Édito – Ce titre qui ne figure sur aucune carte d’affaires

Édito – Ce titre qui ne figure sur aucune carte d’affaires
«Je pourrai continuer tout ça une fois les enfants couchés.»
«Je ne pourrai pas me joindre à vous pour la rencontre, ma fille fait de la fièvre.»
«S’il vous plaît, soyez tranquilles, j’ai une réunion importante dans trois minutes.»

Au cours de la dernière année, les familles — les nôtres et celles des autres — ont plus que jamais fait irruption dans nos vies professionnelles. Combien de fois un enfant en pleurs est-il apparu soudainement dans le champ de votre webcam? Combien d’entre vous se sont virtuellement entichés de la marmaille de leur équipe? Comme mère, combien de fois avez-vous perdu le fil d’une conversation, d’une tâche ou d’une idée, interpellées par votre autre titre, celui qui ne figure sur aucune carte d’affaires : «Mamaaaaaaaan?»

«Je suis désolée pour le bruit, les grands se chamaillent à côté.»
«Je me connecterai plus tard, test de dépistage pour toute la famille!»
«Je ne serai pas disponible ce matin, c’est l’école à distance.»

En tant que collègues, nous avons reçu ces phrases beaucoup plus fréquemment que d’habitude. Des mots prononcés pour gérer la logistique, et entre lesquels nous pouvions lire le stress et la fatigue.

En tant que mères, le télétravail et les périodes de confinement nous ont poussées à révéler notre soi professionnel à nos enfants, et notre visage de parent à nos collègues. Nos réalités et nos responsabilités se sont superposées.

La pandémie a mis en lumière et a exacerbé ce qui se passait déjà dans l’ombre : être mère et travailleuse sont deux états indissociables, omniprésents. Nous avons collectivement pris conscience de toute la structure sociale nécessaire pour permettre aux femmes de jouer ces deux rôles de manière épanouissante… et non épuisante. La conciliation travail-famille n’est pas un enjeu individuel.

Selon ces deux chercheuses américaines, la compréhension et le soutien social (de la part des proches et des collègues) sont des éléments clés pour diminuer le stress et alléger les attentes en matière de conciliation travail-famille.

Ce dimanche, c’est la fête des Mères au Canada et en Suisse. En France, ce sera le 30 mai. Ce qui ferait vraiment plaisir à toutes ces femmes-orchestres qui jonglent habilement avec les devoirs, les dossiers chauds et les tâches domestiques, ce serait que cette crise nous permette d’améliorer le soutien qui leur est offert et la compréhension des enjeux de conciliation. En plus des fleurs et du chocolat, pourquoi ne pas ancrer ses bonnes habitudes de flexibilité que l’on voit de plus en plus s’implanter? Donner du support, de l’empathie et des encouragements sincères, c’est gratuit. Oh! et plus de meeting après 17 heures! Merci.

Vous avez aimé cet édito? Faites comme 25 000 femmes, abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir du contenu exclusif comme celui-ci chaque semaine!

Photo de Marianne Prairie

Marianne Prairie

Autrice

Productrice, réalisatrice et autrice, Marianne Prairie explore tout le panorama du monde médiatique et interactif depuis plus de 15 ans. Fièrement féministe, son engagement social s’exprime à travers ses projets créatifs et ses multiples collaborations.