Être ambitieuse, ce n’est pas être carriériste

Être ambitieuse, ce n’est pas être carriériste

Hésitez-vous à vous définir comme ambitieuse, et ce, même si vous avez envie d’une carrière où vous pouvez vous dépasser et vous accomplir? Vous n’êtes pas seule. Pour de nombreuses femmes, avoir de l’ambition professionnelle, c’est une chose, mais se dire ambitieuse, c’en est une autre.

Surtout, ne pas être mal perçue

Encore aujourd’hui, le mot «ambitieuse» continue de porter une connotation péjorative dans certains milieux… et dans le dictionnaire. Dans le Larousse, les premiers synonymes qu’on accole à «ambition» sont assez inspirants : aspiration, but, visée. Mais lorsqu’il est question du qualificatif, on propose plutôt des termes comme «arriviste», «présomptueux» et «téméraire». Tout un changement de ton!

Comme si le fait d’incarner l’ambition avait quelque chose de négatif ou même, de «dangereux».

On comprend donc que certaines ne s’identifient pas à une telle étiquette, même si le désir de réussir et de relever des défis les anime. C’était le cas d’Émilie Saulnier, responsable Ressources humaines travaillant à Paris et diplômée du Défi 100 jours. Elle décrit une certaine crainte, celle de se mettre trop en avant et de brusquer les autres : «En tant que femme, on manque parfois de confiance en nous et on a peur de mettre des mots sur nos projets professionnels.»

Pour l’expliquer, Émilie Saulnier évoque son éducation et celle que reçoivent généralement bien des filles : «Il faut qu’on reste dans un certain cadre, dans un certain moule, et ne pas trop le dépasser. Donc utiliser le terme “ambitieuse”, c’est transgresser ces normes, prendre le lead. Ça peut être mal vu.» Un séjour au Québec a été l’élément déclencheur de ce qu’elle décrit comme «tout un cheminement pour se l’approprier».

«J’ai commencé à mettre ce qualificatif sur des femmes inspirantes que j’observais, que je rencontrais, mais je n’étais pas encore prête à m’identifier comme telle.» Puis, à la suite du Défi 100 jours, elle a réalisé qu’elle était bel et bien ambitieuse. «J’ai compris que j’avais une place à prendre. C’est un qualificatif qui me convient et que j’assume maintenant de dire.»

«Mais je ne suis pas carriériste!»

Autre piste pour expliquer ce rejet, la confusion entourant le sens des mots «ambitieuse» et «carriériste». «Si ces deux termes démontrent une volonté d’avancement professionnel, ils se différencient par les raisons qui les motivent et, souvent, par les moyens qu’ils utilisent pour réaliser leur ambition», précise Monique Soucy, coach en développement de carrière et psychosociologue, dans cet article.

En effet, dans l’imaginaire collectif, le mot «carriériste» fait généralement référence à une personne qui fera tout en son pouvoir pour obtenir le prestige et le succès qu’elle convoite. Compétitive et agissant souvent en solo, elle s’impose en faisant fi des autres pour impressionner ceux qui peuvent la promouvoir. Elle sacrifie sa vie personnelle et tout ce qui ne contribue pas directement à la réalisation de ses objectifs. Parfois, pour se positionner, elle emploie les coups bas, la manipulation ou les jeux de coulisses. Pas étonnant qu’on souhaite s’en distancier!

C’est ici que la nuance fait toute la différence. Une femme qui s’investit dans sa carrière n’est pas de facto carriériste. Il est possible et même souhaitable de vivre sainement ses ambitions professionnelles.

C’est ce que confirme Evangelia Gialamboukis, spécialiste en sécurité de l’information au CN et diplômée du Ambition Challenge. Pour elle, il s’agit surtout de développer son plein potentiel et de devenir la meilleure version de soi-même, continuellement.

Array

Une ambition à soi

Même si on se détache de l’individualisme excessif du carriérisme, il est important de se rappeler (et d’accepter) que l’ambition comporte un aspect profondément singulier et personnel. «C’est ce feu à l’intérieur de soi, c’est ce qui nous pousse à nous mettre en action, à appuyer sur l’accélérateur vers la destination souhaitée», définit Evangelia Gialamboukis. Pour Émilie Saulnier, «c’est être à l’écoute de ses propres désirs, de ses propres évolutions». Elle ajoute : «C’est important que ça vienne de soi, que ça ne soit pas une injonction de quelqu’un. Sinon, ça ne fonctionne pas!»

En effet, «forcer» son ambition pour qu’elle réponde aux attentes des autres n’est pas une bonne idée. Ni l’idée de la modeler pour qu’elle ressemble à ce que la société promouvoit comme image du succès professionnel. La coach exécutive Cloé Caron abonde en ce sens : «La meilleure façon de vivre son ambition, c’est d’être alignée avec ce qu’on veut et qui l’on est. C’est pourquoi la première question que l’on doit se poser, et la plus importante, c’est : qu’est-ce que je veux vraiment?»

Une question à laquelle il est plus difficile de répondre qu’il n’y paraît. Dans sa pratique, Cloé Caron observe que les femmes doivent d’abord se délester d’un certain conditionnement qui les empêche d’identifier et de nommer leurs propres désirs. Il s’agit d’une limite intrinsèque, d’un filtre qui brouille ce qu’on pense être capable d’accomplir ou pas : «Trop souvent, on laisse nos pensées limitantes nous freiner et on ne s’en rend même pas compte! On se crée des histoires : ce n’est pas accessible, c’est trop de sacrifices, je n’y arriverais pas.»

Avec de l’introspection et du travail sur soi, il est possible de transcender ces croyances limitantes et de faire émerger sa véritable ambition. «En étant consciente et claire sur ce qu’on veut vraiment, on précise aussi les conditions dans lesquelles on souhaite que ça arrive», ajoute Cloé Caron. Cet alignement et cette cohérence avec la réalité sont essentiels pour s’approprier son ambition, rendant la prochaine étape inévitable : s’assumer comme ambitieuse.

Les 5 clés du succès de la personne ambitieuse selon Cloé Caron

1. Être claire sur ce que l’on veut
«Cela se traduit par des objectifs précis. Assumez ce que vous souhaitez et dans quelles conditions vous désirez que cela se concrétise.»

2. Se faire un plan
«Quelles sont les étapes pour arriver à votre destination? Et ça ne veut pas nécessairement dire aller faire son MBA! Oui, acquérir des compétences peut être une étape, mais ça peut aussi être: “À qui dois-je parler? À quelle réunion dois-je assister? Quelle visibilité dois-je aller chercher?”»

3. Croire en ses capacités
«Vous devez avoir confiance que vous avez ce qu’il faut pour réussir. N’exigez pas de vous la perfection, visez plutôt l’excellence

4. Parler de son ambition
«Entourez-vous de gens qui savent ce que vous souhaitez accomplir, qui vous soutiennent et qui vous aident. Ça peut être des supporters, des sponsors, des mentors, des coachs… Vous n’avez pas à y arriver seule.»

5. Rester ouverte et curieuse
«Parfois, en cours de route, il y a des opportunités qui se présentent et qui ne font pas partie du plan. Soyez flexible et sautez!»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Photo de Marianne Prairie

Marianne Prairie

Autrice

Productrice, réalisatrice et autrice, Marianne Prairie explore tout le panorama du monde médiatique et interactif depuis plus de 15 ans. Fièrement féministe, son engagement social s’exprime à travers ses projets créatifs et ses multiples collaborations.