Rallier et influencer

5 questions pour définir vos valeurs personnelles et mieux diriger

25 septembre 2018 par Anne-Hélène Dupont

« Vos valeurs agissent comme un phare qui vous guide dans le brouillard », rappelle la leader Sophie Brochu aux participantes du Défi 100 jours. La femme d’affaires d’origine indienne Indra Nooyi, PDG sortante de PepsiCo, affirme quant à elle que « les valeurs rendent un navire insubmersible ». Mais de quoi est constituée votre coque ? Celle qui vous permet de naviguer contre vents et marées ? 

Les valeurs, c’est ce que vous tenez en haute importance ; ce qui devrait orienter vos actions et prises de décision. On pense immédiatement à de grandes vertus : l’honnêteté, l’équité ou le respect. Mais dans les faits, l’éventail des valeurs est bien plus large et diversifié. On y trouve tout autant les traditions que la spontanéité, la collaboration que l’autonomie, sans parler du plaisir, de la réussite financière, de la protection de l’environnement…

Chaque individu a ses propres valeurs fondamentales. Fruits de votre éducation et de vos expériences, elles sont généralement stables, mais peuvent évoluer. Le fait d’avoir un parent malade, par exemple, pourrait vous faire réaliser l’importance de l’équilibre entre travail et vie personnelle.

Souvent, vos valeurs influencent vos choix sans que vous en soyez entièrement consciente. Mais en prenant le temps de déterminer lesquelles ont le plus de prix à vos yeux, vous vous constituerez un véritable code d’éthique qui orientera vos actions au boulot comme dans les autres sphères de votre vie. Bien connaître vos valeurs personnelles est la clé d’un leadership exercé avec authenticité et confiance. En alignant vos choix professionnels avec vos valeurs, vous mettez le cap sur une carrière riche de sens, vécue selon votre propre définition de l’ambition.

5 questions pour définir vos valeurs personnelles

Sortez papier et crayon — ou ouvrez une application de prise de notes — et exprimez-vous en toute liberté. Toutes les réponses sont bonnes, tant que vous êtes honnête avec vous-même ! 

1. Songez aux moments où vous vous êtes sentie parfaitement épanouie, au travail ou ailleurs. Que faisiez-vous ? Dans quel contexte ? Et surtout : qu’est-ce qui vous apportait ce sentiment d’accomplissement ?
Quelques exemples :
– La grande autonomie dont je disposais dans le mandat X, et qui m’a permis d’essayer certaines idées qui ont très bien fonctionné.
– L’immense complicité qui unissait les membres de mon équipe l’année où on a lancé une nouvelle division.
– La flexibilité de mes horaires de travail qui me permettent de passer du temps de qualité avec ma famille.

2. Examinez une décision difficile que vous avez dû prendre. Si vous êtes heureuse de la tournure des évènements, dégagez les principes qui vous ont permis de faire un choix éclairé. Sinon, qu’auriez-vous dû considérer pour en arriver à une meilleure décision ?
Quelques exemples :
– Je suis fière de mon équipe, car nous avons relevé ce défi ensemble.
– Pour prendre une meilleure décision, j’aurais eu besoin de me libérer des opérations et d’avoir plus de recul. 

3. Remontez à votre enfance. Pour quels enseignements avez-vous envie de remercier vos parents, vos professeurs, vos entraîneurs ? Que voulez-vous faire différemment avec vos propres enfants ou avec les jeunes de votre entourage ?
Quelques exemples :
– J’aimerais dire merci à mes parents de m’avoir inculqué l’importance de la persévérance ; à mes enfants, je voudrais enseigner qu’ils ont droit à l’erreur.
– Je voudrais remercier mon entraîneur de m’avoir fait comprendre l’importance d’un leadership rassembleur ; à mes enfants, je souhaiterais apprendre l’importance de demeurer authentique. 

4. Sondez vos inconforts et vos frustrations. Les sentiments négatifs ont mauvaise presse, mais leur exploration aide à comprendre ce qui nous tient à cœur.
Quelques exemples :
– Notre dernière réunion d’équipe m’a laissé un goût amer ; on m’a constamment coupé la parole, je n’ai pu exprimer mon opinion.
– Je suis déçue et impatiente depuis qu’on m’a affectée à un nouveau projet  ; je réalise que mon rôle n’est pas clair et que mes forces ne sont pas mises à contribution. 

5. Rédigez votre éloge funèbre. Ou, si l’exercice vous semble trop morbide, imaginez l’hommage que vous voudriez entendre au moment où on vous remettrait un prix.
Quelques questions pour vous aider dans votre réflexion :
Quelles vertus aimeriez-vous qu’on vous reconnaisse ? Pour quelles réalisations (à votre actif ou encore à l’état de rêve) souhaiteriez-vous être célébrée ? Quelles attitudes vous auront permis d’y arriver ?

Dégagez de chacune de vos réponses les valeurs qui vous semblent en être le fondement. Vous avez trouvé des constantes parmi les différentes situations ? Voilà qui devrait vous aider à définir vos principales valeurs personnelles. Dressez-en la liste ; vous aurez ainsi un précieux aide-mémoire lorsqu’il s’agira d’accepter ou non un nouveau mandat, ou de déterminer quel parti prendre dans le débat qui divise votre équipe.

Surtout, n’hésitez pas à faire régulièrement le bilan et à réajuster le tir, si nécessaire. Avocate associée chez Norton Rose Fulbright, Marie Cossette a réalisé depuis longtemps l’importance d’aligner valeurs personnelles et professionnelles. Afin de garder le cap, elle prend le temps de faire le point : « en quelques minutes, je repense au déroulement de ma journée : ce qui m’a animée, ce que j’ai aimé ou pas, là où je devrais ajuster le tir… » Une excellente habitude qui vous permettra de vous recentrer sur vos valeurs !
 

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet.

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'effet A est une initiative de

O'Dandy