans l’organisation.

« J’ai appliqué pour un poste que je sentais prête à relever, mais la personne en charge de l’embauche ne le voyait pas ainsi. Je n’ai pas eu le poste et j’ai eu de la critique constructive. À l’époque, j’ai eu de la misère à composer avec le sentiment de rejet, ceci dit j’ai accueilli la critique que j’ai reçu de cette personne et j’ai développé une magnifique relation de mentorat avec elle. Plusieurs années plus tard, cette même personne a eu une influence sur le poste que j’ai aujourd’hui.

Le rejet est une partie importante de la vie. Même si c’est difficile à entendre sur le moment, ne laissez pas le rejet vous tirer vers le bas, car vous ne savez pas quelles sont les autres opportunités qui viendront à vous. Accueillez les retours et les conseils que vous recevez de vos mentors parce que vous pouvez toujours en apprendre plus sur vous et grandir!»

Ce dirigeant l’a ensuite invitée à travailler en acquisition avec lui, et après avoir collaboré sept ans ensemble, il l’a nommée V.-P. «Si je suis ici aujourd’hui, c’est en partie grâce à son mentorat.»

3. Soyez ouvertes aux conseils, surtout (particulièrement) si ça pique un peu.

«La première fois que je suis devenue une leader à 25 ans, un autre leader m’a prise à part et m’a dit: “Il faut que tu changes ton approche et que tu changes la manière dont tu t’habilles”. J’ai d’abord été surprise et mon insécurité aurait pu me pousser à très mal répondre, mais j’ai prêté l’oreille et j’ai compris que ce qu’on me disait. Je devais développer une “présence exécutive”. Depuis lors, j’ai pris l’habitude de nouer des relations avec les leaders, d’observer comment ils s’habillent, comment ils parlent et leur façon de se présenter. Par exemple, Indra Nooyi, anciennement cheffe de la direction chez Pepsico, a été un excellent modèle pour moi en tant que femme de couleur.»

Sans être une leçon complexe et détaillée, il s’agit plutôt d’apprendre à surmonter son ego pour développer des qualités qui ont besoin d’un peu de travail, souvent sans qu’on ne le sache. C’est en partie pourquoi Benaaz, ambassadrice de la diversité et de l’inclusion chez Desjardins, se passionne à aider la prochaine génération de leaders avec L’effet A, par le biais du Ambition Challenge.

On pourrait tous profiter d’un coup de main pour identifier nos angles morts, et parfois, les critiques non sollicitées d’un.e mentor.e peuvent s’avérer de précieux cadeaux. Puisqu’on ne s’attend pas de nos collègues qu’ils soient parfaits, pourquoi devrait-on s’assujettir aux rigueurs du perfectionnisme? Ça n’est que de la culpabilité déguisée, et il est temps de passer outre. Apprenez à faire simplement de votre mieux, à votre manière. La vraie confiance devient possible lorsque l’on sait que l’on est vraiment efficace, en abordant nos faiblesses, en affrontant les problèmes les plus difficiles et en apprenant des meilleurs modèles.

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

3. Soyez ouvertes aux conseils, surtout (particulièrement) si ça pique un peu.

«La première fois que je suis devenue une leader à 25 ans, je me souviens que mon directeur m’a pris à part et m’a encouragé à développer une “présence exécutive”. Depuis lors, j’ai pris l’habitude de nouer des relations avec les leaders, d’observer comment ils s’habillent, comment ils parlent et leur façon de se présenter. Par exemple, Indra Nooyi, anciennement cheffe de la direction chez Pepsico, a été un excellent modèle pour moi en tant que femme de couleur.»

Sans être une leçon complexe et détaillée, il s’agit plutôt d’apprendre à surmonter son ego pour développer des qualités qui ont besoin d’un peu de travail, souvent sans qu’on ne le sache, puisque c’est souvent l’authenticité qui prime.

Être authentique, proche de ses valeurs et ouvert au changement sont les principaux éléments de la recette qui mène à grandir en tant que personne. C’est en partie pourquoi Benaaz, ambassadrice de la diversité et de l’inclusion chez Desjardins, se passionne à aider la prochaine génération de leaders avec L’effet A, par le biais du Ambition Challenge.

On pourrait tous profiter d’un coup de main pour identifier nos angles morts, et parfois, les critiques non sollicitées d’un.e mentor.e peuvent s’avérer de précieux cadeaux. Puisqu’on ne s’attend pas de nos collègues qu’ils soient parfaits, pourquoi devrait-on s’assujettir aux rigueurs du perfectionnisme? Ça n’est que de la culpabilité déguisée, et il est temps de passer outre. Apprenez à faire simplement de votre mieux, à votre manière. La vraie confiance devient possible lorsque l’on sait que l’on est vraiment efficace, en abordant nos faiblesses, en affrontant les problèmes les plus difficiles et en apprenant des meilleurs modèles.

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Paul de Tourreil

Paul de Tourreil

Auteur

Rédacteur de métier, scientifique de formation, pêcheur d’histoires dans l’âme. Inlassablement curieux.